Violence, racisme, sexisme : Le témoignage glaçant d’une policière

10 h 
le 24/01/2021
“Les policiers non fachos ne veulent pas s’opposer à la majorité des flics”
Ils adorent contrôler, humilier, tabasser faire peur et rendre la vie impossibles aux prolos basanés…
Par contre devant le moindre élu, le plus minuscule homme de pouvoir, ils s’agenouillent le cul bien haut prêt à toute perforation anale qui sauverait leur carrière de petit fonctionnaire zélé de la kommandantur… Ils ne se contentent d’être de hauts spécimens de la connerie humaine trop humaine, ils rajoutent à cela la lâcheté, la mesquinerie et le mensonge éhonté pour sauver leur peau de bipède en s’attaquant aux jeunes ou aux prolos racisés, bref les plus vulnérables… Quand ils ne rentrent pas à 3 chez Michel Zecler pour le défoncer, tellement c facile d’être hardi en groupe contre UN SEUL….
Ils rendraient presque sympathiques les amateurs de la chasse
La majorité des keufs sont des militants fachos déjà repérés dès l’école de police mais acceptés… Et constituent la majorité des promos… Ce qui explique que les RARES policiers sains n’osent rien dire…
Le témoignage de la gardienne de paix sur le Média est extraordinaire, par la restitution d’un quotidien facho ou la vie des basanés ne vaut pas celle d’un animal domestique dans la tête de ces individus…
Une cartographie mentale effrayante des fonctionnaires armés incultes, sadiques et d’une lâcheté sidérante qui sont chargés de nous protéger…
Protéger… Le mot que je cherchais…. 😃

Violence, racisme, sexisme : Le témoignage glaçant d’une policière

Depuis son entrée dans la police, elle tient un carnet. Un petit carnet noir, où elle a noté tous les insultes racistes et sexistes qu’elle a subi, vu ou entendu ; toutes les violences auxquelles elle a assisté ; tous les contrôles abusifs, les menaces, les coups.

Des pages et des pages qui documentent le racisme, le sexisme et la violence qui gangrènent de l’intérieur la police française. Aujourd’hui, elle a décidé de rendre public ce carnet, que nous avons consulté (et dont la forme a été modifiée pour protéger notre source).

S’il est rare d’entendre un policier s’exprimer librement sur ces sujets, la parole d’une policière en fonction est encore moins fréquente. Cet agent a accepté de témoigner à condition que son identité ne soit pas révélée, pour peur de représailles.

“Il faut qu’ils ressentent la peur pendant le contrôle,” “tapez dedans comme si c’était du gilet jaune”, “je suis facho, raciste et j’assume”… Ce ne sont que quelques morceaux choisis de ce document, que nous exposons pour la première fois.

L’expérience de cette policière nous révèle les mécanismes profonds qui sont à l’œuvre dans la police en France. Elle nous montre le suivisme et l’omerta, la banalisation du racisme, les violences régulières en garde à vue, la stratégie de harcèlement et provocation envers les jeunes des quartiers populaires, le sexisme ambiant, l’impuissance ou l’indifférence de la hiérarchie, le manque de contrôle des brigades de nuit, l’insuffisance de la formation dans les écoles de police.

Elle nous montre, grâce à son courage, comment ces problèmes ne relèvent pas d’une poignée d’individus égarés, mais qu’il s’agit là d’un dysfonctionnement global de l’institution policière, qui valorise le racisme et la violence et sanctionne les comportements vertueux.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire