La Poste : la reprise du travail sur fond d’amertume à Digne-les-Bains

Par B.F. – https://www.ledauphine.com/
01 / 02

« En fait, on est revenu à la case départ. Ces 15 jours de grève n’ont servi à rien », déplore un des agents qui a observé le mouvement de grève des facteurs débuté le 18 décembre.

La justice avait ordonné le 26 décembre le déblocage du centre de tri de Digne-les-Bains alors que les syndicats CGT et Sud évoquaient simplement la formation d’un piquet de grève devant le portail d’entrée. Par la suite, l’intersyndicale avait proposé une solution alternative à la suppression des trois postes prévus dans le plan de restructuration, objet du conflit social.

Les excuses de La Poste

« La direction n’a pas voulu ouvrir de vraies négociations et nous a renvoyés au plan de réorganisation des tournées de facteurs présenté en novembre dernier », commente Philippe Jourdan délégué CGT. Il poursuit : « À l’instar du gouvernement Macron face à la SNCF, La Poste a opté pour le pourrissement du conflit et nos collègues n’ont pas pu poursuivre un mouvement qui les pénalise financièrement ».

Dans un communiqué transmis cette semaine à la presse, La Poste se félicite de la reprise du travail effective depuis ce mardi 31 décembre de l’ensemble du personnel de la plateforme de courrier de Digne-les-Bains.

Après avoir fait valoir la légitimité de son action contre le blocage du personnel non-gréviste devant le tribunal des référés, la direction régionale affirme avoir “poursuivi la négociation avec toutes les parties pour sortir du conflit et installer le dialogue social nécessaire à la mise en place d’une organisation de la distribution qui prenne mieux en compte la baisse du courrier, la hausse des colis et de meilleures conditions de travail pour les postiers”.

Enfin, se disant “conscient des désagréments que les blocages répétés ont provoqué pour les communes desservies par cette plateforme”, La Poste présente ses excuses aux usagers pénalisés par ce conflit.

En l’espace de 15 ans, le nombre de préposés a été divisé par deux sur le ressort de Digne et des trente communes environnantes de même que le volume de courrier. 3 000 colis et près de 100 000 plis et courriers étaient en souffrance au centre de tri avant que les 38 facteurs et contractuels (moins les trois supprimés) ne reprennent le travail.

close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire