60 Millions de Consommateurs alerte sur la pollution de certaines marques d’huiles d’olive.

Accueil

Bastien

Dans un monde où l’huile d’olive s’érige en pilier incontournable de la gastronomie française, sa consommation, aussi bien en plats chauds qu’en préparations froides, connaît une expansion notable. Toutefois, cette popularité ne doit pas occulter l’importance d’un choix éclairé. À cet égard, une enquête approfondie menée par 60 Millions de Consommateurs met en lumière des divergences de qualité parmi les différentes marques disponibles sur le marché, une révélation qui mérite notre attention.

L’huile d’olive, bien plus qu’un simple ingrédient culinaire, est riche en acides gras monoinsaturés, notamment l’acide oléique. Ces composants jouent un rôle crucial dans le maintien de la santé cardiovasculaire, notamment en réduisant le cholestérol LDL, communément appelé « mauvais » cholestérol, tout en augmentant le cholestérol HDL, ou « bon » cholestérol. Cette double action contribue efficacement à diminuer les risques de maladies cardiovasculaires. De plus, les propriétés anti-inflammatoires et les composés présents dans l’huile d’olive ont démontré des effets protecteurs contre divers types de cancer.

Cependant, l’étude de 60 Millions de Consommateurs, qui a examiné 24 références d’huiles d’olive, révèle des constatations préoccupantes. Il apparaît que certaines huiles, jadis considérées comme saines, sont en réalité contaminées par des substances nocives telles que les plastifiants di-isononyl phtalate (DINP), diéthylhexyl phtalate (DEHP) – reconnu comme un perturbateur endocrinien et toxique pour la reproduction – et dibutyl phtalate (DBP). La présence de ces substances peut perturber le fonctionnement normal des cellules et des organes hormonaux.

Face à ces révélations, il est essentiel de savoir faire le bon choix. L’huile de la marque Primadonna, originaire d’Espagne et proposée par Lidl, se distingue par sa qualité, obtenant une note de 16 sur 20, sans trace de contamination et offerte à un prix abordable de 6,99 euros le litre. En revanche, l’enquête recommande de se méfier des huiles d’olive des marques Naturalia « Vierge extra Like a Virgin », La Vie Claire « Vierge extra », Cauvin bio « La bio » et Terra Delyssa « Vierge extra », identifiées comme contenant des niveaux préoccupants de phtalates.

 

 

En conclusion, il est impératif de demeurer vigilant et bien informé afin de faire des choix conscients et sûrs concernant la consommation d’huile d’olive. La recherche de qualité et de transparence devient une nécessité absolue dans le contexte actuel, où la santé et le bien-être doivent être au cœur de nos préoccupations alimentaires.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire