Pour Judith Godreche

Que dit la loi ? Un adulte n’a pas le droit d’avoir des relations sexuelles avec un enfant de moins de 15 ans. Un point, c’est tout. Il n’y a rien d’autre à ajouter.
Benoit Jacquot aura beau donner toutes les raisons du monde que Judith s’était mise en tête en tête de le sauver, qu’elle était très déterminée, qu’elle était amoureuse de lui, un homme normal et sain d’esprit de 39 ans ne couche pas avec une jeune fille de 14 ans. Un point, c’est tout. Un homme normal lui répond qu’elle est trop jeune et il s’en va. Il laisse l’enfant jouer avec les garçons de son âge.
Une jeune fille de 14 ans n’est jamais consentante. C’est tout. Il n’y a pas à discuter. Même si elle veut embrasser un adulte, même si elle lui fait les yeux doux, l’adulte doit dire non. L’adulte doit avoir une éthique. Il a sa part de responsabilité vis-à-vis des enfants du monde entier. Et s’il fait tourner cette jeune fille dans un film, il la fait raccompagner le soir chez ses parents par une assistante, et il la revoie le lendemain uniquement pour les besoins du tournage.
Judith a toujours voulu être comédienne. C’est donc assez logique qu’elle tombe sous le charme de Jacquot. Elle n’est pas encore assez grande pour comprendre que Jacquot est, non seulement, un piètre réalisateur nourri aux subventions qui fait des films qui s’adressent uniquement, comme il le dit lui-même, au « petit monde du cinéma » (qu’entend-il par là ?), elle ne voit que l’homme protecteur qui peut réaliser son rêve de devenir actrice.
Judith est ravissante. Judith est drôle. Judith est ambitieuse. Judith n’est pas protégée par ses parents. Judith est donc la victime parfaite. Jacquot n’a aucune excuse, il s’est comporté comme un sale prédateur profiteur qui s’est régalé de coucher avec de la chair jeune. C’est juste dégueulasse. C’est pathologique. C’est clinique. Et hélas, il n’est pas le seul dans toute cette génération de post-soixante-huitards qui se sont servi du cinéma pour « glamouriser » leurs sales désirs sexuels de baiser de la gamine.
D’ailleurs dans le documentaire de Gérard Miller, Les Ruses du désir, tourné en 2011, Benoit Jacquot explique comment il a utilisé le septième art comme une sorte de couverture pour séduire de jeunes mineures, pour avoir une emprise sur elles. Il n’a même pas honte, au contraire, il s’en vante !
Judith a donc été formatée. Elle est ainsi entrée dans le système. Elle a grandi. Elle est devenue une comédienne. Elle a été médiatisée. Elle a joué aux Etats-Unis. Certainement heureuse de son succès, elle a enfoui sous une tonne de béton son traumatisme.
J’ai rencontré Judith en 2004. Je l’ai tout de suite appréciée. Mais j’étais choquée qu’elle ait vécu avec Jacquot à 14 ans. Je le lui ai dit. Elle a ri. C’est souvent sa façon de répondre quand elle ne comprend pas vraiment. Elle écarte ses jolis yeux d’un air étonné et elle rit. D’un rire charmant. D’un rire désarmant. Alors on parle d’autre chose. J’ai également connu son père. Qu’elle adorait. Je ne comprenais pas qu’il l’ait laissé partir adolescente avec un homme si vieux. Mais son père n’est pas l’être brillant qu’elle aime décrire. Je le sentais plutôt paumé. Perdu.
Adolescente, Judith était certainement plus forte que lui. Peut-être voulait-elle le sauver, lui, le père abandonné par sa femme, comme elle a voulu sauver Jacquot. Car Judith est forte. C’est d’ailleurs sa force qui l’a poussée dans les bras de Jacquot. En se croyant adulte, en devenant une femme, en devenant une star, inconsciemment, elle a réussi à consoler son père. Moi-même ayant été abusée enfant, à 8 ans, pas par mon papa, pour ne pas m’effondrer, pour ne pas être victime, inconsciemment, je suis devenue la mère de ma mère. Et j’ai passé ma vie à travailler et à fuir pour sauver ma mère devenue ma fille.
Judith a été formatée pour plaire, pour être soumise, pour garder sa place dans le système d’un certain réseau de cinéma qu’elle a accepté par compromission. Alors sur les tournages, certaines personnes vont témoigner qu’elle n’était pas facile, qu’elle était douée pour éliminer ses rivales, qu’elle était très exigeante, oui, elle a été formatée aussi pour ça, pour durer, pour se battre, pour exister.
Mais ce qui est intéressant aujourd’hui, c’est sa prise de conscience. C’est de voir comment après avoir participé au système, elle participe à la destruction de ce système.
Peut-être parce qu’elle est maman d’une très jolie jeune fille. Soudain, son traumatisme qu’elle a longtemps enfoui, ressurgit. Ses prédateurs n’ont certainement jamais imaginé qu’elle aurait pu se retourner contre eux qui sont le système qui l’a mis en place. La poupée qu’ils ont fabriquée s’est réveillée. L’innocence saccagée ne peut plus se taire. La jolie poupée soudain accuse et dénonce.
À l’instar des petites plantes qui réussissent à pousser dans le béton, Judith a réussi à trouver un interstice pour crever la tonne de béton qu’est une grande partie de ce réseau du cinéma français subventionné qui a réussi à imposer sa loi avec une omerta. Ce réseau est puissant et solidaire, et impitoyable pas seulement contre les jeunes et jolies comédiennes mais aussi contre le talent de ceux, hommes et femmes, qui refusent de faire partie de ce système, qui refusent les compromissions, qui savent dire non.
Hier, j’ai lu sur Facebook de nombreux commentaires désagréables à l’égard de Judith, notamment comme quoi il y a une dizaine d’années, elle avait répondu à une interview de Catherine Ceylac qui la questionne sur sa relation avec Jacquot, en effet, Judith répond très positivement, le contraire de son discours d’aujourd’hui. Mais pareil, c’est normal. Elle était encore cette poupée formatée.
Et puis que les gens aiment ou pas Judith n’est pas le problème, moi, je l’ai tout de suite appréciée, d’autres la détestent, d’autres la trouvent incohérente, juste ne jamais oublier qu’elle n’avait que 14 ans quand un homme de 39 ans l’a mis dans son lit.
La créature que son prédateur a créée pour en faire un parfait objet sexuel s’est réveillée et veut se venger. Pour se réparer. Pour réparer les enfants abusés du monde entier. Comme elle est médiatisée, elle est écoutée, et c’est bien ainsi.
Ensuite ne jamais oublier non plus que tous ces mouvements type #metoo sont aussi un pare-feu pour cacher tous les réseaux pédophiles qui existent encore aujourd’hui et dans tous les milieux. La lutte ne fait que commencer.
Peut être une image de 2 personnes et texte qui dit ’che’

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire