La police tue

MONTFERMEIL : UN HOMME TUÉ À COUP DE TASER

– 10 décharges électriques sur un homme seul –

C’est une rafale de tirs de Taser qui a terrassé un homme âgé de 30 ans à Montfermeil, en Seine-Saint-Denis.

Dans la nuit de mercredi à jeudi à Montfermeil, un épicier appelle la police pour un homme ivre et agité qui «crée du désordre». Une patrouille de la BAC débarque, suivie par d’autres policiers. Au total, ils sont pas moins de 18 agents, formés et armés, pour un seul homme considéré comme «agressif» selon la presse. Les autorités expliquent qu’il ne s’est «pas calmé» et qu’il aurait «mordu» un policier.

Six policiers ont fait usage de leurs taser, pour 10 tirs au total. Une rafale d’impulsions électriques de 50.000 volts, qui ont traversé le corps de cet homme. Après deux arrêts cardiaques, il est arrivé à l’hôpital en état de mort cérébrale. Il était officiellement déclaré mort peu après.

Quel était l’utilité d’envoyer autant de décharges électriques ? Créer du «désordre» mérite-t-il de mourir ? La police française n’est-elle pas capable d’arrêter sans tuer, à 18 agents contre un homme ivre et non armé ?

Le Taser fait partie de la nouvelle panoplie des armes de torture de la police, importée des USA. Maître Hennequin, l’avocate de la société Taser, promettait : «Le XXI° siècle sera non létal ou ne sera pas». Aux USA, où les Tasers sont massivement utilisés depuis quasiment 20 ans, plus de 1000 personnes sont mortes de ces armes selon un décompte de Reuters, à partir des comptes-rendus de justice, des rapports de la police, d’autopsies et autres documents publics.

En France, l’IGPN révélait en 2021 que l’usage du Taser avait également doublé en 5 ans, et plusieurs décès sont recensés.

À Soisson, en juillet 2018, un homme d’une trentaine d’années était mort d’un malaise cardiaque «après avoir été la cible d’un tir de Taser par les gendarmes». Selon la presse, son seul tort avait été de «déambuler bizarrement dans les rues».

En décembre 2019 en Seine-Saint-Denis un homme est décédé après avoir reçu des coups de taser lors de son interpellation par la police.

De même en juin 2021 lors d’une intervention chez un habitant pour loyer impayé à Pierrelaye : un père de famille de 34 ans s’était effondré après un tir de Taser dans le thorax. Mort pour un loyer.

Le samedi 28 août 2021, des policiers en patrouille dans la ville de Roubaix jouaient avec un Taser dans leur propre véhicule : une policière avait «tasé» son collègue au volant, «pour s’amuser», provoquant un accident.

Cette arme est parfois utilisée comme un moyen de torture. Près d’Argenteuil en janvier 2021, Jonathan, 19 ans, avait été tabassé au sol lors d’un contrôle, puis fut victime de 27 coups de Taser d’affilée avant d’être abandonné dans la rue. Il a cru qu’il allait mourir.

Les 10 tirs de Taser, quasiment simultanés, dans le corps d’un homme ivre à Montfermeil en ce mois de janvier 2024, lui laissaient peu de chances de survie. 

Peut être une image de 1 personne et texte qui dit ’18 POLICIERS 6 TASERS 10 TIRS 2 ARRÊTS CARDIAQUES UN HOMME DE 30 ANS TUE À MONTFERMEIL’

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire