La reconnaissance faciale se met en place à bas bruit

Samedi 5 septembre 2020

par Jacques Monin , Philippe Reltien , Cellule investigation de Radio France

Podcast La reconnaissance faciale se met en place à bas bruit

Interdite sur la voie publique en France, la reconnaissance faciale en temps réel fait malgré tout son chemin. Plusieurs municipalités testent des dispositifs qui s’en rapprochent, avant sa possible autorisation pour les Jeux olympiques de Paris en 2024.

07Technologie de reconnaissance faciale à l’aéroport. Les conditions générales de vente des billets pourraient contenir une clause de consentement. © Getty / izusek

Le nouveau marché de la reconnaissance faciale est évalué à sept milliards d’euros en France. Les Jeux de 2024, dont l’enjeu sécuritaire est très fort, ainsi que la Coupe du monde masculine de rugby en 2023, devraient être les laboratoires de ces technologies. “La filière industrielle française en matière de sécurité est en train de se positionner, analyse Félix Treguer, sociologue et fondateur de La Quadrature du net. Des sociétés comme Atos, Dassault Systèmes, Capgemini, sont en lien avec le ministère de l’Intérieur pour rafler les marchés publics autour des JO de 2024.”

Plusieurs expérimentations à grande échelle ont déjà eu lieu ou sont programmées, comme à Nice, Cannes, Marseille… Avec une question centrale, celle du consentement des personnes. Pour le journaliste Olivier Tesquet, c’est par ces différentes expérimentations dans les communes que le terrain se prépare : “Ces municipalités se sont transformées en showrooms sécuritaires, analyse-t-il. À Valenciennes, Huawei offre des caméras de vidéosurveillance à la commune. À Nice et à Marseille, c’est l’américain Cisco qui a approché la région Provence-Alpes-Côte d’Azur pour l’installation de portiques de reconnaissance faciale à l’entrée des lycéesLe problème, c’est qu’il n’y’a pas d’appels d’offres, et les habitants sont assez cruellement sous-informés sur ces questions-là.”

► LIRE L’ENQUÊTE INTÉGRALE | Reconnaissance faciale : officiellement interdite, elle se met peu à peu en place, une enquête de Philippe Reltien, cellule investigation de Radio France.

► VIDÉO | La reconnaissance faciale avance masquée :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire