Toutes Aures, la direction joue le pourrissement

Bonsoir,
Nous avons assisté ces 4 dernières semaines à la logique de pourrissement de la situation des dirigeants du groupe Almaviva. Si on prend Yann Coléou, le président, il a fait du Sodexo, il a fait du ménage, après il a été à Korian (maisons de retraite), après il a été coach pour des grandes entreprises, et maintenant il se retrouve à la tête de cliniques privées. Ces gens-là n’ont pas de vocation alors que les personnels de la clinique font des métiers de conviction. On ne peut pas travailler dans la santé, on ne peut pas être soignant, sans avoir de conviction. Les travailleuses de la clinique ne font pas des métiers par défaut. Eux, ils font des métiers par défaut qui leur rapportent plusieurs centaines de milliers d’euros, voire plusieurs millions d’euros… Ils ne le font que pour le fric, pour les actionnaires et pour les jetons de présence.
Et c’est avec ce système là qu’il faut en finir ! C’est plus que légitime de dire qu’on veut un grand service public de la santé et de l’action sociale quand on voit comment les personnels et comment les patients sont traités. La santé ne doit pas être aux mains de personnes qui sont là pour faire du fric et en plus à n’importe quel prix !
La santé, c’est fait pour soigner les gens « quoi qu’il en coûte », comme disait Macron, il y a 2 ans. Et les travailleuses de la clinique se rendent compte aujourd’hui que le patron n’a pas les mêmes intérêts qu’elles. Le patron a des intérêts financiers alors que les soignants ont des intérêts pour faire leur métier, pour sauver des vies tout en ayant un salaire permettant de faire manger leur famille.
Par rapport aux négociations en cours, elles sont difficiles, comme toujours avec ces gens là, ils se disent « elles vont lâcher »… Ils se disent « ça ne va pas durer »… Ils se disent « on va les faire culpabiliser au maximum »… Ils essaient de les faire culpabiliser parce qu’ils savent qu’elles sont pleinement engagées et qu’elles aiment leur métier. Eux ne connaissent pas d’engagement !
Mais là, ils sont tombés sur un os !
Tant que les filles seront soudées, tant qu’elles seront unies, tant qu’elles auront la même flamme dans le regard, et tant qu’elles auront un soutien sans faille de la CGT, elles auront toutes les armes pour les faire plier et pour gagner !
Et là, les lignes commencent à bouger !
De la première réunion de négociation la semaine dernière (où ils ne voulaient lâcher sur rien) à la réunion d’hier après-midi, ils commencent à lâcher des choses. Bien entendu, ce n’est pas assez, cela ne correspond pas encore aux revendications des personnels. Mais l’évolution est quand même très positive, la délégation des personnels a fait du très très bon boulot !
Maintenant, il faut continuer à mettre un maximum de pression, comme on a pu le faire hier toute la journée. C’est pourquoi, nous serons encore présents demain matin devant la clinique pour leur apporter tout notre soutien pour la nouvelle réunion de négociation qui débutera à 9h00,
Pour la CGT Santé et Action Sociale,
Cédric Volait

>> Ci-joint l’article de La Provence du 15 novembre

>> Ci-joint l’article du Dauphiné du 15 novembre

>> Ci-joint l’article de La Provence du 13 novembre (sur la soirée de solidarité)

>> Ci-joint le premier reportage de BFM DICI concernant le rassemblement d’hier devant la clinique :

https://www.bfmtv.com/bfm-dici/replay-emissions/bonjour-dici/manosque-aucun-accord-a-la-clinique-toutes-aures-la-greve-continue_VN-202211150160.html

>> Ci-joint le second reportage de BFM DICI concernant le rassemblement d’hier :

https://www.bfmtv.com/bfm-dici/replay-emissions/le-12h30-17h/clinique-toutes-aures-a-manosque-la-greve-va-t-elle-continuer_VN-202211140392.html

3 pièces jointes
close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire