Vinci n’étant pas assez riche l’Etat verse (donc nous payons) 82 Millions d’euros au titre du CICE

Mouvement des gilets jaunes - Les manifestants mènent depuis leur arrivée ce matin une opération " péage gratuit " à la Gravelle en Mayenne. Cet après midi ils étaient entre 300 et 400 manifestants

Mais la question c’est est ce que Vinci a besoin de cet argent ? Quelques éléments de réponse…. Je vous laisse juger

  1. + de 400 parkings souterrains à tarifs ahurissants (CA: 950 millions d’€)
  2. Toujours + de fric pour construire vos stades,
  3. Achats et gestion de 44 aéroports (CA: 1,6 milliard d’euros)
  4. Construction Lycée
  5. Éclairage public de certaines communes.
  6. Gestion des autoroutes (CA: 5,4 milliards d’euros)
  7. Vinci Eurovia est présent dans les travaux routiers, ferroviaires et le recyclage des matériaux des 100aine de Millions « négocié » avec l’Etat
  8. Vinci Immobilierest la filiale de promotion immobilière du groupe (fondée en 2005). Elle est spécialisée en immobilier résidentiel (logements et les résidences services) et en immobilier d’entreprise (bureaux, commerces et hôtels).

En chiffre Vinci (en 2017) c’est un chiffre d’affaire de 40,2 Mds € c’est 40,2€ de capitalisation boursière c’est 270 000 chantiers et 194 428 salariés à

Derrière « l’affaire » Notre-Dame-des-Landes, se cache un groupe à l’appétit insatiable. Vinci, qui étend sa toile comme il multiplie ses filiales, est devenu le leader occidental du BTP. De la finance aux autoroutes, des aéroports à la promotion immobilière, en dix ans, Vinci est devenu une machine à aspirer les fonds publics. Aux côtés d’Eiffage et de Bouygues, avec qui Vinci forme l’oligopole du BTP français, le groupe rafle, en nombre, les juteux contrats de partenariats public-privé (PPP) consistant, pour des collectivités en mal de ressources publiques, à déléguer au privé la construction et la gestion de leurs équipements. Là encore imposées par les politiques d’austérité, les concessions de service public parachèvent cette discrète mais massive privatisation, qui se fait au détriment du contribuable… et au profit de Vinci.

·       Un plan pour les autoroutes très généreux

Quand on travaille pour le compte des pouvoirs publics, les négociations avec les décideurs prennent une place très importante. À ce jeu là, Vinci semble très fort. En tout cas, le groupe – comme les autres sociétés – a bien négocié lors du grand accord sur les autoroutes signé en septembre 2015 avec le gouvernement Valls.

Ce « plan de relance autoroutier » prévoit que les sociétés concessionnaires – Vinci est leur numéro un dans l’Hexagone – prennent en charge une vingtaine de chantiers de raccordements, d’élargissement ou d’aménagements d’autoroutes existantes, pour un montant de 3,27 milliards d’euros. En contrepartie, la durée de leurs concessions (et des recettes des péages) sera allongée de 2,5 ans en moyenne.

Nous avons demandé à Laurent Hecquet, le président du think tank Automobilité et avenir ce qu’il pensait de cet accord. « C’est simple, les sociétés vont empocher 1,2 milliard d’euros par année supplémentaire d’exploitation. Si l’on prend en compte l’évolution des recettes des péages, elles devraient gagner, grâce à cet accord, plus de 10 milliards d’euros. »

·       Les conditions de travail des migrants au Qatar dénoncées

Foot 2022 les constructeurs c’est des semaines de 66 heures, 200 euros de salaire mensuel, logements indignes, manque de matériel de protection, confiscation des passeports… l’association Sherpa.

Cette dernière a déposé une plainte en mars 2015 pour travail forcé, réduction en servitude et recel contre Vinci construction et les dirigeants français de sa filiale qatarie, Qatari Diar Vinci construction. Elle s’appuie notamment sur un rapport de la Confédération syndicale internationale, qui est allé mener l’enquête sur place

·       Une route du littoral au prix démentiel à La Réunion

Une deux fois trois voies sur pilotis au dessus de la mer. Ce projet d’autoroute à La Réunion fait certainement fantasmer les ingénieurs de Vinci et de Bouygues, les deux groupes choisis pour réaliser une bonne partie des travaux. Mais la « nouvelle route du littoral » est une catastrophe pour l’environnement, doublée d’une aberration économique. La réalisation de ces 12,5 kilomètres de route, entre Saint-Denis et Le Port, doivent coûter 1,66 milliard d’euros, soit 138 millions d’euros le kilomètre. Du jamais vu, dans la mesure où un kilomètre de route coûte en moyenne 6,2 millions d’euros.

Cerise sur le gâteau, une enquête portant sur l’attribution des marchés a été ouverte après une dénonciation anonyme pour malversations

·       Lycées

Dans un article publié samedi 19 janvier, Médiapart fait état de « soupçons de favoritisme » dans l’attribution d’un marché de construction de deux lycées par la région Île-de-France. Valérie Pécresse, présidente LR de la Région, dénonce « une volonté de salir, diffamer et calomnier ».

·       Aeroport

Le groupe a pris le contrôle de Londres Gatwick, jeudi 27 décembre. C’est le 46e aéroport géré par Vinci, dont la prochaine acquisition pourrait être Aéroport de Paris (ADP) que l’État compte privatiser en 2019.

Vinci Immobilier est la filiale de promotion immobilière du groupe (fondée en 2005). Elle est spécialisée en immobilier résidentiel (logements et les résidences services) et en immobilier d’entreprise (bureaux, commerces et hôtels).

Vinci c’est aussi …….

Le financement public-privé du stade contesté à Bordeaux

Des expropriations à moindre coût pour le grand stade de Lyon

En Russie, des soupçons de corruption pour une autoroute

Le grand contournement inutile de Strasbourg

close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire