LE SIONISME ET L’EFFACEMENT DE LA PRESENCE PALESTINIENNE-ARABE 

https://www.contretemps.eu/israel-occident-deni-palestine/

court extrait  

Le sionisme et l’effacement de la présence palestinienne-arabe

Ces corps autochtones sont pourtant une présence bien réelle et – pour les nationalistes sionistes qui veulent bâtir un État juif en Palestine – une présence tangiblement indésirable. Contrairement aux ecclésiastiques protestants distants et quelques universitaires obsédés par les prophéties bibliques, les sionistes coloniaux sont de plus en plus préoccupés par leur question « arabe » : comment, en bref, transformer une terre effectivement habitée par une majorité écrasante d’Arabes en un État exclusivement juif ? En d’autres termes, les Palestiniens musulmans et chrétiens sont considérés comme un véritable obstacle au bon déroulement du sionisme colonial. Ils sont envisagés comme des corps physiques qu’il faut contourner, éviter, réprimer, soustraire à la vue et, en fin de compte, expulser physiquement de la terre.

https://www.contretemps.eu/israel-illusion-normalite/ 

Pour Israël, l’illusion de la normalité s’effondre

Court extrait  

Aucun de ces crimes n’aurait pu avoir lieu sans le soutien actif des États-Unis, de l’Union européenne, du Royaume-Uni, du Canada et de l’Australie, qui ont fourni à Israël un parapluie diplomatique à l’ONU et rendu impossible la poursuite de l’option pacifique utilisée dans le cas de l’Afrique du Sud de l’Apartheid, le Boycott, Désinvestissement et Sanction (BDS) contre l’Apartheid israélien, l’occupation illégale et les crimes de guerre depuis plus de sept décennies. Si vous tapez BDS dans un moteur de recherche, vous constaterez que les sites officiels de ces organisations sont bloqués pour les utilisateurs. Il ne faut pas être un génie pour comprendre qui est responsable d’un tel piratage numérique de la campagne.

Chaque fois qu’Israël pousse la situation à un point explosif, les États-Unis et leurs alliés insistent sur le « droit d’Israël à se défendre », comme si détruire Gaza ou Beyrouth était une forme de défense, ou comme si le déni des droits et l’imposition d’un blocage total et illégal étaient une façon de résoudre le conflit. Pas une seule fois, les nations occidentales n’ont mentionné le droit des Palestiniens à se défendre ; pour ces nations « démocratiques », les Palestiniens n’ont manifestement aucun droit de ce type. Ils n’ont pas non plus de droits de l’homme d’aucune sorte : les droits à l’autodétermination, à vivre en paix, à posséder des biens, à l’éducation, à la santé ou à l’emploi. Les Palestiniens n’ont pas de droits politiques, ni le droit de vivre libérés de l’occupation et de l’oppression, autant de droits invoqués au nom d’autres nations que l’Occident prétend soutenir, comme l’Ukraine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire