Patrick et Isabelle Balkany condamnés à quatre ans et demi, et à trois ans et demi de prison pour blanchiment de fraude fiscale

La justice a ordonné une confusion totale de ces peines avec celles de trois ans de prison ferme infligées pour fraude fiscale, dans le premier volet de l’affaire. Cette décision signifie, selon leurs avocats, que les époux Balkany n’iront pas en prison.

Le Monde avec AFP

Publié aujourd’hui

La cour d’appel de Paris a condamné, lundi 9 janvier, Patrick et Isabelle Balkany respectivement à quatre ans et demi, et à trois ans et demi de prison pour blanchiment de fraude fiscale réduisant ainsi de six mois les sanctions prononcées en mai 2020. Les anciens édiles de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine) ont également reçu des peines, chacun, de 100 000 euros d’amende et de dix ans d’inéligibilité.

Surtout, la juridiction a ordonné une confusion totale de ces peines avec celles de trois ans de prison ferme infligées pour fraude fiscale, dans le premier volet de l’affaire. La peine la plus faible est ainsi englobée dans la plus importante. Cette décision signifie, pour leurs avocats, que Patrick Balkany, qui a passé en tout un peu moins d’un an en détention, ne retournera pas en prison dans cette affaire, et que son épouse ne sera pas non plus incarcérée.

« Ni lui ni elle n’iront ou ne retourneront en prison », s’est réjoui l’avocat d’Isabelle Balkany, Me Pierre-Olivier Sur. « C’est la fin de l’épisode carcéral qu’a connu Patrick Balkany », a pour sa part salué Me Robin Binsard, l’un de ses conseils.

Lire aussi Article réservé à nos abonnés Comment le fisc français a utilisé les « Panama Papers » pour redresser des dizaines de contribuables

C’est un juge d’application des peines qui déterminera les modalités selon lesquelles le couple, 74 et 75 ans, purgera ces mois de prison supplémentaires.

Le couple a enfin été condamné à payer 400 000 euros de dommages-intérêts à l’Etat, un montant substantiellement réduit par rapport au million d’euros prononcé en mai 2020.

13 millions d’euros d’avoirs dissimulés au fisc

En mai 2020, l’ancien maire Les Républicains (LR) et son ex-première adjointe s’étaient vu infliger en appel cinq et quatre ans d’emprisonnement, ainsi que les mêmes peines d’amende et d’inéligibilité. La Cour de cassation avait ensuite confirmé définitivement la culpabilité du couple, mais elle avait partiellement annulé la décision et ordonné un nouveau procès uniquement sur la durée des peines.

Les anciens élus purgeaient les peines infligées pour fraude fiscale sous bracelet électronique jusqu’à ce que cette mesure leur soit retirée en février 2022 en raison de nombreux manquements. Patrick Balkany, qui avait déjà passé cinq mois en prison en 2019-2020, a été réincarcéré pendant six mois, de février à août. Son épouse, longuement hospitalisée, n’a pas été placée en détention. Elle est convoquée prochainement devant un juge d’application des peines à Evreux, a précisé le procureur à l’AFP.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés « Pas tirés d’affaires », un essai de Fabrice Arfi sur les déboires judiciaires des responsables politiques

Le Monde avec AFP

close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire