Cnews accusée d’avoir caché une scène montrant la blessée de Nice «poussée par la police»

https://fr.sputniknews.com/

© AFP 2019 VALERY HACHE
FRANCE

URL courte – 4610615

Arrêt sur images affirme détenir la preuve que «contrairement aux propos d’Emmanuel Macron», un policier a poussé la septuagénaire Geneviève Legay blessée à Nice en marge de l’acte 19 des Gilets jaunes. Cnews, qui a filmé toute la scène, aurait négligé la séquence.

Suite à la polémique autour de Geneviève Legay, manifestante septuagénaire blessée à Nice lors de l’acte 19 des Gilets jaunes, il s’est avéré que Cnews avait filmé la quasi-totalité de la scène en direct, sans le mentionner dans ses émissions, constate le site Arrêt sur images.

Cnews a diffusé en direct, vers midi, la charge des policiers à Nice au cours de laquelle Geneviève Legay apparaît sur les images avant et après s’être retrouvée par terre.

«L’endroit où se tient la septuagénaire juste avant la charge, devant le poteau qu’elle va heurter en tombant, est très exactement celui où, dans l’autre image, on distingue une personne poussée par un membre des forces de l’ordre avec ses mains», précise l’auteur de l’article.Il poursuit que «c’est encore sur ce coin précis de la rue qu’on voit peu après Geneviève Legay étendue par terre, visage ensanglanté», ajoutant qu’elle «tenait à la main son gilet jaune juste avant la charge» et que «c’est bien une personne tenant un gilet jaune à la main qui est poussée par le policier».

«Cet enchaînement d’images suggère que, contrairement aux propos d’Emmanuel Macron (Geneviève « n’a pas été en contact avec des policiers »), c’est bel et bien un membre des services de police qui l’a poussée», constate l’auteur.

L’auteur dénonce le fait que Cnews ne se soit pas servi de sa propre séquence pour en savoir plus sur la nature de la blessure de Geneviève Legay, affirmant que la chaîne a quasiment passé sous silence cet incident.

Les premières mentions sur Cnews de la militante blessée ne sont apparues que le lendemain, dimanche 24 mars, sans toutefois montrer la vidéo concernée. «Un article montrera bien cette charge policière,  mais sous un angle de vue différent, ne permettant pas de voir la militante», affirme Arrêt sur images.

«La séquence filmée lors de la charge de la police permettait de faire un lien entre la chute de Geneviève Legay et les forces de l’ordre», conclu l’auteur de l’article.

Dans un entretien accordé à Nice-Matin, Emmanuel Macron a déclaré que «quand on est fragile, qu’on peut se faire bousculer, on ne se rend pas dans des lieux qui sont définis comme interdits et on ne se met pas dans des situations comme celles-ci», ajoutant qu’elle «n’avait pas été «en contact avec les forces de l’ordre».Lors de la manifestation des Gilets jaunes à Nice, interdite par les autorités, Mme Legay a été sérieusement blessée à la tête près de la place Garibaldi et a été transportée aux urgences à l’hôpital Pasteur. Comme l’indique la presse locale, elle est tombée lors d’une charge des forces de l’ordre. L’image a fait le tour des réseaux sociaux.


NICE : COMMENT CNEWS A IGNORÉ SON IMAGE DE GENEVIÈVE LEGAY

Réservé à nos abonné.e.s

Samedi 23 mars, les spectateurs de CNEWS ont assisté en direct à la charge policière ayant entrainé de multiples fractures à Geneviève Legay, porte-parole septuagénaire niçoise de l’association ATTAC. « Cette dame n’a pas été en contact avec les forces de l’ordre » selon Emmanuel Macron. Les images diffusées par CNEWS permettent de remettre en cause ses affirmations. Malgré tout, la séquence n’a pas été exploitée par la chaîne. Ou comment CNEWS a eu un scoop… sans sembler s’en rendre compte.

Comme toutes les autres chaînes d’info en continu, CNEWS a mis à nouveau en place un dispositif spécial pour ce nouvel acte des Gilets jaunes. Ce samedi 23 mars, c’est Nice qui a eu le droit à sa couverture spéciale : outre l’appel national à converger vers la ville, c’est aussi à Nice que le président chinois Xi Jinping a atterri dimanche, ce qui explique la mise en place d’importants dispositifs policiers et les arrêtés d’interdiction de manifester dans certaines zones. Dès samedi matin, une équipe de CNEWS était sur place pour suivre les événements minute par minute.

Premier incident lorsque des personnes se sont rassemblées en fin de matinée sur la place Garibaldi, où il est interdit de manifester. CNEWS passe alors en duplex avec s…

IL VOUS RESTE 94% DE CET ARTICLE À LIRE

Cet article est réservé aux abonné.e.s

close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire