Manif du samedi 28 septembre à 10h30 à Château-Arnoux

Collectif « Contre les fusions des hôpitaux du 04 et en Défense des Services Publics »: AU FEU – AU FEU Distribution Appel Manifestation 28-09 àn 10h30 à Château-Arnoux

Jean-François PELLARREY lr 13/09/2019
image.png
Salut tout le monde,
Vous trouverez en pièce jointe les versions finalisées de « L’APPEL  » et « L’AFFICHETTE » du Collectif (et de tout ce qui le compose) pour la Manif du 28 septembre à 10h30 à Château-Arnoux. Avant toute chose, je vous demande votre avis sur ces 2 documents afin de les valider et de les envoyer à imprimer (20.000 pour l’Appel et 1.500 Affichettes).
Je compte sur VOS RÉPONSES TRÈS, TRÈS, TRÈS RAPIDEMENT.
Afin de ne pas trop perdre de temps et en sachant que beaucoup d’entre vous nous ont demandé d’avoir les supports pour aller distribuer, tracter, …. le PCF (via Bertrand) en a tiré 5.000 exemplaires (de l’Appel) qu’il a remis aux secrétaires des sections du PC lundi.
Donc, pour ceux qui veulent commencer à tracter et faire signer la pétition (que vous avez déjà reçue) rapprochez vous des Sections du PC sur votre Territoire afin de récupérer la doc et distribuer sur marchés, foires, ….. et distribuez ENSEMBLE quand ce sera possible.
Par exemple, à Manosque une distribution est prévue demain matin sur le marché. RV à 10h00 porte Saunerie pour tracter les Copains et Copine du PC amenant les Appels.
Soyons présents PARTOUT.
Bon courage.
Amitiés.    JF

Pour nos Services Publics

Nous sommes nombreux à être convaincus que la présence
de services publics est une garantie de développement de nos
territoires ruraux face à la désertification.
Maintenir et développer la santé, le transport, la poste,
l’éducation, la culture… c’est donner les moyens aux jeunes
de s’installer dans les Alpes de Haute Provence, et donner les
moyens à nos anciens d’y vivre.
C’est permettre le développement des associations culturelles
et sportives, vecteurs de coehésion face à notre isolement.
Malgré cette réalité, rien de tout cela n’apparait dans les
propositions de celles et ceux au pouvoir !
Aussi, dans tout notre département, des citoyen.nes et des
élu.es locaux se mobilisent et se fédèrent pour proposer des
alternatives aux choix de nos dirigeants actuels et pour
préserver nos services publics de proximité, synonymes
d’égalité et d’humanité.
C’est pourquoi les personnels publics, associations,
collectifs, organisations syndicales et politiques appellent les
habitant.es à converger pour manifester en faveur des
services publics et surtout démontrer qu’ensemble, un autre
avenir est possible !

Tous Ensemble :
Samedi 28 Septembre
Chateau Arnoux St Auban
10h30 – Place de la Résistance

Service Public des Transports et de la SNCF :
Moins de guichets, moins d’accueil en gare… La SNCF veut supprimer ses points de
vente sur tout le territoire même si 30% des usagers utilisant les TER viennent
acheter leurs billets au guichet ! Dans notre départements rural « il ne reste plus
qu’une ou deux gares ouvertes avec un guichet et même parfois plus rien à 50 km à
la ronde » : une sévère cure d’amaigrissement, alors que 13 millions de personnes
sont « éloignées du numérique », dont 6,7 qui ne se connectent « jamais » à internet…
Dans nos territoires ruraux et de montagne le guichet physique reste indispensable.
Il offre plus d’informations et de conseils donnés de vive voix pour trouver le
meilleur prix, le circuit le plus direct. Et que faire quand la machine n’accepte pas
l’argent liquide, ou refuse votre carte bancaire?
Concernant le Services Public des Pompiers :
Notre « Service Public de Secours » est gravement malade: en 15 ans, les
interventions sont passées de 3,5 à 4,6 millions par an (hausse constante de 7 %
par an), alors que sur cette même période les effectifs diminuaient ! D’un côté, les
employeurs (conseils départementaux et communes) n’ont plus les moyens de
financer cette surcharge de travail, et de l’autre, l’état se désengage…
Les Pompiers, premier maillon de la chaîne de secours mais aussi dernière réponse à
toute la souffrance humaine, sont ainsi mis en difficulté dans l’exercice plein et
entier de leurs missions de Service Public.
Concernant le Service Public de l’énergie :
En 2019, plus de 2 milliards d’Êtres Humains n’ont accès à aucune énergie ; en
France, plus de 7 millions de nos concitoyens sont en précarité énergétique.
Au regard de la place qu’il occupe dans notre quotidien, l’accès à l’énergie doit être
un droit accessible à tous quel que soit notre lieu de vie ou notre situation sociale !
Pour cela il faut un prix unique réglementé sur le territoire français, et sortir de la
spéculation qui a conduit l’électricité à grimper de 37% et le gaz de 78%.
Créons un Pôle Public Nationalisé de l’Energie français regroupant toutes les
entreprises de la branche énergie, et une Agence Européenne Publique de l’Energie :
notre Nation a besoin d’une « Politique Nationale Publique Énergétique » ambitieuse,
seule capable de mettre en place un mix énergétique en faveur de la planète, de
l’emploi et des habitants.
Pour cela il faut exiger:
– l’Arrêt de la Privatisation d’EDF et des barrages hydroélectriques.
– la Création d’un « Pôle Public Nationalisé de l’Énergie » et d’une « Agence
Européenne Publique de l’Energie ».
– la Mise en place d’une véritable « Politique Nationale Publique Énergétique »
dans l’intérêt de la Nation, des populations et de notre environnement.
Gares SNCF et TER :
– Maintien des gares sur tout le parcours de la ligne des Alpes.
– Maintien des cheminots pour assurer la sécurité et la vente des billets.
– Rétablissement du personnel en gare de Château-Arnoux St Auban, remplacé
par une entreprise privée de sécurité.
– Développement du ferroviaire, écologique, plutôt que des bus ou camions.
Les Pompiers exigent entre autres:
– le retrait du projet de loi de transformation de la Fonction Publique.
– une « revalorisation significative » de la prime de feu.
– une embauche massive d’emplois statutaires afin de secourir les habitants.
Concernant le Service Public de la poste :
Dans de nombreuses communes, des collectifs défendent l’existence des bureaux de
poste et de toutes leurs missions : respect des horaires, accès bancaire,
approvisionnement permanent des DAB, la distribution du courrier à J+1…
Le Contrat de Présence Postale Territoriale doit garantir l’accès de tous les citoyens à
un service public postal de qualité. Mais ce texte n’a guère empêché la dégradation
du service public, la fermeture de nombreux bureaux de poste ou leur
transformation en Agences Postales Communales / relais-poste, l’augmentation du
prix du timbre, la fermeture de centres de distribution et de centres de tri…
Aujourd’hui la Poste se dirige au pas de charge vers la fin du service public postal de
proximité : il s’agit de diviser par 5 le nombre de bureaux de poste en France !
Concernant le Service Public de la santé et de la Protection Sociale :
La « proximité » en terme santé, c’est la garantie de plus d’humanité. Or la définition
donnée aujourd’hui des “hôpitaux de « proximité” est un recul de plusieurs
décennies. La référence au terme de « proximité » est une tromperie, qui vise à
masquer la volonté gouvernementale de déclasser des centaines d’hôpitaux :
la proximité, c’est la sécurité et l’accès égalitaire aux soins pour toutes et tous !
Le grand âge et les pathologies l’accompagnant forment un spectre que notre
société tente de cacher et d’oublier. Notre Pays, celui des Droits de l’Homme, ne doit
plus l’accepter : il y plus de 25 ans que le projet du vieillissement est délaissé !
Pour lutter contre cela, il faut des structures publiques spécialisées, capables
d’accueillir dignement nos Anciens. Il faut des EHPAD avec des Services de Soins de
Suite et de Réadaptation, et des « Centres de Santé » (pas des « Maisons de Santé »).
Enfin, il faudra que notre Nation crée une 5ème Branche de la Sécurité Sociale visant
à couvrir les risques de la vie liés à la dépendance.
Le Service Public de la Direction Générale des Finances Publiques :
L’état a engagé un projet de vaste refonte de l’organisation de la Direction Générale
des Finances Publiques. Alors concrètement, quel est le résultat sur le terrain ?
A partir de 2020, plus de paiement en espèces auprès des services des finances
publiques ; Les trésoreries telles que nous les connaissons n’existeront plus, au plus
tard en 2022 ; leurs missions auprès de toutes les collectivités du département
devront être assurées dans des «centres de gestion», par des conseillers qui auront
près de 250 budgets à suivre chacun, puisqu’ils ne seront plus que 4 !
Bien sûr, il n’y aura en aucun cas d’accueil du public : cette réforme se caractérise
surtout par un abandon des territoires ruraux et de leur population !
Concernant le Service Public de la Justice:
En 2007, la « Réforme de la Carte Judiciaire » avait amorcé l’industrialisation et la
désertification des Territoires en matière de Justice. Cette démarche a conduit au
regroupement et à la fermeture de 25% des Juridictions et Cours en 4 ans ! Tout
cela aura malgré tout coûté au Peuple français la bagatelle de 427 millions d’€…
Mais la Loi de “Programmation pour la Justice 2018–2022” aggrave tout, avec
notamment la “spécialisation des juridictions”: cela aura pour effet d’allonger le
temps de traitement des dossiers, de vider les palais de justice ruraux et d’obliger
les justiciables,en fonction des affaires,à se déplacer à des centaines de kilomètres !
Une fois fois de plus, cela s’est passé par voie d’ordonnance, sans concertation :
professionnels et cioyens n’ont pas été entendus et n’ont pas été mis au cœur de
choix politiques majeurs touchant l’un des piliers de l’Etat de droit : la Justice.
Ils demandent:
– Arrêt des fusions et des fermetures de structures & services sur tout le 04.
– Ouverture de la Réanimation à Manosque et de la Pédiatrie à Digne.
– Embauches Statutaires / Amélioration des conditions de travail du personnel
et de l’accueil des patients.
– Politique de déploiement des médecins, pas de fusion des Samu 04 & 05.
– Création d’une 5ème Branche de la Sécurité Sociale pour la dépendance.
– Création d’EHPAD publics avec les moyens financiers et humains qualifiés.
– Associer Hôpitaux, EHPAD, services de SSR et Centres de Santé Publics.
Nous refusons :
– Le regroupement sans concertation des services des impôts et des
trésoreries, et les suppressions de postes.
– La marginalisation volontaire des populations rurales et la dégradation des
conditions d’accueil des contribuables.
– L’industrialisation de la gestion des collectivités locales.
Concernant l’ONF :
Créé en 1964, l’Office National des Forêts est chargé de la protection et de la
gestion durable des forêts publiques et de la nature en France.
Alors que l’enjeu climatique devient de plus en plus prégnant pour la survie de
l’Humanité, le gouvernement cherche à brader cet établissement public et nos
espaces verts pour les livrer au privé et à la déforestation !
Ils refusent :
– toutes nouvelles dégradations du service public postal,
– toutes nouvelles fermetures de bureau de plein exercice
– toutes nouvelles réductions des horaires, des missions
– les suppressions de postes d’agents
– les fermetures inopinées, le non approvisionnement et le manque d’entretien
des distributeurs de billets.
Pour ces raisons ils exigent:
– l’abandon la Loi de Programmation de la Justice 2018-2022.
– l’arrêt de l’industrialisation et de la privatisation de la Justice.
– l’arrêt de la fusion des TGI & TI, et le maintien de l’aide juridictionnelle.
– l’arrêt de l’éloignement de la justice des lieux de vie des habitants.
Concernant l’Education :
Investir dans la jeunesse, c’est investir dans notre avenir collectif, investir dans le
futur de notre pays… Nos anciens l’avaient bien compris !
Mais depuis plusieurs décennies, l’école apparait comme une source de profits
juteux : alors que le nombre d’élèves et d’étudiants croit chaque année, on privatise
l’éducation de nos enfants sous prétexte de “dégraisser le mamouth”.
Nous réclamons :
– la fin des suppressions de postes, et le passage des contractuels en agents
statutaires de plein droit, assermentés pour les missions de “police” forestières.
– la fin de la privatisation de l’ONF, et la protection de nos forêts publiques.
Nous voulons :
– la titularisation des enseignants en situation précaire, le dégel du point
d’indice, la fin des PPCR.
– la limitation du nombre d’élèves, notamment par la réouverture de classes.
-le retour à des enseignements, des parcours et des diplomes dans un cadre
véritablement national.
– le retrait des réformes Blanquer et de l’enseignement supérieur.
– un plan d’investissement pour “l’Ecole de la République”, et non pour le
privé, permettant d’accompagner les apprenants et les territoires en difficulté.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire