Covid-19 : un cinquième vaccin, celui de Novavax, autorisé en France

Ce vaccin rejoint les quatre autres vaccins utilisés contre le Covid-19, commercialisés par Pfizer, Moderna, AstraZeneca et Janssen.

Article rédigé par

franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié 

C’est le cinquième vaccin contre le Covid-19 autorisé sur le marché français. La Haute Autorité de santé (HAS) a approuvé, vendredi 14 janvier dans un avis publié sur son site internet, le vaccin de l’Américain Novavax, basé sur une technologie classique.

Cette instance chargée de guider le gouvernement dans sa politique sanitaire a également publié de nouvelles recommandations sur le vaccin Janssen, déjà disponible pour les plus de 55 ans mais qui, dans les faits, n’est quasiment plus utilisé. Lui et Novavax peuvent dans certains cas être “une alternative utile” pour les gens réticents à se faire injecter les vaccins à ARN messager de Pfizer et Moderna, juge la HAS dans son avis. Celle-ci estime même qu’“à titre exceptionnel”, l’utilisation du vaccin Janssen peut être envisagée pour les moins de 55 ans.

Les vaccins à ARNm sont toujours à privilégier

La HAS continue d’estimer qu’il faut “privilégier” les vaccins à ARNm pour les premières injections comme pour le rappel, en raison de leur efficacité élevée. Pour autant, elle juge que Novavax et Janssen “représentent une option supplémentaire” pour les personnes qui “ne souhaitent ou ne peuvent recevoir” de vaccins ARNm. Il s’agit des “personnes réticentes face aux vaccins à ARNm” ou de “celles qui ont connu un évènement indésirable grave après une première injection”.

Or, à cause de la flambée épidémique due au variant Omicron, il est “indispensable de compléter la couverture pour la primovaccination et d’accélérer la campagne de rappel” chez ces personnes, insiste la HAS.

Jusqu’ici, la France disposait de quatre vaccins contre l’épidémie de Covid-19 : les deux vaccins à ARN messager (Pfizer, Moderna) et les deux à vecteur viral (AstraZeneca et Janssen). A ce stade, il reste 4,9 millions de personnes de 12 ans et plus à n’avoir pas reçu la moindre dose de vaccin. Certains non-vaccinés mettent en avant leur méfiance envers la technologie de l’ARNm.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire