« Gilets jaunes » : pris à partie à Nice, Eric Ciotti annonce qu’il va porter plainte

Samedi, le député LR des Alpes-Maritimes a notamment été traité de « collabo » et des policiers l’ont aidé à rejoindre sa voiture que des personnes ont menacé de « cramer ».

Le député LR des Alpes-Maritimes, Eric Ciotti, le 17 août 2018 à Nice. (MAXPPP)

Eric Ciotti annonce qu’il va porter plainte. Le député LR des Alpes-Maritimes a été pris à partie samedi 11 mai à Nice (Alpes-Maritimes), en marge d’un rassemblement des « gilets jaunes ».

Lors d’une scène à laquelle l’AFP a assisté, place Masséna, le parlementaire, qui participait à une foire aux livres, a croisé un groupe de manifestants. Plusieurs personnes l’ont alors notamment traité de « collabo »et des policiers l’ont aidé à se réfugier dans sa voiture. Sur une vidéo postée par Eric Ciotti sur les réseaux sociaux, on entend des manifestants menacer l’élu de « cramer [sa] voiture ».

Eric Ciotti

@ECiotti

« On va cramer ta voiture »
Je dénonce la violence d’activistes d’extrême-gauche qui m’ont pris à partie place Garibaldi à et porte plainte auprès du Procureur de la République pour menaces de mort.

« Je dénonce la violence d’activistes d’extrême gauche (…) et porte plainte auprès du procureur de la République pour menaces de mort », a annoncé le parlementaire dans son tweet. « Le mouvement des gilets jaunes a été volé par l’extrême gauche violente. Personne ne m’empêchera de soutenir l’ordre, la loi et nos policiers victimes de cette violence », a dénoncé l’élu, qui avait enfilé un gilet jaune pour soutenir le mouvement à ses débuts, le 17 novembre 2018.

Eric Ciotti a reçu le soutien du patron de son parti, Les Républicains : « Ecœurant ! Honteux déchaînement de haine envers un élu de la République. Tout mon soutien », a écrit Laurent Wauquiez dimanche sur Twitter.

Laurent Wauquiez

@laurentwauquiez

Eric Ciotti

@ECiotti

« On va cramer ta voiture »
Je dénonce la violence d’activistes d’extrême-gauche qui m’ont pris à partie place Garibaldi à #Nice06 et porte plainte auprès du Procureur de la République pour menaces de mort.

close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire