La bataille contre LInky et UFC-QueChoisir

Bonjour à toutes et tous,

quelques infos sur la résistance citoyenne contre les compteurs nuisibles Linky, Gazpar et cie, et le droit des citoyens à garder les compteurs ordinaires.

1) Enième procès de la direction d’UFC-QueChoisir à mon encontre : jugement annoncé le 29 février

2) Rappels concernant la possible facturation spéciale pour les « sans-Linky »

3) Actu : de plus en plus d’affaires de piratage des Linky (prétendus infaillibles !)

4) Actu : Linky a failli carboniser Patrick Hernandez (« Born to be alive ») !!!

Bonne continuation !

Stéphane Lhomme Directeur de l’Observatoire du nucléaire Animateur de http://refus.linky.gazpar.free.fr

1) Enième procès de la direction d’UFC-QueChoisir à mon encontre : jugement annoncé le 29 février

Pour mémoire, depuis le lancement du programme Linky fin 2015, la direction de l’UFC-QueChoisir ne cesse de mentir en prétendant que nous n’avons pas le droit de refuser ce compteur (*) et même que nous risquons la coupure de courant !

Critiqué par mes soins pour ces mensonges par un article publié fin 2016, la direction de l’UFC-QC a continué à mentir mais a aussi lancé 4 procédures en justice à mon encontre, qui ont donné lieu à 7 jugements… gagnés par moi ! Jamais rassasiée de prendre des claques, elle est allée en cassation et a obtenu que soit refait le dernier procès en appel (deux jugements : l’UFC et une journaliste de QueChoisir).

Près de 8 ans (!) après mon article, cette audience a donc eu lieu le 1er février et s’est déroulée très favorablement (voir compte-rendu en fin de mail par Jean-Pierre du Collectif Parisien et Guy d’Artic33) mais il faut quand même attendre le 29 février : la justice est un sport dangereux, on ne sait jamais…

Merci aux courageuses et courageux qui sont venus me soutenir (cf photo jointe) et pour tous les messages d’encouragement.

(*) UFC-QC ment encore en 2023 encore malgré les claques reçues en justice :
https://www.quechoisir.org/conseils-location-les-idees-recues-sur-la-fourniture-d-energie-n109790/  (Point 6)

2) Rappels concernant la possible facturation spéciale pour les « sans-Linky »

Je continue à recevoir des messages de gens qui découvrent que les « sans-Linky » sont visés par une possible facturation de la « relève à pieds » (sachant que les Linky, eux, envoient automatiquement la consommation).

Pourtant cette affaire est en Une de mon site depuis plus d’un an et a fait l’objet de plusieurs mails. Elle était aussi au coeur des procès avec UFC : dès mars 2016, la commission de régulations de l’énergie (CRE) annonçait que les gens qui auraient refusé le Linky se verraient appliquer une facturation spécifique (bien lire une facturationet non une amende ou pénalité) ce qui était clairement la reconnaissance du droit à garder son compteur ordinaire.

En clair, même si nous contestons cette facturation (des procédures sont en cours devant le Conseil d’Etat), le fait est que, dans un premier temps, elle a un immense intérêt pour nous : elle confirme offciellement que nous pouvons légalement garder nos compteurs ordinaires.

Qui plus est, il est possible de façon parfaitement légale d’échapper à cette dite facturation au moins jusqu’en 2025 (et peut-être plus longtemps encore, nous verrons bien). D’autre part, même si elle devait être appliquée, beaucoup de gens préfèreront payer 9 euros tous les deux mois plutôt que d’être « Linkysé ». Et enfin, la dite facturation est somme toute assez modeste et en tout cas bien moins chère que les brutales augmentations de factures qui suivent très souvent la pose du Linky !

3) Actu : de plus en plus d’affaires d’erreurs et de piratages des Linky (pourtant prétendus infaillibles !)

Un des arguments bidons avancés par les dirigeants politiques et industriels pour « justifier » le Linky était que, avec ce compteur prétendu « intelligent », disparaitraient les erreurs et les piratages. La réalité est bien entendu inverse. La presse régionale fourmille d’articles relatant des facturations insensées causées par le Linky et des affaires de piratage de plus en plus nombreuses. Quelques exemples parmi d’autres :

Arnaque : il trafiquait les compteurs Linky pour faire baisser les factures d’électricité

Fraude au compteur Linky : un phénomène en pleine expansion avec la flambée du prix de l’électricité

Linky : ce bug augmente votre facture d’électricité même quand le compteur est déconnecté
(affaire résolue avec la participation d’un groupe local… de l’UFC-QC !!!)

4) Actu : Linky a failli carboniser Patrick Hernandez (« Born to be alive » !!!)

Patrick Hernandez, l’auteur-compositeur-interprête du hit mondial et intemporel « Born to be alive », coulait de paisibles jours dans le Vaucluse en profitant des rentes de son hit. Du moins jusqu’au 13 janvier 2024 lorsque le compteur Linky a pris feu et failli carboniser l’artiste (qui aurait mieux fait de refuser ce compteur malfaisant). Désormais, il pourra chanter « Born to be in fire » !

——– Message transféré ——–

Résumé du procès du 1er février 2024

L’UFC-Que-Choisir attaque encore Stéphane LHOMME .

Rappel des faits : Un article de l’UFC Que Choisir affirmait le 2 mars 2016 que « les clients ne peuvent s’opposer à l’installation du nouveau compteur », Stéphane LHOMME, découvre alors que ce journal, à l’origine association sans but lucratif, a constitué une filiale pour procéder à des achats groupés d’électricité pour ses adhérents. Il déclare donc que l’UFC Que choisir n’est plus indépendante, puisque elle a « organisé sa propre corruption et trahi les consommateurs » en s’alliant à une filiale de Total-Energie et à ENEDIS… Stéphane intitule le titre de son article réponse : Que trahir !

Jeudi  1° février 2024, Stéphane Lhomme paraissait devant la cour d’appel de Paris alors que l’UFC Que choisir a déjà perdu 7 jugements en diffamation précédents.

A l’appel de SCALP idf, quelques militants s’étaient déplacés pour affirmer leur solidarité. Pendant 2h, chaque partie a pu s’exprimer devant la cour.  Stéphane et son avocat expliquant clairement les enjeux, mensonges et manquements à l’origine de ces faits reprochés datant de 8 ans.

L’affaire n’est pas anodine, le journal refuse d’être mis en défaut. S’adressant à ses lecteurs, dans l’édito de Janvier 2024, ARNAUD de BLAUWE (rédacteur en chef) souligne la  mission  du magazine : « Que choisir est un journal qui s’engage, qui enquête en toute indépendance sur la qualité des services  proposés…qui prend fait et cause pour les consommateurs sans jamais s’accommoder d’une vérité  prémâchée… ».

https://mail.google.com/mail/u/0?ui=2&ik=ce4279794c&attid=0.1&permmsgid=msg-f:1790075393721465162&th=18d7a0161bef794a&view=att&disp=safe

Jugement rendu le 29 Février 2024.

Jean Pierre Clément ( Scalp ) et Guy Dalet.( Artic33)

     

2 pièces jointes • Analyse effectuée par Gmail

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire