Des cas à la hausse mais une gravité plus faible qu’au premier acte »

https://www.lamarseillaise.fr/

Didier Raoult a posté hier une nouvelle vidéo pour faire un point sur la situation de l’épidémie à Marseille.

26/08/2020

Depuis juillet, il y a une ré-augmentation du nombre de cas. Mais la forme observée est, pour l’instant, beaucoup plus bénigne que ce qu’on avait observé durant le premier acte », explique d’abord le Pr Didier Raoult, directeur de l’IHU Méditerranée Infection. Un premier acte qu’il situe jusqu’à fin avril, le deuxième acte ayant commencé le 15 juin.

Selon lui, les deux épisodes sont comparables : « Au début on a eu l’impression que c’était surtout des jeunes mais, en fait, la moyenne d’âge est à peu près la même. Le nombre de + 65 ans est de 10 % alors qu’il était de 12 %, il y a en revanche un peu plus d’hommes… » En revanche des chiffres changent souligne-t-il : « il y a moins d’hospitalisations : 11 % contre 18 %, et la mortalité est 10 fois plus basse ». Didier Raoult précise aussi que « les signes associés de gravité, comme les troubles de coagulation, sont plus rares dans l’épisode actuel ». Et d’en conclure : « On est donc dans une situation où les cas autochtones augmentent mais, pour l’instant, on reste avec une mortalité plus faible et une gravité plus faible. »

close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire