Présidentielle 2022 : la Primaire populaire enregistre 467.000 inscrits

Spokespersons of the movement 'La Primaire Populaire' (The People's Primary) Samuel Grzybowki (L) and Mathilde Imer hold a press conference in Paris, on January 15, 2022. (Photo by Thomas COEX / AFP)

 LR: C’est la faiblesse de cette « gauche » de toutes les compromissions des décennies durant qui a permis l’irruption du mouvement des gilets jaunes comme celui du passe sanitaire qui s’est construit sans cette « gauche »-là. On ne va pas la regretter ! Ces ONGistes sont juste des sous-politiciens qui aspirent à prendre les places devenues vacantes du grand jeu carnavalesque de la « représentation » électorale, auquel nous convoque très régulièrement les dominants pour enregistrer et légitimer leur domination. La primaire « socialiste » avait réuni en 2017 1.500.000 avec le résultat que l’on sait; avec 467 000 clics de souris, Samuel Grzybowki et Mathilde Imer, les deux organisateurs de la Primaire populaire tentent de survivre à ce naufrage. En tout cas, deux nouvelles carrières d’opportunistes sont lancées… Et pas un mot sur le mode de partage des 8 millions d’euros de financement public promis à l’élu qui passe les 5% et quid de la perte équivalente pour ceux – peuvent-ils exister – qui acceptent de se retirer. Les élections, c’est un fonds de commerce concédé par la bourgeoisie éclairée, car à la fin, c’est toujours elle qui les gagne.

Samuel Grzybowki et Mathilde Imer, les deux organisateurs de la Primaire populaire, le 15 janvier dernier. THOMAS COEX / AFP

Le processus, qui débouchera sur un vote étalé sur plusieurs jours en fin de semaine, doit sélectionner un candidat de gauche à la présidentielle.

Clap de fin pour les inscriptions à la Primaire populaire. À quelques jours du scrutin en ligne, prévu du 27 au 30 janvier, les Français avaient jusqu’à dimanche 23 janvier au soir pour s’inscrire. Bilan des courses : pas moins de 467.000 personnes vont pouvoir voter, alors que le processus n’est toujours pas reconnu par plusieurs des personnalités qui figurent parmi les candidats. Samuel Grzybowski, l’un des deux organisateurs, s’est tout de même félicité ce lundi sur France Info d’une «bonne surprise».

C’est un chiffre record pour les processus de départage organisés cette année. Pour rappel, la primaire écologiste de septembre dernier a enregistré 122.000 inscrits, et le congrès des Républicains, qui s’est tenu en décembre, en a compté 140.000. Le résultat reste toutefois largement inférieur à celui de la primaire citoyenne de la gauche en 2017, à laquelle plus de 1.500.000 personnes avaient participé.

«Faire irruption dans le jeu électoral»

«C’est un symbole très fort de voir que les citoyens peuvent faire irruption dans le jeu électoral de manière inattendue», s’est en tout cas félicité Samuel Grzybowski. Désormais, le porte-parole de la Primaire populaire fait un pari. Alors qu’Anne Hidalgo, Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon ont déjà annoncé qu’ils ne se soumettront pas aux résultats du scrutin, «est-ce que ces personnes vont refuser le soutien de 467.000 personnes ?», interroge le militant. «Nous, on est prêts à faire campagne pour la personne qui va l’emporter», ajoute-t-il, assurant que les votants représentent «cette gauche déboussolée».

Sur RTL ce lundi matin, la candidate du PS a pris acte du nombre de votants, affirmant, une fois de plus, «ne rien regretter». Dans la foulée, le porte-parole du candidat Insoumis, Alexis Corbière, a fait état d’un processus «anti démocratique et méprisant pour les militants qui sillonnent la France pour récolter les 500 parrainages». «Conclusion, ils démoralisent et démobilisent», a-t-il déclaré.

close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire