Après les européennes, reconstruire la gauche

 L’Hebdo de Mediapart <mediapart@info.mediapart.fr>
ven. 31 mai 2019
Consulter la version en ligne
Mediapart
La lettre hebdomadaire
Chaque vendredi | 31 mai 2019
Par la rédaction de Mediapart
C’est un des principaux enseignements des élections européennes, organisées entre le 23 et le 26 mai dans les 28 pays de l’Union (voir notre débrief en vidéo) : les gauches sont en péril.

Le prochain Parlement sera dominé par la droite, les libéraux et l’extrême droite – mais il sera éclaté, avec une configuration inédite puisque les grands partis historiques, les conservateurs du PPE et les sociaux-démocrates du PSE, ne représentent plus la majorité absolue.

Les pourparlers ont d’ailleurs déjà commencé à Bruxelles pour décider de l’attribution des principaux postes, notamment le futur patron de la Commission. Le président français Emmanuel Macron, qui a perdu son pari d’arriver devant le Rassemblement national, espère malgré tout jouer les faiseurs de rois.

Les gauches, elles, risquent de devoir se contenter des seconds rôles : les deux grandes tendances, les sociaux-démocrates comme la gauche radicale, ont perdu une cinquantaine de sièges. Et ce malgré quelques succès, comme celui du parti socialiste espagnol du premier ministre Pedro Sánchez, grand vainqueur des européennes – en Espagne, avaient également lieu des élections locales qui ont notamment vu la défaite de Manuel Valls à la mairie de Barcelone.

Podemos a enregistré un nouvel recul, tout comme son allié grec, Syriza, du premier ministre Alexis Tsipras, contraint d’annoncer des législatives anticipées dans la foulée du résultat.
En Belgique, c’est le joli score du Parti du travail belge (PTB) lors des élections fédérales qui peut réconforter les partisans de la gauche radicale. Mais il n’efface pas, loin de là, le triomphe de l’extrême droite en Flandre.

Les seuls à tirer leur épingle du jeu sont les écologistes, qui font parfois campagne en remettant justement en cause le clivage droite-gauche. En Allemagne, les Verts ont multiplié leur score par deux le 26 mai, réussissant à attirer des millions d’électeurs de tous partis et classes d’âge, et devenant le deuxième parti du pays, devant les sociaux-démocrates du SPD.

En France aussi, Europe Écologie-Les Verts est la seule formation classée à gauche à avoir dépassé la barre des 10 %. Les autres sont loin derrière, notamment La France insoumise qui enregistre un échec cuisant, après des mois d’errements stratégiques, de tensions internes et de fragilisation de son leader. À tel point qu’Usul se demande dans sa chronique hebdomadaire si la révolution citoyenne a fait long feu.

De même, les partis qui ont dominé la vie politique pendant des décennies n’ont jamais été aussi affaiblis, que ce soit le PS ou LR, où Laurent Wauquiez espère encore sauver son poste.

Dans un pays où le vote (comme l’abstention) révèle des fractures à la fois sociales et territoriales, dans l’Hexagone comme dans l’outre-mer, LREM a réussi à se maintenir en s’appuyant sur un électorat à la fois âgé et bourgeois – un vote de classe qui rappelle la défunte UDF – et le Rassemblement national « s’est stabilisé à un très haut niveau », selon le chercheur Florent Gougou. Tout est à reconstruire.

Partager Facebook Facebook

LES TEMPS FORTS DE LA SEMAINE

La reprise de Whirlpool capote à Amiens

Par Dan IsraelMoins d’un an après avoir repris l’emblématique usine de la Somme, l’entreprise WN est placée en redressement judiciaire. L’activité n’avait jamais vraiment démarré, malgré le soutien affiché au projet par Emmanuel Macron depuis 2017. « Qu’est-ce qu’on va devenir, dans notre bassin d’emploi sinistré ? », interroge un délégué syndical. Lire la suite.

Agressions sexuelles: le «système d’abus» des frères de Saint-Jean

Par Antton RougetLes frères de Saint-Jean dénoncent pour la première fois le « système d’abus » qui s’est installé au sein de cette communauté touchée par de nombreux scandales sexuels. La commission « SOS abus » pointe la responsabilité de plusieurs dirigeants de la congrégation, dont son fondateur, mais aussi l’incurie de la hiérarchie catholique. Lire la suite.

Les femmes, premières victimes des récents scandales sanitaires

Par ROZENN LE SAINTL’affaire du Mediator, des pilules troisième génération, de la Dépakine, du Levothyrox, de l’Androcur… À chaque fois, les femmes sont les plus touchées. En cause ? Des dérives de prescriptions à visées esthétiques, une moindre recherche des effets secondaires propres à leur métabolisme ou encore sur la contraception. Lire la suite.

NOS REPORTAGES ET ENQUÊTES EN FRANCE

Environnement: la radiation d’un commissaire enquêteur prend une dimension politique

Le Défenseur des droits est saisi du cas de Gabriel Ullmann, commissaire enquêteur sanctionné pour s’être montré trop critique du projet de zone industrielle portuaire Inspira, porté par le département de l’Isère.Lire la suite.

#BalanceTonPorc: à Paris, un hashtag mondial devant la justice

La journaliste Sandra Muller a comparu mercredi, attaquée en diffamation par l’ancien directeur général de la chaîne Equidia Éric Brion. En cause : un tweet accusant ce dernier d’un comportement déplacé.Lire la suite.

Au procès France Télécom, un cadre expose « l’indifférence de la direction » face aux suicides

Sébastien Crozier, responsable du syndicat CFE-CGC et haut dirigeant de l’entreprise, a raconté l’horreur du suicide des salariés, et l’obsession de l’ancienne direction pour « l’argent ». Les efforts des prévenus pour se disculper ont été pulvérisés par la force de ce témoignage.Lire la suite.

Le lobby agroalimentaire part en guerre contre les applis citoyennes

Les industriels de l’alimentation ont déposé mercredi les statuts d’une coopérative, afin d’ouvrir un catalogue numérique et freiner le libre accès aux données du secteur. Objectif : marginaliser les applications citoyennes qui référencent et notent les produits alimentaires selon leur composition nutritionnelle. Le tout, avec l’appui du gouvernement.Lire la suite.

Bernard Tapie accusé d’avoir corrompu un match clé de la Ligue des champions gagnée par l’OM en 1993

L’ancien joueur et sélectionneur roumain Cornel Dinu affirme que Bernard Tapie a corrompu les Belges du FC Bruges pour que l’Olympique de Marseille accède à la finale européenne de 1993, et qu’il a acheté à sa demande l’arbitre de la rencontre. L’homme d’affaires dément formellement ce qu’il qualifie de « délire ».Lire la suite.

Les inégalités, c’était mieux avant

Dans son dernier ouvrage, le chercheur François Dubet décortique la « transformation du régime des inégalités » et ce que ce dernier abîme et empêche dans nos sociétés. Une analyse sociologique fine, moins convaincante dans les conséquences politiques qu’elle en déduit.Lire la suite.

DANS LE MONDE

  Les Etats-Unis au Venezuela: la chute de Maduro ou le chaos

  Guerre à l’Iran: la solitude de Trump

  Soulèvement au Soudan: de l’indifférence à la solidarité avec le Darfour

DANS LE STUDIO

  Chez les anti-Linky à Salon-de-Provence

DANS LE CLUB

Les contributions d’abonné.e.s sélectionnées par la rédaction

  Décombres politiques. Et après?

  À propos de l’écriture inclusive

  Paroles de Gilets Jaunes en bande dessinée

  Comment intimider un journaliste? Récit de 83 heures de procédure.

  «Je te rassure, ça ne se voit pas du tout»

FAITES DÉCOUVRIR

MEDIAPART

Né en 2008, Mediapart est un journal d’information numérique, indépendant et participatif.
Seuls nos lecteurs peuvent nous acheter !

 

close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire