Covid-19 : quel bilan en France et dans le Monde ?

  • 180 528 cas confirmés par PCR, soit 1130 de plus
  • 30 192 décès au total, soit 10 de plus
  • 19 676 décès à l’hôpital, soit 10 de plus
  • Décès en Ehpad non communiqués
  • 5720 hospitalisations en cours, soit 237 de moins
  • 410 personnes actuellement en réanimation, soit 26 de moins
  • 80 815 personnes sorties de l’hôpital, soit 343 de plus
  • Taux de positivité des tests : 1,2%
  • 127 clusters en cours d’investigation, soit 7 de plus
  • 7 départements en vulnérabilité, soit 1 de plus (Nord)

NB : les données relatives aux personnes hospitalisées et en réanimation présentées ci-dessus correspondent au nombre de patients en cours de soins et non au cumul depuis le début de l’épidémie. En cumul, on enregistre 106 643 hospitalisations. De même, l’évolution des hospitalisations et des cas en réanimation en 24 heures correspond à des chiffres nets, tenant compte des guérisons et des décès. Dans les dernières 24 heures, en brut, 126 hospitalisations de plus ont été enregistrées et 16 admissions en réanimation.

Quelle est l’évolution du coronavirus en France ?

Comme chaque fin de semaine, un nouveau point complet sur l’épidémie de coronavirus en France a été dévoilé par Santé publique France, rendant compte de l’évolution du Covid sur la semaine passée (semaine 29, du 13 juillet au 19 juillet). Le regain d’activité du virus, évoqué par le gouvernement et par l’ensemble des services scientifiques et hospitaliers français, se confirme. Voici les points clés à retenir :

  • Le coronavirus se propage de plus en plus en France. Plusieurs indicateurs augmentent entre les semaines 28 et 29 : le nombre de nouveaux cas confirmés de Covid-19 (4397 contre 3910 soit +12,5%), le taux de positivité des tests (1,2% contre 1,1%) et l’incidence des cas (6,6 cas/100 000 habitants en France et 5,5 cas/100 000 habitants en métropole, soit +27%). Ce dernier augmente désormais beaucoup plus vite que les dépistages, qui semblent plafonner (+3% entre S28 et S29). Surtout, Santé publique France indique que pour la première fois depuis le franchissement du pic épidémique en avril, l’incidence chez les personnes âgées de 75 ans et plus augmente de nouveau.
  • Le coronavirus est particulièrement actif dans sept départements, avec un taux d’incidence supérieur à 10 cas sur 100 000 habitants : la Mayenne (72,4/100 000 habitants), les Vosges (20/100 000), le Finistère (15,6/100 000), le Val d’Oise (13,3/100 000), le Haut-Rhin (13,1/100 000), Paris (12,5/100 000) et la Seine-Saint-Denis (11,1/100 000). Concernant la Guyane et Mayotte, SpF note des pics épidémiques franchis et une poursuite de la circulation du coronavirus à un niveau élevé.
  • Le nombre de reproduction est aussi en hausse. Le “R effectif” (nombre moyen de personnes infectées par un cas) est compris entre 1,26 et 1,29, Santé publique France mettant en avant deux estimations. Elles sont en tout cas en progression par rapport à la semaine 28 (R=1,18) et “significativement supérieures à 1, ce qui indique que l’épidémie est en progression”. Les R effectifs régionaux sont “significatifs” dans 5 régions : Auvergne-Rhône-Alpes, Ile-de-France, Nouvelle-Aquitaine, Occitanie et Pays de la Loire.
  • Le nombre de clusters de coronavirus augmente lui aussi. 447 clusters dont 424 en métropole et 23 dans les départements-régions d’outre-mer ont été détectés depuis le déconfinement. La tendance est “soutenue” depuis deux semaines indique Santé publique France. 122 foyers étaient toujours en cours d’investigation le 19 juillet (les chiffres ont encore évolué depuis), 4% ont diffusé dans la communauté dont 15 en Guyane et 2 en métropole, en Mayenne. La majorité des clusters survient dans des établissements de santé (23%), des entreprises hors santé (23%), des établissements/communautés associés à des situations de précarité et de vulnérabilité (19%) et dans le milieu familial élargi (17%), qui inquiète particulièrement les autorités en cette période de vacances. Le nombre hebdomadaire de nouveaux foyers reste “très faible depuis près de 2 mois” dans les Ehpad.
  • Les effets commencent à se faire sentir au niveau médical. Santé publique France souligne une augmentation du taux de consultations pour infection respiratoire aigue (IRA), qui passe 27/100 000 habitants à 36/100 000 habitants. Il en va de même pour le nombre d’actes SOS Médecins, en hausse pour la quatrième semaine consécutive (3163 contre 2339) et le nombre de passages aux urgences pour suspicion de Covid-19 (1914 contre 1515). Le nombre de nouvelles hospitalisations de patients est stable (604 contre 606), mais la baisse des admissions de patients en réanimation connaît un coup d’arrêt (83 contre 78). Une augmentation des signalements en établissements médico-sociaux (Ehpad) est aussi soulignée depuis deux semaines (98 en semaine 28 et 105 en semaine 29).
  • Les taux hebdomadaires de décès (pour 100 000 habitants) continuent de diminuer ou restent stables entre les semaines 28 et 29 dans la plupart des régions, hors Guyane, Guadeloupe, Grand-Est, Pays-de-Loire, Normandie, PACA et Bretagne où la tendance est à une légère hausse.
  • Enfin, ce point épidémiologique confirme un essoufflement dans le respect des mesures de distanciation sociale et souligne une hausse du nombre de patients testés tardivement (symptômes apparus 5 à 7 jours avant le prélèvement). Une stabilisation est en revanche concernant les mesures d’hygiène et port du masque.

Qu’attendre du Conseil de défense de vendredi ?

Ce vendredi dans la matinée, Emmanuel Macron et plusieurs ministres se sont réunis à l’Élysée pour un nouveau Conseil de défense spécial sur la crise du coronavirus. Cette fois, il s’agira pour l’exécutif de réagir au regain d’activité du Covid-19 sur le territoire constaté ces dernières semaines. Plusieurs sujets ont été abordés, note Franceinfo. D’abord, il convenait de faire un premier bilan de la mesure du port du masque obligatoire décidée tout récemment. Le contexte estival, propice aux rassemblements festifs et surtout chez les jeunes entre 20 et 40 ans – tranche d’âge qui fait face à une hausse des contaminations -, a également été abordé avec d’éventuelles mesures comme l’évolution de la jauge maximale de 5000 personnes pour les rassemblements.

Ce vendredi à l’Elysée, il a également été question des frontières. Le Premier ministre Jean Castex a fait le point sur ce sujet dans la foulée, depuis l’aéroport de Roissy pour répondre aux appels à un renforcement des contrôles aux frontières. Des pays voisins et frontaliers de la France, comme la Belgique et l’Espagne, font face à une remontée considérable de l’activité du coronavirus et la mise en place d’une sécurité plus stricte aux frontières devient plus que nécessaire. Enfin, la rentrée scolaire a dû faire l’objet d’un point détaillé avec un protocole sanitaire repensé en fonction des nouvelles données et des nouvelles connaissances sur le coronavirus et les enfants, qui ne présentent que des formes bénignes de la maladie et qui ne se contaminent que très peu entre eux.

Que retenir des annonces de Jean Castex ?

Jean Castex s’est exprimé ce vendredi depuis l’aéroport de Roissy – Charles-de-Gaulle. Le premier ministre a annoncé la mise en place d’une généralisation des dépistages à l’arrivée dans les aéroports à partir du 1er août. Seize pays “où la circulation virale est particulièrement forte” vont être classés en “liste rouge”. Les passagers en provenance de ces pays devront présenter un document qui prouve qu’ils ont réalisé un test PCR négatif. En l’absence de test effectué avant le voyage, le passager devra se soumettre à un dépistage au sein de l’aéroport. En cas de refus, la personne pourra être placée en quarantaine. “Nous avons décidé de généraliser les tests à l’arrivée”, a annoncé Jean Castex. Voici la liste des 16 pays classés à risque : Emirats arabes unis, Etats-Unis, Bahreïn, Panama, Afrique du Sud, Koweït, Qatar, Israël, Brésil, Pérou, Serbie, Algérie, Turquie, Madagascar, Inde et Oman. Ces nouvelles mesures sanitaires devront être mises en place “dans les jours qui viennent et, au plus tard, au 1er août”. Par ailleurs, le Premier ministre a recommandé aux Français de ne pas se rendre en Catalogne, région la plus touchée en Espagne (270 166 cas et 28 429 morts au total dans le pays). Près de 8 000 nouveaux cas ont été recensés au cours des 14 derniers jours faisant craindre une seconde vague dans le pays.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire