Dans le numéro de juin, en kiosques : nationalisme à l’italienne, dossier privatisations, socialisme américain…

Le Monde diplomatique info-diplo@monde-diplomatique.fr
via mondediplo.net
mer. 29 mai
Le Monde diplomatique
Dans le numéro de juin 2019
Les nationalistes européens ont trouvé leur héraut Aéroports de Paris, petites concessions entre amis dossier : privatisations, l’acharnement antisémitisme, l’arme fatale ; les migrants dans la nasse d’Agadez ; le Soudan et l’Algérie reprennent-ils le flambeau du « printemps arabe » ? Défense à double détente en Iran ; l’Indonésiechoisit la démocratie ; Ford Blanquefort, chronique d’un combat contre le fatalisme ; le socialisme aux États-Unis, pourquoi seulement aujourd’hui ? Grand débat… à la cubaine concurrence de la maternelle à l’université en France ; la « ville sûre » ou la gouvernance par les algorithmes ; un urbanisme à la dérive Viktor Tsoï, le dernier héros soviétique ; une icône du journalisme (…)
  • L’art de la provocation

    Éditorial, Serge Halimi
    Un État qui, sans motif réel, dénonce un accord international de désarmement qu’il a longuement négocié peut-il ensuite menacer d’agression militaire un autre État signataire ? Quand il s’agit des États-Unis, la réponse est « oui ». En somme, il est parfaitement inutile de perdre son temps à étudier les raisons invoquées par la Maison Blanche pour justifier son escalade contre l’Iran.
  • Quand Matteo Salvini en a pris la direction, en 2013, la Ligue du Nord se trouvait dans une impasse, incapable de convaincre les électeurs du Sud, dont elle disait pis que pendre. L’actuel ministre de l’intérieur italien a donc changé de cible, préférant stigmatiser les technocrates bruxellois et les « immigrés profiteurs » plutôt que les « Calabrais fainéants ». Une stratégie gagnante, qui a transformé son parti en pivot de la politique italienne, et peut-être européenne.
Laissons, laissons entrer le marché ! Depuis les années 1980, la ritournelle n’a cessé d’imprégner les politiques publiques, quels que soient les gouvernements. Des communes à l’État, la gestion de nombreux biens et services publics a été confiée au privé, permettant la constitution de rentes et de puissances financières.
  • Mathias Reymond

  • Nationalisations et privatisations en France

    Cécile Marin

  • « Incompétent », « espion russe », « dangereux radical », « illuminé »… Le chef du Parti travailliste britannique Jeremy Corbyn aura tour à tour été tout cela, à en croire ses adversaires. Bien qu’aussi infondée que les autres, une accusation semble être parvenue à s’imposer dans les médias dominants : celle d’antisémitisme. Un procédé qui vise à disqualifier d’emblée tout opposant.
  • Située aux portes du Sahara, Agadez est devenue un poste de contrôle des mouvements de population vers l’Afrique du Nord et la Méditerranée. Sous la pression de l’Union européenne, qui y a installé une force militaire, le Niger a interdit l’aide à la migration, plongeant l’économie locale dans le chaos.
  • Les mouvements populaires qui s’opposent aux régimes algérien et soudanais tranchent avec la régression contre-révolutionnaire que connaît le monde arabe depuis 2011-2012. Dans les deux cas, des pouvoirs bâtis autour d’une charpente militaire ne peuvent prétendre mener eux-mêmes une transition destinée à éliminer leur emprise sur l’État et ses ressources.
  • La montée des tensions entre les États-Unis et l’Iran pourrait annoncer une intervention militaire américaine. N’ayant pas la capacité de se projeter à l’extérieur du pays, l’armée régulière de la République islamique est entièrement vouée à empêcher une invasion étrangère. De son côté, le Corps des gardiens de la révolution a les moyens de mener des opérations d’envergure dans toute la région.
  • Aux prises avec une montée de l’intolérance islamiste, l’Indonésie, pays qui compte le plus de musulmans, a misé sur la démocratie et réélu Joko Widodo, dit Jokowi. Toutefois, ce dernier a consenti à quelques accommodements, s’adjoignant notamment comme vice-président un conservateur qui avait contribué à faire tomber le gouverneur de Djakarta pour blasphème.
  • « Les entreprises vivent et meurent : c’est la vie. » C’est ainsi, en substance, qu’un président français justifia la fermeture d’une usine Renault à Vilvorde, en Belgique, en 1997. En 2019, c’est le tour de Ford à Blanquefort, près de Bordeaux. Mais l’apathie des pouvoirs publics se heurte à une résistance ouvrière dont témoigne ici Philippe Poutou, délégué syndical de l’usine.
  • Ni l’élection d’un milliardaire à la Maison Blanche ni la forte croissance de l’économie américaine n’ont entamé la popularité de personnalités se réclamant du socialisme aux États-Unis. Les inégalités de revenus et la précarité de l’emploi expliquent ce paradoxe apparent. Pourtant, au siècle dernier, alors que le capitalisme américain n’était pas non plus un modèle social, peu le combattaient.
  • Simone Garnet & Grégoire Varlex
    Dès son arrivée à la tête de l’État, en 2006, Raúl Castro avait plaidé pour l’« actualisation » du modèle cubain. Il a d’abord limité ses ambitions aux réformes économiques, mais en assurant qu’elles ouvraient la voie à une transformation de l’organisation politique du pays. Un premier pas a été fait dans ce sens en février 2019, quand les Cubains ont été invités à se prononcer sur un nouveau texte constitutionnel.
  • Réforme du lycée et du baccalauréat, projet de loi pour une école de la confiance, instauration du principe de sélection à l’université… Depuis deux ans, le gouvernement a entrepris de bouleverser le modèle éducatif français. Son objectif ? Instaurer, de la maternelle à la faculté, un système concurrentiel au profit des élèves les plus « méritants ».
  • Les outils policiers fondés sur le big data et l’intelligence artificielle se déploient dans de nombreuses villes françaises. À travers des expérimentations pilotées par des groupes privés qui cherchent à se hisser au niveau de la concurrence américaine ou chinoise, la « ville intelligente » révèle son vrai visage : celui d’une cité sous surveillance.
    • Pierre Pastoral
      Pour rénover la cathédrale Notre-Dame de Paris, le gouvernement envisage de contourner certaines règles régissant les commandes publiques et la protection du patrimoine. Cette décision, qui a suscité une levée de boucliers dans la profession, ne fait que prolonger un mouvement de dérégulation engagé depuis une dizaine d’années.
  • Un groupe de rock underground et plus particulièrement son chanteur, Viktor Tsoï, ont trouvé un public fervent sous la perestroïka en URSS. Près de trente ans après sa disparition, les chansons de Tsoï sont toujours aussi populaires. Il reste le symbole des espoirs déçus mais têtus.
  • Le crédit du « Washington Post » doit être bien entamé pour que le quotidien qui a sorti l’affaire du Watergate en 1972, et donné au tandem d’enquêteurs légendaires Carl Bernstein-Bob Woodward les moyens de contraindre un président puissant à la démission, doive aujourd’hui engager, comme Monsanto, une campagne de relations publiques. Mais on comprend pourquoi.
À chaque parution du mensuel, une sélection d’articles lus par des comédiens est disponible : sur la page « Journal audio ».

Nous contacter

Pour toute requête concernant votre abonnement au journal : abo@monde-diplomatique.fr

À propos des commandes passées sur notre boutique en ligne : boutique@monde-diplomatique.fr

Votre inscription à la liste « info-diplo »

Si vous désirez résilier votre inscription à « info-diplo », ou changer d’adresse, rendez-vous sur la page : www.monde-diplomatique.fr/info-diplo

© Le Monde diplomatique, mai 2019
close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire