Qatar: Soupçons de corruption au Parlement européen

In this handout photograph taken and released by European Parliament on December 7, 2022 Greek politician and European Parliament vice-president Eva Kaili speaks during a meeting in Brussels. Belgian police arrested Greek socialist MEP Eva Kaili and four other suspects in connection with an investigation into corruption implicating World Cup hosts Qatar, the prosecutors office said on December 9, 2022. - RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP/ EUROPEAN PARLIAMENT" - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS (Photo by Eric VIDAL / EUROPEAN PARLIAMENT / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT "AFP/ EUROPEAN PARLIAMENT" - NO MARKETING NO ADVERTISING CAMPAIGNS - DISTRIBUTED AS A SERVICE TO CLIENTS

Soupçons de corruption au Parlement européen : quatre personnes, dont la vice-présidente grecque, Eva Kaili, ont été écrouées

Samedi, la présidente du Parlement, Roberta Metsola, a fait savoir qu’elle suspendait le titre et les pouvoirs de vice-présidente d’Eva Kaili, interpellée vendredi par la police belge.

Le Monde avec AFP

Publié le 11 décembre 2022 à

La vice-présidente grecque du Parlement européen Eva Kaili et trois autres personnes ont été inculpées et écrouées dimanche 11 décembre en Belgique dans une enquête sur des soupçons de corruption en lien avec le Qatar au sein de cette institution de l’Union européenne (UE), a indiqué à l’Agence France-Presse (AFP) une source judiciaire.

Quatre personnes ont été écrouées après leur inculpation par un juge d’instruction bruxellois pour « appartenance à une organisation criminelle, blanchiment d’argent et corruption », a confirmé le parquet fédéral dans un communiqué, sans toutefois livrer l’identité des personnes mises en cause. Deux autres personnes ont été libérées par le juge.

Dans cette affaire « est suspecté le versement d’importantes sommes d’argent ou l’offre de cadeaux significatifs à des tiers ayant une position politique et/ou stratégique permettant, au sein du Parlement européen, d’influencer les décisions » de cette institution, souligne le communiqué du parquet.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Le Parlement européen secoué par une enquête pour corruption au profit présumé du Qatar

Pas d’immunité parlementaire

Une perquisition a eu lieu samedi soir au domicile d’un second eurodéputé socialiste, le Belge Marc Tarabella. Pour assister la police fédérale dans cette seconde perquisition, la présidente du Parlement européen, Roberta Metsola, est revenue de Malte à Bruxelles dans la soirée, a annoncé l’un de ses porte-parole. La présence de la présidente est requise pour un tel acte d’enquête visant un eurodéputé élu en Belgique « comme le veut la Constitution belge », a-t-on expliqué.

Dans la soirée de samedi, le Parlement a annoncé qu’Eva Kaili s’était vu retirer provisoirement les tâches que lui avait déléguées la présidente, Roberta Metsola, comme celle de la représenter au Moyen-Orient. Des eurodéputés de gauche, dont l’écologiste Philippe Lamberts au nom du groupe des Verts au Parlement européen, ont demandé la démission de Mme Kaili, exclue dès vendredi soir du Parti socialiste grec.

Lire aussi : Soupçonnée de corruption, Eva Kaili est suspendue de ses fonctions de vice-présidente du Parlement européen

Réunion des présidents de groupe à Strasbourg

Eva Kaili s’était rendue début novembre au Qatar où elle avait salué en présence du ministre qatari du travail les réformes de l’émirat dans ce secteur. L’ambassadeur de l’UE à Doha, Cristian Tudor, avait alors assuré sur Twitter la publicité de cette rencontre jugée positive. « Le Qatar est un chef de file en matière de droits du travail », avait aussi affirmé Mme Kaili le 22 novembre à la tribune du Parlement européen.

La présidente du Parlement européen, la Maltaise Roberta Metsola, a convoqué à Strasbourg, lundi 12 décembre, une réunion des présidents de groupes pour évoquer l’enquête judiciaire belge, ont indiqué dimanche à l’AFP deux sources au sein du Parlement.

L’affaire de corruption présumée au profit du Qatar impliquant des représentants du Parlement européen constitue « une atteinte grave à la réputation » de cette institution et « une affaire honteuse et intolérable », a estimé dimanche le commissaire européen à l’économie, Paolo Gentiloni, lors d’une émission sur la Rai, le groupe de médias italien.

Le Monde avec AFP

close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire