François Bégaudeau explique qui sont les gilets jaunes et ce qu’est la bourgeoisie

https://www.agoravox.tv/

Une excellente prestation télévisuelle de François Bégaudeau. En face de lui, la médiocrité journalistique se révèle dans sa splendeur, notamment par l’intermédiaire d’Anne-Élisabeth Lemoine qui cherche le regard de ses collègues lorsqu’elle parle comme pour avoir leur approbation, et de Patrick Cohen qui est apparu encore plus bête qu’il ne l’est en tentant pitoyablement de détourner le sens du propos pourtant clair de François Bégaudeau. Ce dernier a été obligé d’abréger sa démonstration sur l’usage de la violence en politique car il a vite senti qu’elle allait embrouiller ses interlocuteurs qui étaient dans l’incapacité de la saisir.

– Explique à des journalistes qui n’osent pas l’interrompre … Qui sont les Gilets Jaunes, Qui sont les foulards Rouges …

– Pourquoi voter ne sert à rien … ( La démocratie représentative c’est un théâtre … ou les acteurs changent … mais ou la même pièce est rejouée indéfiniment )

– il présente François Ruffin … Comme étant le seul à travail pour les Français –> Et je suis totalement d’accord, on se rend compte qu’il est seul à travailler pour améliorer la condition des Français 1 / 577
.
Une seule solution la démocratie directe.

Le retour de la lutte des classes ? – C à Vous – 29/01/2019


A noter que François Bégaudeau est l’auteur de « Histoire de ta bêtise » qui est décrit comme suit sur Amazon : « Tu votes toujours au second tour des élections quand l’extrême droite y est qualifiée, pour lui faire barrage. Par conséquent, l’abstention te paraît à la fois indigne et incompréhensible. Tu redoutes les populismes, dont tu parles le plus souvent au pluriel. Tu es bien convaincu qu’au fond les extrêmes se touchent. L’élection de Donald Trump et le Brexit t’ont inspiré une sainte horreur, mais depuis lors tu ne suis que d’assez loin ce qui se passe aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne. Naturellement tu dénonces les conflits d’intérêts, mais tu penses qu’en voir partout relève du complotisme. Tu utilises parfois (souvent  ?) dans une même phrase les mots racisme, nationalisme, xénophobie et repli sur soi. Tu leur préfères définitivement le mot ouverture. Si tu as répondu oui au moins une fois, ce livre parle de toi. Prends le risque de l’ouvrir ».

Sources :

La France des Actes

France Inter

 

close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire