« La violence d’une minorité gangrène notre société »

LR: Fille d’un sénateur « socialiste »,Claude Domeizel qui a œuvré des années durant pour plus de justice sociale, plus de transparence dans les dépenses publiques et plus de démocratie dans le département, la députée Emmanuelle Fontaine Domeizel, suppléante de Christophe Castaner ne méritait pas la sauvage attaque de sa permanence perpétrée ce samedi 2 février par des individus lâchement encagoulés. Au nom de la sacro-sainte démocratie, on ne peut sérieusement lui reprocher d’avoir arborer ce désormais célèbre foulard rouge dans une récente manifestation à Paris. Certes son mentor fait beaucoup parler de lui en ce moment car d’aucuns l’accusent, à tort ou à raison, d’être responsable de milliers de gardes à vue, de milliers blessés et même de plusieurs mutilés. Ces faits évidemment regrettables ne justifient pas cet atteinte aux biens privés de la députée. Tous les gilets jaunes de Forcalquier s’associent bien entendu à moi pour condamner dans les termes les plus sévères cette ignoble agression. Nous ne manquerons pas de démontrer à Mme la députée Emmanuelle Fontaine Domeizel toute notre compassion à son égard, dès notre prochaine rencontre, que nous espérons toute proche.

Emmanuelle Fontaine Domeizel

5 h

La violence d’une minorité gangrène notre société.

Ce matin, j’organisais à ma permanence une réunion sur le thème « démocratie et citoyenneté » dans le cadre du Grand débat national avec une trentaine de citoyens. Beau moment d’échanges démocratiques.

Pendant que j’enchaînais ma journée avec l’Assemblée générale de l’association départementale des anciens combattants, des gilets jaunes s’attaquaient au bâtiment qui héberge ma permanence. Troisième acte de vandalisme. Je vais déposer plainte.

C’est également une nouvelle démonstration de la violence qui parasite le mouvement des gilets jaunes. Ce climat est devenu un chantage anti-démocratique inacceptable et condamnable.

Aujourd’hui, saisissons-nous de l’opportunité du grand débat pour avancer ensemble, avec nos divergences, vers un renouveau démocratique.

close

1 Comment

  1. Mme Claude Domeizel est aussi responsable de la violence qu’elle a subie en approuvant par ses votes, ses déclarations et ses actions la politique de Macron. Elle récolte ce qu’elle a semé, il serait bon de lui rappeler (sans pour autant approuver ce qui a été fait contre sa permanence). Faire des courbettes au non des GJ pour s’excuser d’une violence commise par une minorité n’est pas forcément adroit surtout qu’elle est toujours en vie, qu’elle n’a pas perdu un œil comme certains d’entre-nous. S’est-elle excusée des violences commises sur les GJ ?

Laisser un commentaire