Élection allemande : Plus instable au fur et à mesure par Michael Roberts

Olaf Scholz leader du SPD parti social-démocrate

michael roberts | 27 septembre 2021

Le résultat des élections fédérales allemandes a été presque exactement comme les sondages d’opinion l’avaient prédit. Les sociaux-démocrates (SPD) ont obtenu la plus grande part des votants (25,7%), en hausse de 5,2% par rapport à la catastrophe de 2017. La part des voix de l’Union chrétienne-démocrate et chrétienne-sociale (CDU-CSU) a chuté à 24,1%, sa plus faible part des voix depuis sa création. Les Verts ont obtenu 14,8%, moins que prévu dans les sondages précédents, mais toujours le meilleur résultat pour eux (hausse de 5,8% pts). La petite entreprise, le marché libre des Démocrates libres (FDP) a pris 11,5% (en légère hausse par rapport à 2017).

Le gauchiste Die Linke a beaucoup souffert, tombant à seulement 4,9%, contre 9,2% en 2017. Il semble que de nombreux électeurs de gauche se soient tournés vers le SPD afin de vaincre la CDU-CSU. L’Alternative anti-immigrés pour l’Allemagne (AfD) a également perdu du terrain, perdant 2,3% pts, bien qu’elle ait conservé sa base électorale dans les régions les plus pauvres de l’Allemagne de l’Est.

Le taux de participation global était de 76,6%, en hausse de seulement 0,4% par rapport à 2017. Cela semble élevé par rapport aux élections aux États-Unis ou au Royaume-Uni, mais en réalité, il est faible par rapport aux normes allemandes, même après l’annexion de l’Allemagne de l’Est en 1990, où le vote est plus faible.

Comme je l’avais prévu, pour la première fois dans l’histoire de la République fédérale, la part des suffrages des deux grands partis est tombée en dessous de 50 %. Et compte tenu du taux de participation, cela signifiait que les deux partis ont obtenu moins d’un cinquième chacun des 61 millions de voix éligibles – à peine un mandat. La politique allemande s’est fragmentée – ce n’est pas une bonne nouvelle pour les capitalistes allemands car il est devenu plus difficile d’assurer la « continuité » pour les intérêts du capital.

Aucun parti n’a une majorité claire au Bundestag, il y aura donc des mois de querelles. Le leader du SPD Olaf Scholtz doit être favori pour former une coalition gouvernementale, mais les partenaires potentiels, les Verts et le FDP, ne s’entendent pas sur les politiques économiques et sociales, et le « libre marché » FDP préférerait une coalition avec la CDU-CSU. Le SPD et les Verts veulent former une coalition mais il faudra convaincre le FDP en leur offrant le ministère des Finances et donc en arrêtant toute hausse des impôts ou de la réglementation sur les entreprises et en ne permettant pas à la dette publique d’augmenter davantage, c’est-à-dire une certaine « austérité » . Les Verts veulent accélérer le mouvement de l’Allemagne vers la réduction des émissions de carbone, mais ils n’ont aucune politique crédible pour y parvenir dans le cadre des restrictions imposées par le capitalisme allemand.

L’Allemagne est l’État le plus peuplé de l’UE et sa puissance économique, représentant plus de 20% du PIB du bloc. L’Allemagne a bien mieux préservé sa capacité de fabrication que d’autres économies avancées. L’industrie manufacturière représente toujours 23 % de l’économie allemande, contre 12 % aux États-Unis et 10 % au Royaume-Uni. Et l’industrie manufacturière emploie 19 % de la main-d’œuvre allemande, contre 10 % aux États-Unis et 9 % au Royaume-Uni.

Le succès relatif du capitalisme allemand par rapport aux autres grandes économies européennes repose sur trois facteurs. La première est que l’industrie allemande a profité de l’élargissement de l’Union européenne pour délocaliser ses secteurs clés dans des zones de salaires moins chères (d’abord l’Espagne et le Portugal, puis dans l’Europe de l’Est voisine). Cela a contrebalancé la chute brutale de la rentabilité du capital observée dans les années 1970 (comme dans de nombreuses autres grandes économies capitalistes).

Deuxièmement, le capitalisme allemand a le plus bénéficié de la mise en place de la zone monétaire unique, le plaçant dans une position concurrentielle forte dans les échanges au sein de la zone euro et maintenant les achats de capitaux à l’étranger à bas prix.

Enfin, les soi-disant réformes du travail Hartz introduites sous le dernier gouvernement SPD ont créé un système de double salaire qui a maintenu des millions de travailleurs à bas salaire en tant qu’employés temporaires à temps partiel pour les entreprises allemandes. Il s’agit d’une version moderne de ce que Marx appelait une « armée de réserve du travail ». Elle a jeté les bases de la forte hausse de la rentabilité du capital allemand du début des années 2000 jusqu’au krach financier mondial.

Environ un quart de la main-d’œuvre allemande perçoit désormais un salaire « à faible revenu », en utilisant une définition commune d’un salaire inférieur aux deux tiers de la médiane, ce qui est une proportion plus élevée que les 17 pays européens, à l’exception de la Lituanie. Une étude récente de l’Institut pour la recherche sur l’emploi (IAB) a révélé que les inégalités salariales en Allemagne ont augmenté depuis les années 1990, en particulier au bas de l’échelle des revenus. Le nombre de travailleurs temporaires en Allemagne a presque triplé au cours des 10 dernières années pour atteindre environ 822 000, selon l’Agence fédérale pour l’emploi.

Ainsi, la réduction de la part des chômeurs dans la population active allemande s’est faite au détriment des revenus réels des actifs. La peur de faibles allocations si vous perdiez votre emploi, ainsi que la menace de déplacer des entreprises à l’étranger dans le reste de la zone euro ou de l’Europe de l’Est, se sont combinées pour forcer les travailleurs allemands à accepter de très faibles augmentations de salaire, tandis que les capitalistes allemands ont récolté une forte expansion de leurs bénéfices. Les salaires réels allemands ont chuté pendant l’ère de la zone euro et sont maintenant inférieurs au niveau de 1999, tandis que le PIB réel allemand par habitant a augmenté de près de 30 %.

Croissance des salaires en Allemagne % en glissement annuel

Cependant, même le capitalisme allemand, l’économie capitaliste avancée la plus prospère au monde, n’a pas pu échapper aux forces descendantes de la Longue Dépression. Depuis le krach financier mondial de 2008-9, la rentabilité allemande a stagné, puis a commencé à baisser à partir de 2017, avant même que la crise du COVID ne frappe en 2020. La rentabilité est désormais proche des plus bas du début des années 1980.

Rendement net du capital allemand (indexé) – mesure AMECO

La crise du COVID a été une catastrophe pour la fortune du gouvernement Merkel. Le taux de mortalité COVID a peut-être été inférieur à celui de la France, de l’Italie ou de l’Espagne, mais il était bien plus élevé qu’en Scandinavie (à l’exception de la Suède). Et tout comme au Royaume-Uni, les politiciens de droite en ont profité en investissant dans des entreprises privées d’équipement COVID pour gagner de l’argent. Le gouvernement n’a ensuite pas réussi à gérer les inondations estivales extrêmement dommageables qui ont touché des millions de personnes. L’économie allemande n’a toujours pas retrouvé ses niveaux d’avant la pandémie.

PIB réel trimestriel allemand Ebn

Et les niveaux de productivité sont inférieurs à ceux d’il y a dix ans.

Produit par employé (indexé)

Le secteur manufacturier allemand axé sur l’énergie est confronté à de sérieux problèmes pour tenter d’atteindre les objectifs de réchauffement climatique. Sa principale destination d’exportation après les États-Unis est la Chine ; et la Chine ralentit, tandis que les États-Unis exigent que l’Europe réduise ses relations commerciales et d’investissement avec la Chine. Et l’Union européenne n’est plus la vache à lait du capital allemand. Les quatre prochaines années pour le capitalisme allemand vont être beaucoup plus difficiles que les quatre dernières.

Contrairement à l’impression générale, l’Allemagne n’est pas une société égalitaire. Les disparités régionales sont importantes (entre l’ouest et l’est) et, bien que l’inégalité des revenus ne soit pas importante par rapport aux normes internationales, l’inégalité de la richesse est parmi les pires d’Europe.

Le SPD a gagné (de justesse) parce qu’il a gagné les voix de beaucoup à gauche. Ces électeurs s’attendront à quelques changements : des services publics plus nombreux et de meilleure qualité ; impôts sur les riches; Meilleurs salaires. Et au sein du SPD, il y a une gauche montante, notamment dans la section jeunesse, qui veut de l’action. Scholtz va avoir du mal à répondre aux exigences de sa base et à rester dans une coalition avec des goûts du FDP.

michael roberts | 27 septembre 2021
close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire