Le poison de l’injustice

Le quotidien national « L’Humanité » ouvre son édition de ce mardi 8 septembre sur le scandale du chlordécone aux Antilles.

Le quotidien national « L’Humanité » ouvre son édition de ce mardi 8 septembre sur le scandale du chlordécone aux Antilles.

C’est la Une du quotidien « L’Humanité » de ce mardi 8 septembre. Le journal communiste consacre ainsi trois pages à la question du chlordécone, sous le prisme des revendications actuelles des militants et des procès pour « violences contre les forces de l’ordre ».

L’ouverture de son Dossier est résolument engagée, comme à son habitude : « victimes poursuivies, empoisonneurs impunis ». Le journal considère que « violences policières et acharnement judiciaire s’abattent sur les militants antichlordécone, alors qu’ils demandent justice contre une contamination à grande échelle, dont les responsables n’ont jamais été condamnés ».

« Sept siècles de contamination »

L’Humanité revient également sur l’histoire de ce pesticide utilisé jusqu’en 1993 aux Antilles grâce à des dérogations, alors qu’il a été retiré de la vente, en France, en 1990. « Vingt ans d’utilisation pour sept siècles de contamination », titre le quotidien.

Enfin, il accorde la parole à Naema Rainette-Dubo, porte-parole du collectif « Zéro Chlordécone – Objectif zéro poison », qui considère que « le chlordécone est aussi un problème de classe ».

L’image contient peut-être : texte qui dit ’Quand certains dérangent ce système, la Justice coloniale est là pour les réduire au silence. Ces condamnations sont un rappel pour dire au peuple Antillais de continuer à mourrir sans se plaindre et dans l'indifférence générale. Mourir dans l'indifférence, voilà ce que la France attend de nous.’

close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire