Blanchiment, financement du terrorisme : le monde de la finance rappelé à l’ordre

BOURSORAMA AVEC AFP SERVICES28/05/2019 

L’an dernier, sur dix sanctions prononcées l’an passé par l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR), le gendarme français de la finance, neuf concernaient des manquements dans le secteur de la lutte contre le blanchiment et le terrorisme.

Un bâtiment de la Banque de France, le 8 juin 2012 à Paris (archive) ( AFP / JOEL SAGET )

La Banque de France appelle à multiplier les financiers à redoubler d’efforts. Mardi 28 mai, le gouverneur de la Banque de France et président de l’ACPR, François Villeroy de Galhau, a appelé les établissements français à « une mobilisation sans faille » contre le « risque mortel » du financement terroriste ainsi que contre le blanchiment, où des « carences significatives » ont été détectées.

« Il nous faut rester totalement mobilisés », a déclaré François Villeroy de Galhau lors d’une conférence de presse. « Les 23 missions de contrôle conduites l’an dernier par l’ACPR ont révélé des carences significatives dans la mise en œuvre par les organismes assujettis de leurs obligations de lutte contre le blanchiment-financement du terrorisme et de gel des avoirs », a-t-il fait remarquer.

Une sanction de 50 millions d’euros

L’an dernier, l’ACPR a prononcé neuf sections dans des affaires de blanchiment et de financement du terrorisme. L’une des sanctions s’est traduite par une amende culminant à 50 millions d’euros dans une affaire de gel des avoirs.

« Les menaces en matière de financement du terrorisme évoluent et il est important que les organismes financiers soient vigilants afin d’y adapter sans retard leurs outils de détection », a réagi Rémi Bouchez, président de la commission des sanctions, durant la conférence de presse.

Le secteur bancaire au centre des attentions

De façon plus générale, le secteur bancaire européen se retrouve depuis plusieurs mois sous le feu des projecteurs après la découverte de plusieurs affaires de blanchiment et de manquements supposés dans la lutte contre la circulation de l’argent sale. La plus grande banque danoise, Danske Bank, est notamment au cœur d’une vaste enquête qui lui vaut d’être dans le viseur de la justice de plusieurs pays. Des investigations sur des soupçons de blanchiment d’argent visent également la banque suédoise Swedbank.

close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire