« Rendez-nous la terre »: la FNSEA prise d’assaut au Salon de l’agriculture

information fournie parAFP27/02/2022

Des militants du mouvement écologiste Extinction Rebellion manifestent au pied du stand de la FNSEA lors du Salon de l’agriculture, le 27 février 2022 à Paris ( AFP / Geoffroy VAN DER HASSELT )

« Contre l’extinction, la rébellion! », crient à plein poumons les militants écologistes enchaînés au pied du stand de la FNSEA: sous le regard plutôt hostile du public, ils sont venus dimanche dénoncer le « modèle productiviste et mortifère » prôné selon eux par le premier syndicat agricole français.

Ils étaient plusieurs dizaines, dimanche vers 13H30, à prendre d’assaut le stand du syndicat au Salon de l’agriculture, vêtus de combinaisons de gaze blanches, avec le logo « lobby busters » (chasseurs de lobby) plaqué dans le dos.

Leur mission: « décontaminer » la parole et la réflexion sur l’agriculture, et offrir un récit alternatif au « discours majoritaire », ici à grands coups de peinture orange plutôt que d’échanges policés.

« Rendez-nous la terre! Mettons fin à l’emprise de la FNSEA, créons la résilience », chantaient des militants d’Extinction Rebellion, certains debout le poing levé, d’autres assis et enchaînés par le cou par grappes de trois – « pour être durs à déloger ».

Des militants du mouvement écologiste Extinction Rebellion manifestent au pied du stand de la FNSEA lors du Salon de l'agriculture, le 27 février 2022 à Paris  ( AFP / GEOFFROY VAN DER HASSELT )

Des militants du mouvement écologiste Extinction Rebellion manifestent au pied du stand de la FNSEA lors du Salon de l’agriculture, le 27 février 2022 à Paris ( AFP / GEOFFROY VAN DER HASSELT )

 

Une quinzaine avait rapidement gagné l’étage du stand où déjeunaient quelques cadres et employés de la FNSEA. Furieux, certains syndicalistes ont tenté de repousser les militants, en venant brièvement aux mains, sous les caméras de quelques journalistes.

« Nous sommes là pour bloquer la FNSEA qui bloque toute initiative vers la transition agroécologique, plus soutenable pour les agriculteurs, la terre et notre santé », a expliqué à la presse « Victoire », 35 ans et mère de deux enfants.

– « Patate et ça dégage » –

« Le modèle agricole intensif que défend la FNSEA fait des ravages sociaux – un quart des agriculteurs vivent sous le seuil de pauvreté – des ravages sanitaires et écologiques, en gorgeant le sol et l’eau de pesticides et d’engrais azotés, facteurs d’effondrement de la biodiversité et d’émissions massives de gaz à effet de serre », a-t-elle détaillé.

Pour les militants, « les agriculteurs sont les premières victimes de ce modèle, défendu avec acharnement par ce syndicat ». « La FNSEA est le lobby le plus puissant au service de la chimie et il est parvenu à faire adopter son discours au gouvernement », affirme « Appi », qui suit une formation agricole et se désespère de voir les éleveurs « s’endetter pour produire toujours plus en polluant les sols ».

Des militants du mouvement écologiste Extinction Rebellion manifestent en s'enchaînant au pied du stand de la FNSEA lors du Salon de l'agriculture, le 27 février 2022 à Paris  ( AFP / GEOFFROY VAN DER HASSELT )

Des militants du mouvement écologiste Extinction Rebellion manifestent en s’enchaînant au pied du stand de la FNSEA lors du Salon de l’agriculture, le 27 février 2022 à Paris ( AFP / GEOFFROY VAN DER HASSELT )

 

Dans les allées, cris et bris de vaisselle ont attiré les regards. Rapidement une foule de badauds se masse autour du stand de la FNSEA, qui clame en lettres vertes « L’agriculture, une chance pour la France ».

« Mais qu’est-ce qu’ils ont à être contre la viande? Ils sont gonflés de venir ici », lâche un passant. « Non, c’est contre les pesticides », lui explique sa compagne.

Dépêchées sur les lieux, les forces de l’ordre déploient un large périmètre de sécurité. Certains militants finissent par accepter d’être escortés en dehors du parc des expositions, certains restant avec la certitude de finir en garde à vue. « On se partage », expliquent-ils. L’objectif étant de bloquer le stand le plus longtemps possible.

« Ce serait moi, ce serait facile: patate, coup de pied au cul et ça dégage », lance un jeune homme. Non loin, trois jeunes éleveurs n’en pensent pas moins. « Vous voulez un coup de main? », demande l’un d’eux à un responsable de la FNSEA, qui décline poliment.

« Ils ont tout saccagé. C’est ça le dialogue? » souffle Christine Claudon, directrice de la communication du syndicat, encore « choquée » par « cette violence ».

A deux pas, les militants enchaînés par terre ont sorti leurs livres de poche et bouquinent en attendant d’être évacués. La FNSEA s’apprête, elle, à porter plainte, indique à l’AFP son premier vice-président, Arnaud Rousseau.

Au total, deux personnes ont été interpellées pour « dégradations de biens et violences volontaires », a indiqué une source policière à l’AFP. Elles n’ont pas été placées en garde à vue immédiatement, mais se sont fait remettre une convocation ultérieure au commissariat. Trente-huit autres ont été verbalisées pour participation à une manifestation non-déclarée.

close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire