Une application contre les violences policières…. oui mais méfiance !

 

Je partage cela mais gardons en tête que cette application appartient aux 1% et que ce serveur appartient à quelqu’un et ce quelqu’un n’est pas forcément de notre coté….. Sans compter que rien ne leur interdit du coup de récupérer les donnés de nos portables en plus de les tracer !!!!

Screen-Shot-01-12-19-at-10.07-PM

ACTUALITÉS – Une application qui aurait pu être utile lors de la marche féministe du 8 mars. “Urgence violences policières”, disponible sur Android depuis mardi 10 mars, a été créée par des familles de victimes de violences policières. Le but: filmer en direct les interventions des forces de l’ordre afin de récolter des “preuves” en cas de manquement, annonce Franceinfo, citant l’Observatoire national des pratiques et des violences policières (ONVP), à l’origine du projet.

Ce dernier pourra recueillir les images géolocalisées, “conservées sur un serveur” et les transmettre à la justice le cas échéant.  Amal Bentounsi, membre de l’association de famille, explique à Franceinfo que les vidéos sont importantes dans ce genre d’affaires, et peuvent constituer des “preuves”, car sans éléments matériels, il “très difficile de poursuivre en justice”.

L’Observatoire national des pratiques et des violences policières doit présenter l’application au public dans plusieurs villes de banlieue parisienne, dont Villiers-le-Bel (Val-d’Oise) ou Mantes-la-Jolie (Yvelines) dans les jours qui viennent. Elle devrait être disponible sur iOS prochainement.

Les forces de l’ordre accusées d’un usage disproportionné de la force

Cette application apparaît notamment quelques jours après la marche féministe du 8 mars, brutalement interrompue avec l’arrivée des forces de l’ordre. Sur les images diffusées sur les réseaux sociaux, on peut voir des femmes poussées, matraquées, tirées par les cheveux par des hommes. Les “gardiens de la paix” ont été accusés de faire un usage disproportionné de la force.

Et ce n’est pas la première fois. Depuis l’arrivée de Didier Lallement à la très prestigieuse préfecture de police de Paris, les images de violences policières se multiplient, en lien avec le changement de doctrine opéré par le ministère de l’Intérieur concernant le maintien de l’ordre. Si bien que plusieurs élus -au premier rang desquels ceux de la France insoumise- se relaient, week-end après week-end pour dénoncer les ordres du haut fonctionnaire et réclamer sa démission.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire