Face aux réquisitions, la raffinerie Total de Donges se prépare à rejoindre la grève

#SOUTIENRAFFINEURS

La grève des raffineurs pour les salaires devrait s’étendre à partir de mercredi à la raffinerie de Donges, deuxième raffinerie de France, selon la CGT. Plusieurs assemblées générales de salariés sont prévues demain dans cette perspective.

mardi 11 octobre

Crédit Photo : AFP

La raffinerie Total de Donges (Loire-Atlantique) devrait rejoindre le mouvement national de grève en cours dans la pétrochimie à partir de 5 heures du matin ce mercredi a annoncé la CGT Donges ce mardi.

L’appel à la grève qui émane de la CGT et de FO débutera mercredi à 5h00, « jusqu’à une assemblée générale du personnel qui aura lieu jeudi à 13h30 pour discuter des modalités et de la suite à donner au mouvement » a détaillé Fabien Privé Saint-Lanne, le secrétaire général du syndicat CGT de la raffinerie de Donges à l’AFP.

Des assemblées générales sont également prévues à 5h, 13h30 et 21h dès mercredi. « Si un nombre important de salariés se déclarent grévistes, les expéditions seront suspendues » ajoute David Arnould, délégué syndical CGT. Le site TotalEnergies de Donges était jusqu’alors l’une des rares raffineries à ne pas avoir reconduit le mouvement engagé le 27 septembre au niveau national chez Total pour l’augmentation des salaires.

En début d’après-midi, la Première Ministre, Elisabeth Borne, avait mis ses menaces à exécution depuis l’Assemblée Nationale en annonçant le lancement de la procédure de la réquisition des personnels chez ExxonMobil. « J’ai demandé au Préfet d’engager (…) la procédure de réquisition des personnels indispensables au fonctionnement des dépôts de cette entreprise » a-t-elle expliqué.

L’annonce a donc mis le feu aux poudres du côtés des travailleurs de Donges. Interrogé par l’AFP, le secrétaire du syndicat CGT de la raffinerie de Donges a déclaré : « Ce qui nous fait réagir : il y a deux points. D’abord le blocage complet de la part de Total dans les discussions et les revendications de nos collègues des autres établissements depuis maintenant près de trois semaines (…) Et d’autre part, les réquisitions qui viennent d’être effectuées par Elisabeth Borne au sein d’Exxon, qui sont une atteinte au droit de grève constitutionnel ».

Alors que le risque d’une pénurie se fait de plus en plus pressant et qu’au moins un tiers des stations-services sont à court de carburant selon le gouvernement, l’extension de la grève à la deuxième raffinerie du territoire en termes de volume (plus de dix millions de tonnes de pétroles brut transitent par le site chaque année) est à même d’intensifier sérieusement le bras de fer en faveur des grévistes.

Face aux attaques du gouvernement et son offensive contre la lutte des raffineurs de ExxonMobil et de Total contre le droit de grève, l’élargissement du conflit est une démonstration importante de solidarité. Dans un communiqué la CGT Total de Donges appelle à élargir cette unité :« Face à une direction qui refuse de négocier immédiatement engendrant ainsi une pénurie aux pompes et à des acteurs politiques qui menacent de réquisitions et cherchent à isoler et diaboliser les raffineurs en grève, nous devons montrer notre unité ».

Dans ce contexte, l’ensemble du mouvement ouvrier doit se solidariser et se mobiliser avec les raffineurs. Face à l’inflation et à la crise énergétique, les grévistes de Total et d’ExxonMobil ouvrent une brèche dans laquelle de nombreux salariés pourraient s’engouffrer pour se battre pour des augmentations de salaire : c’est la voie que suivent les raffineurs de Donges aujourd’hui.

close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire