Paris, Nice, Bordeaux… A quoi s’attendre pour l'”acte 20″ des Gilets Jaunes ?

Acte XX: Tensions à Avignon

MOBILISATION – Des appels aux rassemblement ont été lancés à Paris, Bordeaux ou Avignon pour “l’acte 20” des Gilets jaunes ce samedi 30 mars. Plusieurs villes de l’Hexagone sont cependant concernées par des interdictions de manifester. Signe que le ministre de l’Intérieur maintient sa ligne de fermeté, un dispositif policier quasi similaire à celui de la semaine précédente est prévu.

Les dispositifs policiers et les interdictions de manifester ne refroidissent pas les Gilets jaunes à la veille de leur 20e samedi de mobilisation. Pour leur rendez-vous hebdomadaire, des mouvements  sont prévus un peu partout en France. Trois villes en particulier sont concernées : Paris, Avignon et Bordeaux.

De son côté, l’Intérieur maintient sa politique de fermeté et de dissuasion : outre l’interdiction de manifester dans certaines villes, le dispositif policier sera très légèrement allégé par rapport à celui de l’acte 19, avec 113 unités de forces mobiles déployées sur tout le territoire, soit environ 12 000 policiers ou gendarmes.

Hommages à Geneviève Legay

Des hommages devraient être rendus samedi à Geneviève Legay – militant d’Attac blessée samedi dernier à Nice lors d’une charge de la police. L’association a appelé les Gilets jaunes à brandir samedi des “drapeaux de la paix” en soutien à sa porte-parole . A Nice, les manifestants sont appelés à se rassembler à partir de 13h30 à la gare.

VOIR AUSSI

Deux manifestations prévues à Paris

Deux marches sont prévues dans la capitale ce samedi. La première est déclarée et signée par la préfecture. Organisée par l’une des figures du mouvement Sophie Tissier, elle débutera à 13h30 à Gare de l’Est pour se terminer au Trocadéro. Intitulé “Acte 20 : Gilets jaunes unis dans tout Paris on lâche rien”, l’événement Facebook rassemble ce vendredi 360 participants et en intéresse 2000.

L’autre événement, avec un peu plus de 440 participants et 2 800 “intéressés” est intitulé “Acte 20 Paris Dissidence Tous Ensembles !”. Il ne précise ni le lieu ni l’heure du rendez-vous.

Le ministre de l’Intérieur a d’ores et déjà prévu l’interdiction de l’accès aux manifestants au secteur des Champs-Elysées, du palais de l’Elysée et de l’Assemblée nationale, en prévention. Comme pour l’”acte 19″, pas moins de 40 unités de forces mobiles devraient être déployées dans la capitale, selon nos informations, soit plus de 5000 gendarmes ou policiers.

View image on TwitterView image on TwitterView image on Twitter

Globalement, les chiffres de participation se rapprochent de ceux observés la semaine dernière, à la veille de samedi 23 mars. Aucun de ces deux événements ne dépasse le millier de manifestants, alors que pour l’”acte 18″, marqué par des violences, 6500 Gilets jaunes s’étaient inscrits.

Des figures du mouvement attendues à Bordeaux

C’est à Bordeaux que le mouvement pourrait être important. Maxime Nicolle, Jérôme Rodrigues, et peut-être Eric Drouet, figures incontournables des Gilets Jaunes, seront au rendez-vous samedi, en réponse à “l’appel national” largement relayé sur les réseaux sociaux depuis deux semaines.

Le 23 mars dernier pour l’acte 19, Nice avait fait l’objet d’un appel similaire, ce qui avait conduit les autorités à interdire aux manifestants l’accès à la place Garibaldi, en plein centre-ville.

À noter que des manifestations – la liste n’est pas exhaustive – ont aussi été annoncées à Marseille, Rennes, Caen, Montbéliard ou Strasbourg.

Interdictions de manifester à Avignon, Toulouse ou Saint-Etienne

Un autre “appel national” est lancé dans la cité des Papes, à Avignon. L’événement intitulé “Acte XX : Mobilisation Nationale à Avignon” n’a jamais eu un tel succès pour la ville : 810 participants et près de 2500 personnes intéressées. Un appel pris au sérieux par les autorités, puisque la gare sera fermée, et tout rassemblement ou manifestation du mouvement sera interdit “intra-muros ” et sur plusieurs axes périphériques, précise la préfecture du Vaucluse.

Tout comme à Avignon, la préfecture de la Haute-Garonne interdit les rassemblements place du Capitole à Toulouse. Même chose à Saint-Etienne, Épinal, Rouen ou Nice. Ces interdictions sont à chaque fois justifiées par “la présence prévisible de personnes appartenant à des groupes activistes violents.”

“Il n’y a pas de date de péremption du mouvement”

Si les chiffres montrent une participation variable d’un acte à l’autre, les leaders du mouvement n’en démordent : les Gilets jaunes ne comptent pas s’arrêter de manifester. Dans son “live” Facebook du 23 mars, Maxime Nicolle martelait que “les gens n’arrêteront pas de manifester, au contraire”, en annonçant d’ores et déjà “un gros acte prévu à Toulouse le 13 avril”.

Eric Drouet quant à lui incite les manifestants à ne “pas perdre espoir” en direct sur Youtube le 25 mars. “Il n’y a pas de date de péremption du mouvement et il perdurera le temps qu’il faudra.”

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire