Manifestations du 1er mai : les syndicats craignent un flop historique

LR: Entre divisions syndicales, cortèges routiniers sans objets – dont se sont détourné les classes populaires –  et l’émergence du mouvement des gilets jaunes que boudent toujours les instances syndicales, les raisons du “flop” ne manquent pas. Mais les directions syndicales s’affligent de cette situation tout en refusant d’interroger les causes.  Le “flop” est déjà programmé dans le 04. Nous écrivions:
“La CGT des Alpes de haute Provence ne s’est pas rapprochée des gilets jaunes du département, alors que nous sommes mobilisés depuis vingt quatre semaines, alors qu’ au niveau national, les « gilets jaunes » constituent le plus puissant mouvement social depuis 50 ans, alors que nous recherchons à chaque occasion la convergence des mobilisations, gilets jaunes, gilets rouges, gilets verts. Dans cette situation, nous attendions un appel à une manifestation rassemblant les rouges, les jaunes, les verts, dans n’importe quel ordre, la CGT pouvait prendre cette initiative, elle ne l’a pas voulu, ses propositions pour ce premier mai 2019 sont pour nous très décevantes.”
leparisien.fr
Bérangère Lepetit 30 avril 2019
Paris, le 27 avril. Alors que les militants de la CGT ont pris part au cortège des Gilets jaunes pour l’acte 24, certains craignent qu’une partie des habitués du 1er mai passent leur tour cette année. LP/Olivier Corsan
Violences dans les cortèges depuis des mois, vacances scolaires, division des syndicats… Autant de raisons qui laissent présager une faible mobilisation dans la rue lors de la fête des travailleurs.
« Cette année, même les militants les plus assidus risquent de rester faire un barbecue dans leur jardin plutôt que de défiler en famille. Le 1er mai devient un simple jour férié », déplore un adhérent de Solidaires, classé à l’extrême gauche. Échaudés par les violences qui avaient marqué les défilés de l’an dernier, beaucoup de militants de la rue envisagent de déserter les traditionnels défilés organisés cette année pour la fête des travailleurs à l’appel de la CGT-FO-Sud-Solidaires et la FSU sur le thème « tous ensemble pour bâtir l’avenir ».

À tel point que certains leaders syndicaux craignent une démobilisation historique. « Cela devient de plus en plus compliqué d’aller manifester », reconnaît Eric Beynel, porte-parole de l’union syndicale Solidaires.

Les syndicats réformistes la jouent solo

« Quand il n’y a pas de casse, c’est l’attitude des forces de l’ordre, avec leurs tirs de flash-ball, qui intimide les manifestants », raille-t-il avant d’ajouter : « Nous espérons néanmoins du monde ! » La fin des vacances scolaires du printemps (pour la zone C) risquent également d’éteindre les dernières velléités de sorties, notamment à Montpellier, Paris ou Toulouse. Sans parler de la lassitude ressentie par une partie des militants syndicaux qui ont aussi en parallèle participé aux manifestations des Gilets jaunes depuis le mois de novembre.

LIRE AUSSI >1er mai à Paris : la préfecture contraint les établissements situés sur le parcours à fermer

Il ne faut pas oublier non plus que depuis des années, les syndicats réformistes comme la CFDT (NDLR : devenue en décembre le premier syndicat français devant la CGT) n’appellent plus à défiler, préférant organiser de simples rassemblements, des débats ou des projections de films. « Le 1er mai, le rapport de force ne se trouve plus dans la rue. D’année en année, cette journée est devenue le rendez-vous des spécialistes des défilés et l’année dernière, tout avait été capté par les black blocs », soupire Laurent Escure, le nouveau délégué général de l’Unsa qui appelle aux côtés de la CFDT, la CFE-CGC et la Fage à un rassemblement à 10h30 place de l’Odéon à Paris (VIe) avant de rallier en début d’après-midi le siège de la CFDT pour un débat sur le thème de l’Europe.

Pas de grosse mobilisation depuis… 17 ans

N’ayant rassemblé qu’entre 140 000 et 200 000 manifestants partout en France l’an passé, comme en 2017, la traditionnelle mobilisation du 1er mai peine à attirer les foules depuis belle lurette et les violences des casseurs encagoulés semblent porter le coup de grâce aux défilés.

« La dernière fois qu’une mobilisation avait réussi, c’était en 2002, entre les deux tours de la présidentielle, quand Jean-Marie Le Pen était arrivé au second tour de l’élection présidentielle, plus de 1 million de personnes étaient descendues dans la rue, rappelle Dominique Andolfatto, professeur à l’université de Bourgogne et spécialiste des mouvements sociaux. Le 1er mai reflète bien le déclin du syndicalisme. Les manifestations deviennent un lieu où les gens se défoulent et les syndicats font leur adieu à la société. »

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire