Covid-19 : Emmanuel Macron assume sa stratégie d’« emmerder » les non-vaccinés

Dans un entretien avec des lecteurs du « Parisien », le président de la République exclut la vaccination obligatoire et le tri en défaveur des non-vaccinés dans les services de soins critiques.

Le Monde

Publié hier le 04 01 2022

« Moi, je ne suis pas pour emmerder les Français. Je peste toute la journée contre l’administration quand elle les bloque. Eh bien là, les non-vaccinés, j’ai très envie de les emmerder. Et donc on va continuer de le faire, jusqu’au bout. C’est ça, la stratégie. » Dans un entretien avec des lecteurs du Parisien, publié mardi 4 janvier, Emmanuel Macron accentue sa tonalité résolument offensive à l’égard de la « toute petite minorité qui est réfractaire » à la vaccination contre le Covid-19.

« Nous mettons une pression sur les non-vaccinés en limitant pour eux, autant que possible, l’accès aux activités de la vie sociale, explique le chef de l’Etat. Je ne vais pas les mettre en prison, je ne vais pas les vacciner de force. Et donc, il faut leur dire : à partir du 15 janvier, vous ne pourrez plus aller au restau, vous ne pourrez plus prendre un canon, vous ne pourrez plus aller boire un café, vous ne pourrez plus aller au théâtre, vous ne pourrez plus aller au ciné… »

Lire aussi  Article réservé à nos abonnés Covid-19 : avec 90 % de la population éligible ayant reçu au moins une dose, la France a-t-elle atteint son plafond vaccinal ?

Il exclut toutefois la vaccination obligatoire : « Si demain je dis “pour tous les adultes, il faut être vacciné”. Comment on le contrôle et quelle est la sanction ? C’est ça, le vrai sujet. Je vais forcer des gens à aller se faire vacciner ? Les emprisonner et puis les vacciner ? »

Le chef de l’Etat exclut également un tri, dans les services de soins critiques, en défaveur des non-vaccinés, sujet qui fait débat en pleine flambée des cas : « Vous ne pouvez pas placer des soignants face à cela. Parce qu’un soignant il regarde quelqu’un qui est malade et il ne regarde pas d’où il vient, ce qu’il est. »

Lire aussi  Article réservé à nos abonnés « La solution de ne pas admettre en réanimation les personnes ayant fait le choix de ne pas se vacciner n’est pas envisageable »

Etre candidat à la présidentielle ? « J’ai envie »

Il s’exprimait alors que les députés avaient repris le débat sur le passe vaccinal après le vote surprise refusant la poursuite des débats dans la nuit de lundi à mardi. Afin d’apaiser une ambiance électrique dans l’Hémicycle, les élus se sont mis d’accord, mardi soir, pour repousser l’âge du passe vaccinal de 12 à 16 ans.

« Cette décision se consolide en mon for intérieur. J’ai besoin d’être sûr d’être en capacité d’aller aussi loin que ce que je veux », a ajouté le chef de l’Etat, interrogé par des lecteurs du quotidien.

Lire aussi  Covid-19 : la flambée épidémique se poursuit en France avec 272 000 cas enregistrés en vingt-quatre heures

« Aveu sidérant »

Le candidat de La France insoumise à la présidentielle et député Jean-Luc Mélenchon a été l’un des premiers responsables à réagir sur la phrase de M. Macron sur les non-vaccinés : « Le président maîtrise-t-il ce qu’il dit ? L’OMS [Organisation mondiale de la santé] dit convaincre plutôt que contraindre. Et lui ? Emmerder davantage. Consternant », dénonce-t-il dans un tweet, évoquant dans un autre message un « aveu sidérant ».

Invité de LCI, le candidat écologiste Yannick Jadot a condamné les propos et la posture du chef de l’Etat : « Il fait de la vaccination un référendum pour ou contre Macron, il en fait un plébiscite, ça, c’est une faute politique. »

Pour Marine Le Pen, la candidate du Rassemblement national, « un président ne devrait pas dire ça. Le garant de l’unité de la nation s’obstine à la diviser et assume vouloir faire des non-vaccinés des citoyens de seconde zone. Emmanuel Macron est indigne de sa fonction ».

« Président, j’arrêterai d’emmerder les Français. Le président sortant, lui, parle ouvertement d’emmerder une catégorie de Français », a immédiatement tweeté l’autre candidat d’extrême droite, Eric Zemmour.

Dans la majorité, la députée Aurore Berger (La République en marche) a répondu à ces critiques en demandant : « Mépriser les Français, c’est parler vrai ? Dire que les devoirs précédent les droits ? Dire simplement que les Français ne paieront pas l’irresponsabilité de quelques-uns ? »

close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire