« ON VA VERS UN TSUNAMI »: LA LISTE INQUIÉTANTE DES HAUSSES DE PRIX DRESSÉE PAR MICHEL-EDOUARD LECLERC J.A.

Le patron du groupe Leclerc a dressé un constat alarmant ce mardi sur RMC-BFMTV et est rentré dans le détail des hausses de prix que les marques demandent à la grande distribution de répercuter en magasin.

« Ça va continuer ». Les hausses de prix dans le domaine de l’alimentation sont déjà inquiétantes et se font ressentir sur le portefeuille des Français, avec +11.7% de hausse moyenne dans les grandes surfaces selon l’association de consommateurs « UFC-Que choisir? ». Mais ce n’est pas fini, alerte Michel-Edouard Leclerc ce mardi sur RMC-BFMTV.

« Contrairement à ce qui est dit, l’inflation n’est pas que passagère. Celle qui se prépare avec les nouvelles négociations autour de Noël, c’est une inflation qui est à deux chiffres », assure-t-il.

« ON N’A AUCUNE DEMANDE DE HAUSSE INFÉRIEURE À DEUX CHIFFRES »

Il assurait lors de sa dernière venue au micro d’Apolline de Malherbe qu’il y avait un « problème de transparence » sur les hausses de prix demandées à être répercutées sur les consommateurs, qui étaient « suspectes » à ses yeux. « Là, il y a un nouveau cycle de négociations et on n’a aucune demande de hausse inférieure à deux chiffres », prévient-il.

S’il reconnaît que les produits sont moins chers qu’en Belgique ou en Allemagne, Michel-Edouard Leclerc est rentré dans le détail des prix et a dressé la liste catégorie par catégorie de demandes de hausses de prix par les marques: +17.74% pour les conserves de légumes, +15.08% pour les huiles et assaisonnements, +20% pour les conserves, +10% pour le café, +10.83% pour les féculents, +13% pour la volaille, +11% pour les équipements de bureau, et même +41% pour la nourriture animale
Des demandes que Michel-Edouard Leclerc va « négocier », mais le patron se montre alarmiste: « On va vers un tsunami ».

J.A.

close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire