VIDEO.Toulouse : peu de Gilets jaunes, beaucoup de policiers et des face-à-face tendus avec les commerçants

  • Face ) face tendu entre Gilets jaunes et commerçants de Toulouse, samedi. MAXPPP – XAVIER DE FENOYL
Publié le 

l’essentielDes petits groupes de Gilets jaunes ont tenté de se rassembler ce premier samedi déconfiné dans le centre de Toulouse avant d’être dispersés par la police. Les commerçants se sont rassemblés pour dire leur exaspération.

« Ça, ça coûte 135 € », se désole Paul en désignant son Gilet jaune. À Toulouse, l’intérimaire de 28 ans avait répondu ce samedi à l’appel à manifestation du mouvement des Gilets jaunes, confinés jusqu’à lundi et bien décidés, sur les réseaux sociaux, à revenir plus nombreux. Peur du Covid-19, démobilisation ou respect de l’interdiction préfectorale… ils étaient très peu nombreux et surtout très peu visibles ce samedi après-midi à partir de 14 heures à Jean-Jaurès.

Difficile de les dénombrer, quelques dizaines, peut-être une centaine dont quasi aucun ne portait la chasuble emblématique du mouvement. Sur l’esplanade François-Mitterrand, entre Jean-Jaurès et la place Wilson, les forces de l’ordre étaient, elles, très nombreuses et visibles. Environ 350 personnels étaient mobilisés hier après-midi à Toulouse.

Malgré l'interdiction, des Gilets jaunes se sont rassemblés à Toulouse le premier samedi du déconfinement.
Malgré l’interdiction, des Gilets jaunes se sont rassemblés à Toulouse le premier samedi du déconfinement. – Photo DDM, Michel Viala
Malgré l'interdiction, des Gilets jaunes se sont rassemblés à Toulouse le premier samedi du déconfinement.

À 14 heures, seul le gilet jaune d’un employé de la propreté de Toulouse Métropole colore la place. Petit à petit des grappes de personnes se positionnent de manière éparse. Sur les trottoirs, en face, d’autres petits groupes manifestement venus braver l’interdit préfectoral. Timidement. Les forces de l’ordre contrôlent les identités. « Mesdames et Messieurs, cette manifestation est interdite. Si vous persistez à vous rassembler à plus de dix personnes vous serez verbalisés ».

Échanges tendus entre commerçants et Gilets jaunes à Toulouse cet après-midi pic.twitter.com/osrOhdsK9n

— La Dépêche 31 (@ladepeche31) May 16, 2020

Le message de la police est clair. Contrôlée, une femme portant une pancarte refuse de s’identifier. « On l’emmène ». Il est 14 h 07 et quelques huées fusent sur la place.
Pendant le confinement, les Gilets jaunes n’ont pas perdu leurs habitudes. On se filme et on filme surtout les policiers. « Si vous persistez à vous maintenir sur les lieux, nous ferons usage de la force contre vous », rappellent à nouveau les forces de l’ordre. De Jean-Jaurès au Capitole, les contrôles se sont multipliés. Les verbalisations aussi : une cinquantaine au total.

Les commerçants de Toulouse avaient appelé à une contre-manifestation ce samedi. Les deux rassemblements n’étaient pas autorisés par la préfecture #GiletsJaunes pic.twitter.com/YTSEPwnpOA

— La Dépêche 31 (@ladepeche31) May 16, 2020

Les #GiletsJaunes à #Toulouse reprennent du service malgré l’interdiction de manifester ce samedi par la préfecture. Un groupe d’une centaine de personne s’est formé #deconfinementjour6 #Occitanie pic.twitter.com/wiIDhmJpBZ

— Guillaume Pannetier (@GuillaumePannet) May 16, 2020

Un rassemblement de commerçants

À Saint-Georges, une quarantaine de commerçants manifestaient pour dire leur ras-le-bol de voir reprendre le mouvement jaune. « La plupart d’entre nous sont dans une situation catastrophique », dit l’un d’eux. Sur la place, toujours privée de ses terrasses de restaurants, une banderole « Stop à l’irresponsabilité des usurpateurs en jaune » a été déroulée.

« Ce ne sont pas des Gilets jaunes, ce mouvement a été récupéré par des extrémistes qui sont contre tout, qui manifestent depuis 18 mois, qui viennent casser. Mais nous, on n’en peut plus, on sort de deux mois de confinement, on est à l’agonie et tout ce qu’ils trouvent, c’est revenir en centre-ville », s’exclame Antoine Nori, commerçant à Victor-Hugo. Trois Gilets jaunes provoquent, en criant « les commerçants exploitent les travailleurs ! ».

Une altercation a eu lieu place Saint-Georges entre une commerçante et un Gilet jaune.
Une altercation a eu lieu place Saint-Georges entre une commerçante et un Gilet jaune. – DDM – Photo DDM, XAVIER DE FENOYL

Un commerçant hausse le ton : « Mais vous n’en avez pas marre de venir tous les samedis, vous détruisez des emplois, nous les petits commerces on paie nos impôts en France, allez taper sur les géants du commerce en ligne si vous voulez vous défouler ! » Des Gilets jaunes font irruption par la rue de la Pomme, et chantent « On est là ! Même si Macron ne veut pas nous, on est là ! » Ils sont dispersés immédiatement par des policiers, sous les applaudissements des commerçants, qui chantent à leur tour « Tout le monde aime la police ! ». Le maire, Jean-Luc Moudenc, fait une apparition « de soutien » de quelques minutes, mais reste en marge du rassemblement, à une quarantaine de mètres. Les participants se sont dispersés dans le calme.

Cyril Doumergue et Claire Lagadic
close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire