Monsieur le Président Palais de l’Elysée Paris

18 h 
Courier reçu ce jour :
Monsieur le Président
Palais de l’Elysée
75 Paris
Monsieur le Président,
Je vous fais une lettre que vous lirez, peut-être, si vous avez le temps. Je viens de recevoir…
Non, pas mes papiers militaires, je suis retraité et donc exempté du sacrifice sanglant pour la Nation, mais plus bassement mon avis de paiement pour ma retraite (amplement méritée, je crois,
puisque j’ai travaillé 40 ans dans des conditions que vous même jugeriez indignes, si vous aviez travaillé en usine métallurgique)
Bref, Monsieur, vous avez eu l’extrême amabilité de réajuster le montant de cette retraite et de la porter
de 1158,69 euros à 1171,43 euros, ce dont je vous suis reconnaissant.
Mais, car il y a un « mais », mes prélèvements sociaux ont « légèrement « augmenté aussi, puisque de 49,82 euros ils ont explosé jusqu’à la modique somme 86,67 euros, ce qui fait que malgré votre « bienveillance »,mes revenus nets ont diminué de 24,21 euros net mensuels !
Je trouve cela un peu farce et je dois dire que je n’ai pas beaucoup apprécié la plaisanterie à sa juste valeur !
Pouvez vous m’expliquer en quoi je devrais me réjouir de cette augmentation faramineuse qui m’oblige désormais à plus de vigilance quant à mes dépenses quotidiennes, à savoir la nourriture, mes capacités à me déplacer(prix de l’essence), de chauffage (électrique chez moi, donc écolo ?) mais qui augmente d’une façon déraisonnable !
Pouvez vous m’apporter une note d’espoir pour mon avenir, bien sombre il est vrai, car je refuse de finir mes jours dans une structure ORPEA ou autre du même acabit.
Donnez moi une raison de croire en un avenir moins sinistre et plus léger.
Mes enfants et petits enfants vivent à 500 kms de chez moi et je ne les ai pas vus depuis plus d’un an… le TGV est à 50 kms de mon domicile, les cars assez rares et l’essence trop chère !
Comment puis je croire à un retour à la vie « d’avant » où tout était simple et naturel, où rien n’entravait notre liberté ?
DITES-MOI !!!!!
close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire