CMA CGM : bénéfice net plus que doublé au 2e trimestre

https://www.lorientlejour.com/

AFP / le 02 septembre 2022

Un navire de l’armateur CMA CGM. Photo d’illustration AFP

CMA CGM a dégagé un bénéfice net de 7,6 milliards de dollars au deuxième trimestre, plus que doublé sur un an dans un contexte de tensions persistantes des circuits de marchandises, a annoncé vendredi le groupe français.

Ce résultat a été obtenu sur un chiffre d’affaires en hausse de 57% sur un an, à 19,48 milliards de dollars, a précisé l’armateur et logisticien, en mettant toutefois en garde contre une dégradation des perspectives du commerce mondial en raison de l’inflation et particulièrement la hausse des prix de l’énergie.


 

https://www.lemonde.fr/

CMA CGM : maxi-profits, impôts mini

Au premier semestre, l’armateur et logisticien marseillais a réalisé 14,8 milliards de dollars de profits. En seulement six mois, le spécialiste du transport par conteneur a déjà gagné presque autant qu’en 2021, une année pourtant historique.

Par 

Publié hier à 21h14,

Article réservé aux abonnés

Un portique charge un conteneur sur un cargo de CMA CGM, au nouveau port de Busan (Corée du Sud), en octobre 2021.

Bien plus que TotalEnergies ! L’armateur et logisticien marseillais CMA CGM (Compagnie maritime d’affrètement – Compagnie générale maritime) pulvérise les records de bénéfices pour une entreprise française. Au cours du premier semestre, le groupe a réalisé 14,8 milliards de dollars (14,8 milliards d’euros) de profits, soit 4 milliards de plus que le géant pétrolier. En seulement six mois, le spécialiste du transport par conteneur a déjà gagné presque autant qu’en 2021, une année pourtant historique. Et ce malgré l’envolée des coûts de l’énergie.

« Je tiens à saluer le travail exceptionnel et la mobilisation sans faille de nos 150 000 collaborateurs », dont 2 900 à Marseille, a souligné Rodolphe Saadé, le PDG. De fait, ces résultats exceptionnels vont encore accroître la fortune de sa famille, qui détient 73 % du capital de l’entreprise. Cela fait des Saadé la cinquième fortune de France derrière les Bettencourt et devant les Dassault, selon le dernier classement de Challenges. Très attachés à leur discrétion, Rodolphe et sa sœur, Tanya, contestent les calculs du magazine.

Lire aussi  Article réservé à nos abonnés Rodolphe Saadé, la révolution de l’héritier

Après la pandémie de Covid-19 et la reprise rapide de l’activité économique mondiale, le prix du fret s’est envolé, dopant les résultats des armateurs. Depuis février, il baisse rapidement sur le marché, mais reste à un niveau élevé. Selon un communiqué du groupe :

« L’évolution des volumes transportés est actuellement contrainte, du fait de la congestion affectant les terminaux portuaires et les chaînes logistiques terrestres, qui se traduisent par un rallongement des temps de transit des navires. »

Au deuxième trimestre 2022, le chiffre d’affaires de CMA CGM progresse de 60 %

Au deuxième trimestre de cette année, le groupe a transporté moins de conteneurs qu’un an plus tôt, mais son chiffre d’affaires progresse de 60 %. Le revenu moyen par boîte de 20 pieds s’élève à 2 850 euros, contre 1 750 euros un an plus tôt et 1 100 euros environ en 2019.

Un régime fiscal spécifique

A ce niveau, difficile de ne pas parler de « superprofits ». CMA CGM n’est d’ailleurs pas le seul armateur à en bénéficier. John McCown, un expert du transport maritime, fondateur de Blue Alpha Capital, estimait en août que les profits des onze premiers groupes du secteur pourraient atteindre 256 milliards d’euros en 2022, 73 % de plus qu’en 2021. L’équivalent du PIB du Portugal. Rappelons que CMA CGM se classe au troisième rang des armateurs mondiaux, derrière le géant italo-suisse MSC, le danois Maersk, et devant le chinois Cosco ou l’allemand Hapag-Lloyd.

Il vous reste 56.22% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.

 

close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire