Annulation de la “faites de la musique”

Annulation de la “faites de la musique” sur la place du village de Monoblet le 21 juin 2021
Chers amis,

Notre enthousiasme s’est effondré à la lecture du protocole édicté par le Ministère de la Culture pour l’organisation de la fête de la musique.

Notre grand tort est d’avoir cru un instant à un allègement des conditions et mesures sanitaires en anticipation de la dernière phase de réouverture des lieux culturels prévue au 1er juillet! 9 jours seulement après la fête de la musique !

Nous avons également cru la ministre de la Culture qui affirmait «On pourra danser mais ce sera une fête masquée avec un couvre-feu à 23 heures. ». Nous n’avions pas compris que nous danserions assis à un mètre les uns des autres!

Ce qui est rassurant, c’est que le Ministère de la Culture souligne très justement dans l’introduction de son protocole que « la Fête de la musique est un événement populaire inscrit dans les grands rendez-vous de l’année » et que « un de ses principes fondateurs est la spontanéité ». Ce qui est surprenant et navrant, ce sont les interdictions qui s’ensuivent et empêchent ces caractéristiques de se concrétiser :

– interdiction des spectacles dans l’espace public ;

– interdiction des concerts dans les bars et restaurants ;

– interdiction des concerts impromptus des musiciens, notamment amateurs, sur la voie publique ;

– obligation pour le public d’être assis ;

– etc …

Voilà une « fête » qui porte décidément bien mal son nom !

Nos retrouvailles seront donc retardées au 22 juillet pour une soirée flamenco avec la Madrugada.

Encore un peu de patience !!!!
Jean-Louis

Voilà où nous en sommes arrivés , avec ce gouvernement ,dans  sa gestion  sanitaire   du Covid qui nous convie  à faire  la fête assis ;en fait,  il s’agit  bien  d’une entreprise  totalitaire à  bas  bruit , insidieuse, pour  nous résigner  à  nous  isoler, jusqu’à  faire  la fête  derrière  des écrans ;
informés comme  nous  l’avons fait collectivement  à notre “café des  libertés ” de Forcalquier , dégagés de  la  paranoïa sanitaire ,  notre devoir  n ‘est  il  pas de  résister  à cette emprise numérique , de dire publiquement   merde à tous ces ronds de cuir  ,et d’autogérer  nos fêtes ,qui, du coup, deviennent subversives?
 La  manif du 12  juin contre  les restrictions de nos  libertés?
 Cette  manif ,comme d ‘habitude , ne servira qu’ à  réunir des  militants, ce qui en reste,  alors que  nous  pourrions nous  engager  avec  tous ceux qui sont outrés par la disparition  de  leurs libertés, jusque dans  leur  intimité
 N ‘est ce  pas  là   l ‘occasion d’organiser  un vaste mouvement  populaire, sur ce qui touche le citoyen lamda ?
                Il suffit de  parler  avec  les gens  pour connaître  le degré de révolte qui  couve en eux , sur   des choses aussi simples
Roberto

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire