Un procureur grec convoqué pour être interrogé au sujet de son enquête sur Novartis

Collusion du cigarettier Philip Morris avec des agents des douanes en Italie

www.occrp.org/en/daily/15935-greek-prosecutor-summoned-for-questioning-over-her-novartis-probe

Un procureur grec convoqué pour être interrogé au sujet de son enquête sur Novartis

10 février 2022

Eleni Touloupaki, le procureur grec qui a enquêté sur les pots-de-vin versés par le producteur pharmaceutique suisse Novartis à des hommes politiques et à des prestataires de soins de santé grecs, a déclaré qu’elle avait été convoquée pour être interrogée vendredi par la Cour suprême grecque dans le cadre d’une enquête pénale distincte ouverte à son encontre après qu’elle a été retirée de l’affaire Novartis.

En plus de soudoyer des politiciens pour augmenter le prix des médicaments en Grèce et donc ailleurs dans l’UE, Novartis a également soudoyé plus de 5 000 médecins grecs pour les inciter à prescrire ses produits à leurs patients.

Touloupaki a été retiré de l’affaire après que les élections de 2019 ont porté le Premier ministre Kyriacos Mitsotakis au pouvoir et que l’affaire s’est refroidie en Grèce.

Mais pas aux États-Unis. Novartis a accepté en 2020 de payer 347 millions de dollars US dans le cadre d’un règlement avec le ministère américain de la Justice et la Securities and Exchange Commision pour des violations de la loi sur les pratiques de corruption à l’étranger, dans lequel elle a reconnu avoir effectué des paiements illégaux à des fournisseurs de soins de santé et des fonctionnaires grecs.

Néanmoins, la Grèce n’a pas fait grand-chose pour demander des comptes à l’entreprise pharmaceutique suisse et aux bénéficiaires des pots-de-vin. Au lieu de cela, Touloupaki a été accusé, avec plusieurs autres personnes, d’abus de pouvoir, de manquement au devoir et de participation à une organisation criminelle qui cherchait à impliquer des hommes politiques dans l’affaire des pots-de-vin de Novartis.

Mme Touloupaki a déclaré à l’époque à l’OCCRP que depuis qu’elle a commencé à enquêter sur l’affaire des pots-de-vin de Novartis, elle a été persécutée politiquement en conséquence. « Ils ont réussi à transformer les auditeurs en accusés afin d’empêcher toute enquête judiciaire », a-t-elle déclaré à l’OCCRP en 2020.

« Maintenant, je suis convoquée par la justice grecque pour répondre en tant qu’accusée », a déclaré Touloupaki dans une déclaration publique mardi.

Elle a qualifié cette convocation de signe d’honneur et de reconnaissance « pour avoir agi guidée par l’intérêt public et ne pas avoir cédé aux pressions, pour avoir mis en lumière le scandale qui a coûté cher à notre pays, à l’Europe et à des milliers de personnes privées du droit aux soins de santé. »

En janvier, les éminents journalistes Ioanna Papadakou et Kostas Vaxevanis, tous deux accusés d’être, avec un ancien vice-ministre de la justice du précédent gouvernement SYRIZA, membres de la même organisation criminelle que Touloupaki, ont dû comparaître devant la Cour suprême pour être interrogés, ce qui a suscité une vive réaction des organisations de défense des journalistes.

Pendant ce temps, une par une, les personnes sur lesquelles Touloupaki a enquêté dans le cadre de la corruption de Novartis ont été libérées. Il y a deux semaines, le ministre de l’économie, Adonis Georgiades, a annoncé que les poursuites contre lui étaient abandonnées.

M. Georgiades a accusé les médias d’avoir fabriqué des articles pour tromper le public et ses collègues sur son rôle dans l’affaire Novartis et a déclaré que ces médias faisaient l’objet d’une enquête par la justice du pays.

« Je tiens à remercier le Premier ministre et président de Nea Demokratia Kyriacos Mitsotakis qui n’a jamais contesté l’intégrité de mon personnage et s’est toujours tenu à mes côtés », a-t-il déclaré.

Quelques jours plus tard, le journal grec Avgi a rapporté que les procureurs avaient jugé le témoignage d’un dénonciateur pas assez crédible pour que M. Georgiades soit poursuivi. Le témoin, dont la véritable identité est protégée et qui n’est connu que sous le pseudonyme « Aikaterine Kelesi », a affirmé qu’à trois reprises, elle avait été témoin de la façon dont Georgiades avait reçu des enveloppes contenant un total de 140 000 euros (160 000 dollars) en espèces.

Pour justifier leur décision d’abandonner les poursuites, les procureurs ont déclaré que diverses sommes d’un montant total de 365 000 euros (419 160 dollars) avaient été déposées sur le compte du ministre par des associés et des proches entre 2013 et 2016.

Mercredi, il est apparu que l’ancien ministre et commissaire européen Dimitris Avramopoulos, qui avait également été mis en examen dans l’affaire des paiements illégaux de Novartis, avait également vu son affaire abandonnée et que, tout comme M. Georgiades, des fonds avaient été déposés sur son compte. Une fois, sa belle-mère a déposé 100 000 euros (114 850 dollars) en espèces en 2007, rapporte Documentonews.gr.

Pour en revenir à Touloupaki et aux accusations portées contre elle, tout le monde n’est pas enthousiaste à l’idée de la cibler.

Le député européen grec Giorgos Kyrtsos, un autre membre du parti Nea Demokratia de Mitsotakis, a averti dans une série de tweets que la décision de traîner Touloupaki devant les tribunaux pourrait se retourner contre lui.

« Le gouvernement s’engage dans une aventure », a déclaré Kyrtsos mercredi. « La combinaison de la poursuite de journalistes (et) d’un huissier de justice au motif qu’ils ont participé à la ‹ conspiration Novarrtis › et de l’immunité (accordée à) la multinationale (entreprise), expose Mitsotakis (et) le gouvernement aux critiques de l’UE ».

Tant que le gouvernement continuera à ignorer l’affaire Novartis, M. Touloupaki trouvera des sympathisants dans l’UE, a-t-il déclaré.

Mardi, le ministre de la santé Thanos Plevris a annoncé l’intention du gouvernement de demander une compensation à Novartis.

La nouvelle a laissé Mme Touloupaki perplexe.

« Comment peuvent-ils soutenir un procès basé sur les conclusions qu’ils m’accusent d’avoir fabriquées ? » a-t-elle déclaré à l’OCCRP. « Quoi qu’il en soit, la poursuite de Novartis pour incitation à la prescription était mon travail ».

Traduit avec www.DeepL.com/Translator (version gratuite)

close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire