Action spectaculaire de « désarmement » d’un site Lafarge à Marseille

Action spectaculaire de « désarmement » d’un site Lafarge à Marseille par 200 activistes en combinaisons blanches ce samedi 10 décembre.
« Dans une ambiance déterminée et joyeuse, l’infrastructure de l’usine du cimentier pollueur a été attaquée par tous les moyens ». Bien sûr, face à ce sabotage, certains crieront à l’« éco-terrorisme » ou dénonceront ces monstrueux « Ayatollah de l’écologie » ! Pourtant, il faut bien rappeler :
« Lafarge-Holcim, est un des plus gros pollueurs et producteurs de CO2 du pays. Et même visée par plusieurs procédures judiciaires anti-terroristes, la multinationale étouffe systématiquement les attaques qui lui sont faites. Par exemple, ici à Bouc-Bel-Air, les fours qui ont été ciblés, longtemps alimentés illégalement par des déchets industriels et des pneus, ont rendu la pollution atmosphérique considérable. Ils ont été maintes fois dénoncés par toute la presse et les riverain•e•s. Pour autant, les cheminées crachent toujours leur venin… »
Face à ces industriels qui se fichent royalement des revendications citoyennes à la chaîne, des pétitions ou des manifestations, qui corrompent tout ce qu’ils touchent et qui s’en sortent toujours sans une éraflure : cette mobilisation vise à se donner concrètement et enfin les moyens d’arrêter ces bulldozers de la construction qui détruisent la Terre.
« Lafarge et ses complices n’entendent rien à la colère des générations qu’ils laissent sans avenir dans un monde ravagé par leurs méfaits.
Leurs engins, silos et malaxeuses sont des armes qui nous tuent. Ils ne cesseront pas sans qu’on ne les y force.
Nous allons donc continuer à démanteler ces infrastructures du désastre nous même.
Et nous appelons toutes celles et ceux qui se soulèvent pour la terre à occuper, bloquer et désarmer le béton »
La pression monte contre le géant écocidaire du béton, toujours poursuivi pour complicité de crimes de guerre contre l’humanité. Partout en France, les activistes font front contre le mastodonte destructeur depuis plusieurs années.
En juin 2021, des personnes avaient occupé et démonté plusieurs sites : À Saint-colomban (Loire Atlantique) pour protéger le bocage local, et la ZAD de la colline en Suisse s’était aussi formée pour contrer l’extension de la carrière Lafarge
Lire le récit du démantèlement depuis l’intérieur : https://lundi.am/Grand-Peril-Express-deux-jours-de…
Crédits photos : actionlafarge1012 Riseup.net
Infos et Débats | Mr Mondialisation
close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire