Témoignage d’Arsinoé, 16 ans, 1er Mai 2021

 » Je suis Arsinoe, j’ai 16 ans.
Cela fait maintenant 3 ans que je suis militante, avant ce 1er mai 2021, je n’avais jamais eu de problèmes. J’ai toujours été meneuse en avant, en tête des cortèges de manifestation, criant et chantant des slogans.
Ce jour là, je me dirige le cœur battant vers la place de la République pour me consacrer à mon activité préférée, le militantisme.
Je voulais protester contre les conditions de travail déplorables pour beaucoup de métiers peu valorisés. Pourtant une peur vient nouer mon ventre, mais je ne l’écoute pas, je me fonds dans la foule, je chante je crie, je lance des slogans, j’agite du fumigène rouge.
À un moment, je vois un jeune homme qui a du mal à tenir sa banderole, sur laquelle il était écrit « 35 heures c’est trop ».
Nous rigolons ensemble, l’ambiance est plutôt bon enfant.
Soudain les gens se bousculent, des cris d’effroi retentissent, la terreur nous submerge.
Je ne comprends pas, j’essaie de m’enfuir mais il est trop tard.
Je me retrouve brutalement par terre, piétinée par une trentaine de CRS et je reçois des coups de matraque.
Je vois flou, je protège mon visage des coups de matraque infligés par un agent de police, puis, activant un réflexe de survie, mon corps décide de faire tout pour sembler mort. Après m’avoir porté des coups sur les côtés de mes jambes, il place son pied sur ma trachée.
Là, j’ai peur, je pleure, je crie, j’appelle a l’aide je n’entends plus les insultes de l’agent, j’en fais abstraction, et je pense a Cédric, Cédric Chouviat.
Je pensais à lui à ce moment là, c’est ce qui m’a donné la force de m’échapper.
J’ai été aidée par des camarades à me relever, alors que la police tente une deuxième charge mais que je suis protégée par les médics et les camarades.
On me prodigue des soins, du spray froid sur les côtes, on me compresse mes deux doigts cassés.
Le street medic qui s’occupait de moi, affolé par cette scène, part avec moi crier au CRS « Pourquoi vous faites ça à une femme de 16 ans !  » le policier acquiesce, et nous répond en nous aspergeant de sa bombe lacrymogène en plein dans les yeux.
Aujourd’hui j’en ressors à la fois traumatisée et j’ai une peur permanente des agents de police, CRS, BRAV…
Mais je garderai la force de me battre contre l’institution, j’ai au fond de moi des douleurs, au fond de mon cœur de l’injustice, de la colère, de la haine, de la rage, envie de hurler tellement elle est forte.
Je porte aujourd’hui une attelle pour des tendons cassés, des veines cassées, j’ai des hématomes de matraque placés sur les côtes, peut-être indélébiles, et peut être une opération des doigts si mes tendons ne se réparent pas.
Si je parle aujourd’hui, c’est pour dire que la violence policière existe.
Elle existe sous toutes les formes et elle n’est qu’une institution qui pratique la répression de manière très organisée.
Nous manifestants, pacifistes ou non, sommes les premières cibles, car notre seule présence est une désobéissance civile à leurs yeux.
Mais je n’arrêterai de manifester que lorsqu’ils auront coupé mon dernier souffle. « 
Arsinoé 16 ans
3 mai 2021
📸 Cerveaux non disponibles.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire