APPEL DU CONGRES FEDERAL

APPEL DU CONGRES FEDERAL ET PREMIERE REFLEXION
Ci-joint le très bon « Appel » validé le dernier des 5 jours du congrès national de la fédération CGT Santé et Action Sociale à Saint Malo ainsi qu’une première réflexion sur la tenue ce congrès.
Il y a eu des discussions, parfois énervés, souvent déterminées, qui au début du congrès partaient un peu dans tous les sens, avec des côtés même dangereux pour la fédération. Il y a des interventions qui véhiculaient le message « Vive la base, à bas le sommet ! ». Mais c’est dangereux de dire cela. Car quand on a une fédération, on a forcément des gens à Montreuil. Si tu supprimes les militants à Montreuil, on fait comment ? Il n’y a plus de CGT dans ce cas !
Il y a même une déléguée qui a dit à la secrétaire générale : « Qu’est- ce que tu as foutu pendant la crise ? Toi, tu n’étais pas dans un hôpital ! ». Bien entendu qu’une secrétaire générale de fédération est à Montreuil et n’est pas dans un hôpital. C’est parce qu’on a décidé qu’on a une fédération, avec une secrétaire générale et que la « fédé » doit continuer d’exister quand c’est difficile pour les hôpitaux. Si on dit « à bas le sommet », ça veut dire qu’il faut supprimer la fédé ? C’est très dangereux !
Fermer Montreuil, c’est ce que nous demandait le gouvernement !
Nous avons toujours défendu que les UD, les UL, les syndicats et les fédérations devaient rester ouverts !
Attention de ne pas se servir d’une colère légitime pour faire exploser notre fédération et pour souffler sur les braises pour réorienter la colère sur tel ou tel responsable syndical !
Et s’il y a des manques ou des insuffisances, ce n’est pas de la faute d’une personne mais de l’ensemble de la commission exécutive fédérale !
Un moment important du congrès a été la présentation du document d’orientation qui a repositionné la discussion autour de nos revendications qui nous rassemblent : « Rassemblons nous dans la Fédé pour nous défendre face à Macron ! ». A partir de la présentation avec le détail des revendications, la discussion a changé parce que sur les revendications, il y avait un accord très large des délégués présents. Ils étaient d’accord pour dire « on ne peut pas accepter les suspendus ». Ils étaient d’accord pour dire « on doit défendre les conventions collectives dans toute l’action sociale qu’ils sont entrain de liquider »… « Il faut se mobiliser contre les fermetures de lits, les fermetures d’urgence »… « Tout ce qu’on a subit pendant la pandémie, on ne veut plus vivre ça »… « Il faut en finir avec la politique de Macron »… Sur tout cela le Congrès s’est rassemblé !
Quand le délégué de Toulouse a dit « on est quand même tous contre Macron », il a été énormément applaudi, car c’était la volonté générale.
Et l’Appel du congrès, c’est un peu aussi cela dans la méthode, puisque la question était « qu’est-ce qui nous rassemble dans ce congrès ? ». Déjà, c’est cette situation terrible où ils nous imposent la guerre, où notre gouvernement participe à l’escalade guerrière, et qu’il va prendre tout l’argent pour la financer sur les budgets sociaux, les budgets des hôpitaux, les budgets des services publics.
On ne veut pas de cela !
On reste sur nos revendications !
Et il ne faut lâcher sur aucune d’elles !
Et on invite aussi tout le monde à se servir des élections présidentielles pour se défendre contre Macron !
Peut être une image de textePeut être une image de texte qui dit ’13ème fédération congressistes 28 biens, guerres sous avril Poutine, tiennent peuple totale solida- paix militaire. de solidarité éroce Ma- guerre que tous pour seul intérêt des les guerre sont les ans, nous sociaux coupes aux Ministre connaître 5800 supplémentaires, s'ajou- 19000 reaffirmons gouver par système soutien Abandon santé popula- l'Etat condam- en état Malo de soigner tous formés, des ont été reportés accompagner, les nous pour orendre petits travail, mettre aux les casser systeme actue spéciaux toutes collectives etle travailleur.euse pénibilité plus menacées gouvernemen statut agit socle patronat: des olidarité ouvrière mettre bas, pour plus des Santé, es l'assu-’
close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire