De la moutarde…

Les crises peuvent parfois être utiles. Ainsi la crise de la moutarde met un coup de projecteur sur ce condiment. On apprend que la moutarde de Dijon AMORA et la moutarde MAILLE, qui se voudrait plus qualitative, appartiennent en fait au même groupe agroindustriel, le néerlando-britannique UNILEVER…Même produit dans un pot différent mais l’un plus cher que autre ? Pour l’amour du goût ?
90 % de cette moutarde est fabriquée avec des graines essentiellement canadiennes !
Et que sont devenus nos producteurs français bourguignons ? Ben comme la graine de moutarde n’est pas éligible aux subventions agricoles européennes, ils l’ont remplacé par le colza et le tournesol. Voilà comment une décision politique transforme un pays autosuffisant en un pays dépendant.
La moutarde n’est, encore après tant d’autres, qu’un exemple de ce que la corruption à un très haut niveau (lobbyistes et élus vénaux, on parle de vous !) est capable d’engendrer.
Heureusement, certains encore se battent ( je pense notamment aux producteurs de lavande) pour maintenir des produits de qualité et dont la première qualité est leur proche localisation. Ainsi concernant la moutarde on peut acheter de la moutarde « française » qui est IGP (Indication Géographique Protégée) en lisant tout simplement sur l’étiquette « Moutarde de Bourgogne », indication qui garantit une fabrication avec des graines locales françaises.
Donc MAILLE et AMORA basta !
On finit le pot et on change de crèmerie !
Merci la crise !
C’est nous les consommateurs qui avons le pouvoir, il ne faut pas l’oublier !
close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire