Macron patine, ne lui laissons pas les moyens de se maintenir ! Éditorial du 11 juillet 2020

par aplutsoc le 12/07/2020

UD FO des Côtes d’Armor – Déclaration du 10 juillet 2020

A APLS, nous n’avons pas publié de commentaires sur le « nouveau » gouvernement Macron-Castex, car le besoin n’en est pas paru évident, comme l’indiquent dans cette phrase les guillemets au mot « nouveau » !

Il est évident que Macron patine. Le dénommé Castex n’a pas pour fonction d’exister vraiment (existe-t-il d’ailleurs ? bof …). Ce qui revêt un intérêt politique certain est de constater que le macronisme, après trois années, et quelles années !, de pouvoir présidentiel à Macron, hé bien le macronisme, cela n’existe pas, et certainement pas comme pensée politique ou pensée tout court.

Faute d’avoir construit son propre appareil, sa propre base, sa propre camarilla, ses propres écuries, n’ayant pu structurer que des bandes de malfrats mal contrôlées à la Benalla d’un coté et des cohortes de nullités sidérales de l’autre, Macron fait appel tant qu’il le peut aux ressources du « néo-gaullisme » comme le dit la presse, c’est-à-dire aux placards de la V° République. D’où ce gouvernement à la Sarkozy-Juppé-Fillon, et ce ne sont pas ses deux comiques troupiers, Mme Bachelot et M. Dupont-Moretti, qui vont y changer quelque chose. La velléité politiquement la plus significative – mettre Blanquer à l’Intérieur en remerciement du saccage qu’il a mené avant, pendant et après le confinement, à l’Éducation nationale – a été abandonnée. Au profit d’un individu connu pour avoir exigé des faveurs sexuelles de par ses positions de pouvoir : voilà qui n’encouragera pas les dépôts de plaintes pour viol dans les commissariats. Le prompt mouvement d’opinion provoqué par les personnalités machistes de ce dernier et de M. Dupont-Moretti, est significatif de l’isolement et du discrédit du pouvoir.

Un gouvernement prenant soin de la population, parce qu’il la représente et serait mandaté et contrôlé par elle, commencerait par prendre des mesures d’urgence face au retour de la pandémie, qui apparaît clairement inévitable avec l’aide de MM. Trump, Bolsonaro et Modi. Il organiserait la répartition du temps de travail entre tous les privés d’emploi, interdirait les licenciements pour éviter le chômage massif qui arrive – la presse économique parle de 800.000 suppressions d’emplois à la rentrée – et suspendrait bien entendu les mesures antisociales sur les retraites ou l’assurance-chômage. Il susciterait lui-même des créations d’emplois dans la Santé et l’Éducation, et par la sortie urgente de la combustion du pétrole comme source énergétique première.

Pas besoin de disserter longuement pour constater que sur chacun de ces points d’urgence, l’exécutif Macron-Castex fait le contraire (et, notons-le accessoirement, ce ne sont pas les nouveaux maires EELV de quelques grandes villes qui vont le contraindre à lutter contre le réchauffement et ses effets !).

Et il cherche, en nous culpabilisant, à nous préparer à une deuxième vague épidémique pire que la première, mais dans laquelle il n’y aura pas de mesures générales, parce qu’il faudra « travailler ».

Cette réalité est vécue et perçue par les plus larges masses qui ont en elles l’expérience de l’explosion des gilets jaunes du 17 novembre 2018 et des semaines suivantes, la grève générale de fait du 5 décembre 2019, la poussée des « droits de retrait » (qui, rappelons-le, datent de la lutte des cheminots à l’automne 2019) au début du « confinement », et de la reprise des manifestations depuis début juin et de l’écho de la crise majeure qui a commencé outre-Atlantique – le New York Times du 3 juillet dernier a évalué le nombre de manifestants en juin, aux États-Unis, entre 15 et 26 millions. Les grèves réelles sur le terrain se multiplient.

Les appels à l’action comme celui que nous avons publié, communiqué par le camarade Denis de Saint-Étienne, visant à affirmer le droit de manifester sans autorisation et le devoir d’insurrection dès ce 14 juillet, ainsi que les appels de Gilets jaunes en ce sens, ou encore l’adresse du militant CGT (Goodyear) Mickael Wamen à P. Martinez du 30 juin,« Organisons tous ensemble la riposte au carnage organisé par le capital .. » avec une assemblée syndicale extraordinaire urgente pour cela, d’autres initiatives certainement encore, ne peuvent apparaître à certains camarades comme des cris dans le désert, des ultimatums ou des incantations que pour deux raisons : le manque d’habitude à « voir par en bas », comme dit Jacques Chastaing, et l’unanimité de fait au niveau des « directions » à ne surtout pas chercher un affrontement pourtant inscrit dans toute la réalité.

Ainsi, ce pouvoir isolé et discrédité s’apprête à se targuer d’un premier « succès » : le « Ségur de la Santé » verrait la signature des fédérations CFDT, UNSA et FO de ce secteur. Seule la signature des dirigeants de la fédération FO peut permettre de parler de « succès », en réalité très mince, CGT et SUD ne signant pas, de même que le SNICS-FSU, les nombreux collectifs d’infirmières affirmant leur déception, même l’urgentiste Patrick Pelloux qui manquait de mots assez élogieux pour Castex, « super mec » lors de sa désignation, parle maintenant de « note amère ».

Il est facile d’en juger. Le point central concerne les salaires. Le gouvernement était dans l’impossibilité de ne pas lâcher « quelque chose ». Il lâche 90 euros en septembre 2020 et 93 euros en plus à partir de mars 2021, pour tous les personnels soignants de la fonction publique hospitalière, administratifs et contractuels compris, mais social et médico-social exclus. Il promet 15.000 créations de postes qui s’avèrent en comporter 7.500 sur des postes existants mais « à pourvoir » : sans politique différente, il est douteux que les 15.000 y soient. Et justement, sur la politique hospitalière, avec en son cœur la tarification à l’acte chère à M. Castex ou à Mme Bachelot, et donc l’étranglement de la santé publique et les fermetures de lits, il n’y a aucun changement et Macron se réserve les « annonces » dans son discours du 14 juillet (ou pas …). Sans parler de la résistance maxima du gouvernement à propos de la reconnaissance du Covid en maladie professionnelle …

Le débat est vif dans FO, dont la direction de la Fédération des Services publics et de Santé affirme avoir consulté « l’ensemble de ses délégués régionaux, groupements départementaux et syndicats », mais qui ne donne pas le détail de cette « consultation ». A la base, une revendication claire montait : 300 euros pour toutes et tous, tout de suite, exprimée par exemple par l’assemblée des personnels de l’hôpital lyonnais du Vinatier (Bron), avec le syndicat FO, s’opposant à la signature. L’argument des signataires est classique : c’est insuffisant, mais c’est bon à prendre, il faut savoir signer pour engranger un acquis, un bon tiens vaut mieux que deux tu l’auras.

Ce faux bon sens cache une question politique de fond, qui pose celle de l’indépendance syndicale. Le gouvernement Macron-Castex, répétons-le, s’était placé dans l’impossibilité de ne pas lâcher un peu sur les salaires dans les hôpitaux et les Ehpad. Question de rapport de force : un an et demi de grèves des hospitaliers suivi de leur place centrale comme premiers de corvée (mais par de cordée !) devant l’épidémie, et retour en force le 16 juin avec une image clef, celle de l’infirmière Farida C., qui a eu le Covid, traînée ensanglantée par les cheveux pour avoir exprimé sa colère. A qui fera-t-on croire que la non-signature de la fédération FO aurait empêché les 183 euros (en deux temps) d’augmentation et n’aurait pas soit contraint à lâcher cela quand même, soit poussé à poursuivre les négociations et à devoir lâcher un peu plus?

En choisissant de signer maintenant, d’appeler cela une « victoire », au moment stratégique de la veille du nouveau discours annoncé de Macron, les dirigeants fédéraux ne font pas du réformisme cherchant du grain à moudre, ils font de la politique : ils aident Macron. Notons d’ailleurs que juste après la nomination du dénommé Castex, ont surgi par enchantement médiatique des éloges de « l’homme de dialogue à l’accent du Sud-Ouest » émanant d’un certain Mailly …

L’indépendance syndicale, qui arrache des réformes par la lutte sociale directe et prépare donc l’affrontement inévitable, est tout au contraire mise en avant dans le communiqué de l’UD FO des Côtes-d’Armor, titré « Ils ne s’arrêteront pas si nous les arrêtons pas ! », et demandant que la confédération se mette en ordre de bataille pour la rentrée en vue de la grève générale interprofessionnelle, la rupture des « discussions, concertations, tables rondes de tout ordre dans lesquelles il n’y a rien à négocier, si ce n’est des reculs » étant la condition de la bataille.

Indépendance et unité sont en effet les deux moyens de tout rapport de force. Ce que dit l’UD FO des Côtes d’Armor vaut pour tout le syndicalisme et doit rencontrer le mouvement d’en bas, qui est bel et bien là. Sans attendre bien entendu les présidentielles …

Organiser la bataille, y aider politiquement, voila ce que nous allons chercher à faire. Lecteurs, à vos plumes ! Nous allons devoir nous rencontrer prochainement, pour reprendre et élargir les liaisons et débats commencés avant le confinement. Car, pour l’affrontement social, nous avons du grain à moudre !

Le 11-07-2020.

aplutsoc | 12 juillet 2020
close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire