Allocution d’Emmanuel Macron: les cinq mesures qu’il avait prévu d’annoncer

LR: SeulEs les naïves et les naifs peuvent se dire décuEs…

Mis en ligne le 16/04/2019

Emmanuel Macron devait s’exprimer devant les Français ce lundi 15 avril à 20 heures, avant que l’incendie de Notre-Dame ne se déclare. Voici ce qu’il avait prévu d’annoncer.

1.

Baisser les impôts des classes moyennes

La baisse des impôts des classes moyennes sera financée par la « suppression de certaines niches fiscales ». Emmanuel Macron prévoit aussi une « évaluation objective » de l’ISF dès 2020 et s’engage à y apporter les modifications et corrections nécessaires.

2.

Pas de fermeture d’école ni d’hôpital.

Emmanuel Macron a annoncé qu’aucune fermeture d’école et d’hôpital n’aura lieu jusqu’à la fin du quinquennat, « sauf demande des maires ». Cette décision répond à un sentiment des Français que leur territoire est abandonné. Il souhaite ainsi assurer la présence des services publics avec « plus de fonctionnaires sur le terrain, avec davantage de responsabilités ».

3.

Des consultations de citoyens

Le Président serait favorable à la mise en place de référendums d’initiative citoyenne (RIC), qui pourraient être « organisés sur certains sujets d’intérêts locaux ».

Il voudrait également rendre « plus accessible » le référendum d’initiative partagée (RIP) prévu par la Constitution mais très compliqué à mettre en œuvre.

Une « convention de 300 citoyens tirés au sort » sera aussi installée dès le mois de mai. Son rôle : « travailler à la transition écologique et aux réformes concrètes à prendre ».

4.

La réindexation de certaines retraites

Emmanuel Macron devrait également annoncer la réindexation des retraites de moins de 2 000 euros sur l’inflation à partir du 1er janvier 2020.

La prime exceptionnelle de 1 000 euros défiscalisée et sans cotisations sociales sera « pérennisée » et ouverte aux employeurs « chaque année ».

5.

La suppression de l’ENA

Le chef de l’état est également favorable à un changement de la formation, la sélection et les carrières en supprimant l’ENA et plusieurs autres structures. « Nous avons besoin d’une élite, de décideurs » a-t-il annoncé, indiquant qu’il souhaitait dorénavant donner leurs chances à tous les jeunes sur la base du mérite et pas de leur origine sociale ou familiale.


Allocution d’Emmanuel Macron : ce qu’aurait dû annoncer le Président

INFO RTL – Voici les grandes lignes de ce que le chef de l’État prévoyait d’annoncer lors de l’allocution prévue lundi soir.

Emmanuel Macron, le 9 avril 2019
Emmanuel Macron, le 9 avril 2019Crédit : Ian LANGSDON / POOL / AFP
Benjamin Sportouch

édité par Joanna Wadel

Emmanuel Macron a annulé au dernier moment, lundi 15 avril au soir, la diffusion de son allocution télévisée qui devait relancer son quinquennat, pour se concentrer sur l’incendie de Notre-Dame. Bien qu’on ne sache pas encore quand il prendra la parole, les informations RTL révèlent un aperçu assez précis de ce qu’Emmanuel Macron va annoncer.

C’est d’abord sur le plan fiscal que le chef de l’État souhaite intervenir, avec une baisse d’impôts en faveur des classes moyennes. Pour financer cet effort, Emmanuel Macron a décidé de supprimer certaines niches fiscales.

Mais surtout, le président va demander aux Français de travailler davantage, sans préciser de quelle manière. Plusieurs hypothèses sont envisageables : moins de jours fériés, revenir sur la durée de travail hebdomadaire, retarder l’âge de départ à la retraite.

À lire aussi

Emmanuel Macron, le 11 avril 2019

GRAND DÉBAT
Emmanuel Macron ne veut plus de « fermeture d’école et d’hôpital » jusqu’à 2022

Réindexation des petites retraites

Autre annonce prévue, la réindexation des retraites de moins de 2.000 euros sur l’inflation. La prime défiscalisée qu’ont pu verser à Noël les entreprises est pérennisée. En revanche, comme il l’avait laissé entendre, le chef de l’État ne reviendra pas sur la suppression de l’ISF. Enfin, en réponse à l’injustice territoriale, le président a décidé de suspendre toutes les fermetures d’écoles et d’hôpitaux jusqu’à la fin du quinquennat.

Suppression de l’ENA

Quant au Référendum d’initiative citoyenne (RIC) réclamé par les « gilets jaunes », une instauration partielle est prévue, qui concernera uniquement les sujets locaux. En revanche, le référendum d’initiative partagé qui figure déjà dans la constitution sera facilité. Il faudra moins de 4 millions et demi de signatures comme aujourd’hui.

L’autre annonce, très symbolique, censée répondre aux critiques des « gilets jaunes » sur l’élitisme à la française : la suppression de l’ENA, l’école de la haute administration.
Ce sont les principales mesures envisagées par Emmanuel Macron, pour rebâtir selon lui, un « monde plus humain », et « préserver le modèle français », comme il devrait le dire. Reste à savoir comment et quand il les annoncera.

close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire