Manifestations en Chine : des heurts éclatent entre des manifestants et la police à Canton

Barriers form a security checkpoint in the Haizhu district in Guangzhou in southern China's Guangdong province Friday, Nov. 11, 2022. As the country reported 10,729 new COVID cases on Friday, more than 5 million people were under lockdown in the southern manufacturing hub Guangzhou and the western megacity Chongqing. (AP Photo)

A la mi-novembre, des manifestants dans le district de Haizhu avaient déjà exprimé leur colère, renversant des barrières érigées pour le confinement. Samedi et dimanche, des mouvements contre les restrictions sanitaires ont eu lieu dans plusieurs villes chinoises.

Le Monde avec AFP

Publié aujourd’hui 

Des heurts ont éclaté dans la nuit du mardi 29 au mercredi 30 novembre entre manifestants et policiers à Canton, dans le sud de la Chine, selon des témoins et des vidéos sur les réseaux sociaux, après plusieurs jours de soulèvement dans le pays contre les restrictions sanitaires.

Les images, comme celles partagées par le correspondant de RFI en Chine, montrent des policiers vêtus de combinaisons intégrales blanches et équipés de boucliers anti-émeutes transparents, avançant en rangs serrés dans une rue du district de Haizhu, alors que des objets en verre sont projetés tout autour d’eux. Sur les vidéos, géolocalisées par l’Agence France-Presse (AFP), des cris sont entendus et des barricades orange et bleues sont renversées par terre.

Des personnes sont aussi aperçues en train de lancer des objets sur la police puis, sur un autre extrait, une douzaine d’individus, les mains liées, semblent être arrêtés par les forces de l’ordre. Un habitant de Canton a raconté avoir vu une centaine d’agents de police converger vers le village de Houjiao, qui fait partie du district de Haizhu, et arrêter plusieurs hommes mardi soir.

Lire le tchat : Après les manifestations en Chine, « le gouvernement ne va pas explicitement renoncer à la politique du zéro Covid, mais va l’atténuer »

Epicentre d’un nouveau foyer épidémique

Dans ce contexte, le président du Conseil européen, Charles Michel, est attendu mercredi à Pékin où il rencontrera jeudi le président Xi Jinping, le premier ministre, Li Keqiang, et le président du Comité permanent de l’Assemblée nationale populaire (ANP), Wu Bangguo. Mardi, la Commission des affaires politiques et juridiques du Parti communiste chinois, qui supervise les forces de l’ordre, a estimé qu’il faut « réprimer résolument, conformément à la loi, les actions criminelles visant à briser l’ordre social et protéger avec détermination la stabilité sociale ».

Le district de Haizhu à Canton, où vivent plus de 1,8 million de personnes, est l’épicentre d’un nouveau foyer de cas de Covid-19 et est confiné depuis la fin d’octobre. Plus tôt en novembre, des manifestants dans ce quartier avaient déjà exprimé leur colère, renversant les barrières érigées pour le confinement et défilant dans les rues. Selon des vidéos publiées mardi soir sur le réseau social Weibo, sorte de Twitter chinois, de longues files de voitures étaient visibles alors que les habitants se pressaient de quitter le district voisin, Tianhe. Mardi, Zhang Yi, une porte-parole de la commission de santé de Canton, a déclaré que « l’épidémie dans le district de Tianhe progress[ait] rapidement et le risque de transmission dans la population continue d’augmenter ».

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés La confusion et la colère contre le confinement total d’un district de Canton

Malgré la présence policière, de petites manifestations lundi

Une forte présence policière à Pékin et Shanghaï a découragé toute tentative de manifestation dans ces deux villes. Mais d’autres rassemblements ont pu avoir lieu, lundi et mardi. Au sein de la plus ancienne université de HongKong, plus d’une dizaine de personnes ont entraîné la foule à chanter des slogans comme « Donnez-moi la liberté » ou « Donnez-moi la mort ». A Hangzhou, à 170 kilomètres au sud-ouest de Shanghaï, de petites manifestations ont éclaté lundi soir, malgré le dispositif policier.

Si Pékin maintient pour l’instant sa stricte politique pour le Covid-19, quelques gestes d’assouplissement sont apparus ces derniers jours, et les autorités ont promis d’accélérer la vaccination des personnes âgées. Le taux insuffisant de vaccination en Chine, particulièrement chez les plus âgés, est l’un des arguments mis en avant par le gouvernement pour défendre ses mesures. Y remédier pourrait offrir à la Chine une porte de sortie au zéro Covid.

close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire