Une garde à vue c’est ça: Témoignage de Adrien AdcaZz (journaliste)

Témoignage de Adrien AdcaZz (journaliste)

” Je vous explique tout via ce message sur ce qui s’est passé à partir de cette manifestation du 12 septembre. et les “raisons” de la garde à vue.
À la suite de ce poste je vais publier plusieurs vidéos que j’ai filmé sur le terrain et une autre filmée à l’intérieur de notre cellule que je vous partage ici.
On m’a arrêté lors d’une nasse finale car mon visage était dissimulé après des tirs de lacrymogènes. (Le visage dissimulé c’est plutôt ma protection comme tout autres reporters utilisant de l’équipement.), mais la vraie raison c’est d’avoir filmé des images compromettantes, d’un marché de quartier entièrement gazé.
À la suite ils ont essayé de me coller des chefs d’accusation sans preuves, en sachant que j’étais reporter envoyé sur le terrain par
Il faut savoir que pendant 24h nous sommes restés à 11, enfermés avec une moyenne d’âge de 20 à 56 ans. Parmi ceux qui étaient avec moi, il y avait un blessé grave à la tête qui demande un médecin qui n’est jamais venue.
Un autre a été interpellé parce qu’il avait un gant dans son sac, un parce qu’il avait les mains sales. Forcément en 5h de détention sans comprendre ce qui se passe, la colère monte et le mental en prend un coup.
Tous réunis dans une cellule de 9m² dépassant les plus de 25°c en pleine période de COVID-19, vidéo à l’appui.
Pendant 24h nous sommes accusés :
“d’avoir participé à une manifestation en vue de commettre des violences”,“dissimulations de visages”,et”non respect des sommations”, toutes ces charges ont été classées sans suites par l’OPJ et le procureur suite à mes images qui prouvaient le contraire, mais surtout grâce à ceux qui ont su relayer l’info et apporté leur soutien !
, je pense fort aux autres gilets jaunes arrêter avec des motifs insensés, ceux que l’on voit sur cette vidéo ont tous accepté de montrer leur visage, ceci est une image rare de nos débuts de conditions d’arrestation. Encore merci à mon avocat maître David Libeskind. “
8 h 
(ce n’est pas moi qui filme et qui parle, moi je suis assis au fond, cette petite vidéo à été tournée grâce à un portable qui a réussi à passer les fouilles.)
Je vous explique tout via ce message sur ce qui s’est passé à partir de cette manifestation du 12 septembre. et les “raisons” de la garde à vue.
À la suite de ce poste je vais publier plusieurs vidéos que j’ai filmé sur le terrain et une autre filmée à l’intérieur de notre cellule que je vous partage ici.
On m’a arrêté lors d’une nasse finale car mon visage était dissimulé après des tirs de lacrymogènes. (Le visage dissimulé c’est plutôt ma protection comme tout autres reporters utilisant de l’équipement.), mais la vraie raison c’est d’avoir filmé des images compromettantes, d’un marché de quartier entièrement gazé.
À la suite ils ont essayé de me coller des chefs d’accusation sans preuves, en sachant que j’étais reporter envoyé sur le terrain par QG
Il faut savoir que pendant 24h nous sommes restés à 11, enfermés avec une moyenne d’âge de 20 à 56 ans. Parmi ceux qui étaient avec moi, il y avait un blessé grave à la tête qui demande un médecin qui n’est jamais venue.
Un autre a été interpellé parce qu’il avait un gant dans son sac, un parce qu’il avait les mains sales. Forcément en 5h de détention sans comprendre ce qui se passe, la colère monte et le mental en prend un coup.
Tous réunis dans une cellule de 9m² dépassant les plus de 25°c en pleine période de COVID-19, vidéo à l’appui.
Pendant 24h nous sommes accusés :
“d’avoir participé à une manifestation en vue de commettre des violences”,“dissimulations de visages”,et”non respect des sommations”, toutes ces charges ont été classées sans suites par l’OPJ et le procureur suite à mes images qui prouvaient le contraire, mais surtout grâce à ceux qui ont su relayer l’info et apporté leur soutien !
Encore merci à mon avocat maître David Libeskind , je pense fort aux autres gilets jaunes arrêter avec des motifs insensés, ceux que l’on voit sur cette vidéo ont tous accepté de montrer leur visage, ceci est une image rare de nos débuts de conditions d’arrestation.
Le reportage arrive très bientôt ! 👁
Voir les statistiques
Couverture de la publication : 84
Durand Justine et 1 autre personne

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire