« Le patrimoine de la France est tellement énorme que la dette ne mettra pas en danger le pays »

#LaMidinale

Regards

 

La dette sera sans doute l’un des grands débats de la campagne présidentielle. À qui appartient la dette ? Faut-il la supprimer ? Éric Coquerel, député de la France insoumise, auteur de Lâchez-nous la dette aux Editions de l’Atelier, est l’invité de #LaMidinale.
Sur la dette : grave ou pas grave ?
« La dette n’est pas grave. »
« De manière absolue, la dette globale par rapport à un Etat aussi riche que la France – si on veut bien voir le patrimoine global de la France – est quelque chose que l’on peut très bien assumer. »
« Les libéraux nous présentent toujours la dette comme un stock. »
« Si vous achetez un appartement sur 30 ans, personne n’aura l’idée de comparer le prix que ça va vous coûter sur 30 ans sur un an de revenus. C’est ce que font les libéraux en permanence. »
C’est ce que font les libéraux en permanence. »
Sur la dette Covid
« La dette Covid est une bonne méthode. Une méthode que je propose d’appliquer pour la dette globale. »
« La dette Covid qui pèse pour 20% de la dette globale, soit environ 700 milliards d’euros et qui n’a pas été utilisée entièrement par le gouvernement, on pourrait l’annuler sans trop de douleur, si ce n’est au prix d’un peu d’inflation. »
Sur les dettes illégitimes « Les dettes illégitimes sont des dettes qui ont été créées non pas pour servir l’intérêt général mais plutôt pour venir au secours de l’économie capitaliste. »
« En 2009, après la crise des subprimes, Nicolas Sarkozy décide de venir au secours des banques. L’Etat prête de l’argent aux banques et on a augmenté le déficit des près de 400 milliards. On a socialisé les pertes des banques sans contraintes. On peut estimer que cette dette-là est illégitime. » « Les dettes causées par la baisse des recettes et des impôts, notamment des impôts des plus riches. On paye avec nos déficits et la dette, les cadeaux aux plus riches. C’est un autre type de dette illégitime. »
Sur la dette privée
« Si on parlait de la dette privée en permanence – comme on le fait sur la dette publique – comme un peu dans un roman policier, on dévoilerait le coupable c’est-à-dire le système capitaliste financiarisé. » « Pour continuer à consommer, on contraint les ménages à prendre des crédits de plus en plus dangereux. C’est typiquement la crise des subprimes aux Etats-Unis. »
« La dette privée est le révélateur du rapport de force entre le capital et le travail. » Sur l’annulation de la dette « Il y a deux façons d’annuler la dette : il y a une façon indolore et qui pourrait presque passer inaperçu. C’est l’idée qu’on laisse rouler la dette de manière éternelle. Elle va s’éteindre d’elle-même (…). Il y a une autre manière qui consiste à créer de la masse monétaire. On va racheter la dette, ça va créer un peu d’inflation mais dans la période, ça sera quelque chose de très faible. »
« Si le politique reprend le pouvoir sur la question de la dette – c’est-à-dire la souveraineté du peuple et non celle des marchés – on peut décider d’annuler la dette ou de la prolonger. »
« Dans l’histoire, il y a eu des annulations de dette, ne serait-ce qu’en Allemagne après la Deuxième Guerre mondiale. » Sur les Etats et la dette « Un Etat c’est solide. Les investisseurs ne rêvent que d’une chose : c’est de prêter aux Etats. »
« La France ne peut pas être en faillite. Le patrimoine de la France est tellement énorme que la dette ne peut pas mettre en danger le pays. » « Il faut arrêter avec l’indépendance des banques centrales. » « Jusque dans les années 80, la dette n’était pas placée sur les marchés financiers. C’est quelque chose de très nouveau. » Sur les plans de relance et le quoi qu’il en coûte « Les libéraux ont rompu avec les traités européens. »
« Quand les choses vont mal, les libéraux trouvent l’Etat bien utile pour aider. »
« En France, on a très peu utilisé la dette Covid, celle qui a été mise à la disposition de chaque Etat par la BCE. »
Sur l’utilité de la dette
« Il faut définanciariser la dette. On doit pouvoir avoir une maîtrise de notre dette. »
« Si la dette sert à faire des cadeaux au capital et à la rente, aux entreprises sans conditions et sans garanties, elle ne sert à rien. Une grande partie du quoi qu’il en coûte a consisté à prêter de l’argent aux entreprises sans contrepartie. En 2021, les entreprises du CAC40 ont fait 51 milliards de dividendes en supprimant dans le même temps 60.000 postes. »
Sur les marges de manoeuvre
« Revenir à l’ISF, en finir avec la flat tax, revenir sur des niches fiscales, taper sur l’évasion fiscale à travers un impôt sur les entreprises : on peut récupérer facilement 120 milliards d’euros par an. Ça fait des marges de manoeuvre pour financer la transition écologique. »
Sur le qui va payer la dette
« Pour les cinq ans à venir, les libéraux proposent une baisse historique des dépenses publiques. Et pour être sûr de faire ça, ils proposent une loi pluriannuelle. »
La suite du verbatim est à lire sur www.regards.fr

close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire