Cordistes, enquête sur une profession hautement mortelle

Cordistes en colère cordistesencolere@riseup.net le 04 10 2020

Recours abusif à l’intérim, formation inexistante, défaut d’encadrement, appel injustifié aux travaux sur cordes, interventions d’ouvriers qui ne peuvent s’encorder… Blast a enquêté sur les accidents mortels qui frappent le milieu des cordistes, hanté par les silos de sucre de Cristal Union à Bazancourt, qui ont enseveli trois des leurs en 2012 et 2017. Premier volet de l’enquête ce mardi [21 septembre], jour de l’ouverture à Reims du procès en appel du géant du sucre (et son prestataire de nettoyage).

Le petit monde des travaux en hauteur a longtemps compté comme une unique organisation représentative un syndicat… patronal. Sans convention collective, les cordistes ne disposent pas de données officielles pour mesurer leur accidentologie. Peut-on répondre à cette question : combien de cordistes sont morts au travail ? Au moins 26 depuis 2006, selon une association créée par les proches des victimes du double drame de Bazancourt. Six depuis 2015, pour le syndicat patronal. Après la bataille juridique, voici aussi celle des statistiques.

Partie 1
Premier volet d’une enquête consacrée aux travailleurs cordistes, au moment où s’ouvre à Reims un procès en appel sur la mort de deux d’entre eux. Cette première partie revient sur plusieurs accidents ayant émaillés cette profession. Accidents d’Artur, Vincent et Quentin dans des silos du groupe Cristal Union à Bazancourt. Accidents de Mickaël et Adrien dans l’entreprise Sud Acrobatic à Nîmes et Sète. Accidents de François et Ludovic dans l’entreprise Garelli près de Nice…
Après le choc et l’attente, le temps des procès et des maigres explications.
Une enquête absolument remarquable signée Franck Depretz.
Partie 1 à lire sur BLAST Partie 1 à lire sur BLAST
Partie 2
Le Syndicat Français des Entreprises de Travaux en Hauteur (SFETH), qui n’est plus aujourd’hui le seul syndicat patronal de la profession (et encore moins le seul acteur !), rêve encore d’hégémonie dans notre métier. Mais une image publique pourtant bien travaillée par ce syndicat patronal, ne permet pas toujours de camoufler des accidents graves et mortels, des condamnations pénales et des fautes inexcusables reconnues par les tribunaux, ou encore des techniques de management plus que douteuses…
Dans ce deuxième volet d’une longue enquête, le journaliste Franck Dépretz confronte et analyse des visions parfois contradictoires, et les tenants et aboutissants de l’accidentologie du métier de cordiste.
Partie 2 à lire sur BLAST Partie 2 à lire sur BLAST
À suivre prochainement, le volet 3 de l’enquête, consacré au dernier chantier de Régis Brugière…
À revoir, à réécouter
CORDISTE, UNE PROFESSION MORTELLE
Publié le 11 janvier 2019 sur Reporterre.net
Reportage vidéo de 29 minutes sur les accidents mortels de Bazancourt. Réalisé par France Timmermans et Franck Dépretz.
ENQUÊTE SONORE

Reportage sonore en deux parties sur les accidents mortels de Bazancourt et sur cette profession de cordiste souvent composée d’ouvriers et ouvrières itinérants et mal formés.

Reportage récompensé au festival Longueur d’Ondes de Brest en 2019.

REVUE DE PRESSE – Procès en appel de l’accident d’Arthur et Vincent

Médiapart, l’Union, France 3 Champagne-Ardennes, France-Bleu, Blast, l’Humanité, BastaMag, Midi-libre.
Tout ce qui a été dit autour de ce procès en appel du 21 septembre à Reims.
close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire