La police néo-zélandaise affronte des manifestants anti-vaccins au parlement, plus de 120 personnes arrêtées

La police dit que cela pourrait prendre des jours pour briser une manifestation liée à Covid inspirée par le « siège d’Ottawa » sur le terrain du Parlement à Wellington

Des manifestants anti-vaccins affrontent la police devant le parlement néo-zélandais – vidéo
thegardian

La police néo-zélandaise a commencé à évacuer les manifestants anti-vaccins du parlement le troisième jour de leur manifestation, avec plus de 120 arrestations après des affrontements.

Jeudi, la police a fait venir environ 150 agents supplémentaires de tout le pays pour tenter d’évacuer les manifestants du terrain du Parlement, où ils avaient planté des tentes et garé des voitures, bloquant la circulation.

Des centaines de personnes ont protesté contre les préoccupations liées à Covid devant le parlement néo-zélandais à Wellington.
« Nous sommes aux côtés d’Ottawa »: messages confus et consensus effiloché lors de la manifestation anti-vax en Nouvelle-Zélande
Lire la suite

Les manifestants, inspirés par le « siège d’Ottawa » où des camionneurs ont paralysé la ville et provoqué l’état d’urgence, ont conduit mardi un convoi de plusieurs centaines de véhicules au Parlement. Un certain nombre ont passé la nuit à planter des tentes sur les pelouses.

Les tensions ont débordé, alors que le mur de plus de 100 policiers avançait leur ligne de quelques mètres toutes les demi-heures, arrachant les tentes au fur et à mesure.

La manifestation du mandat anti-Covid sur le terrain du parlement à Wellington.
La manifestation du mandat anti-Covid sur le terrain du parlement à Wellington. Photographie: Eva Corlett / The Guardian

La police a arrêté les gens un par un en tête de file, provoquant des échauffourées et provoquant des cris de la foule de « honte à vous, honte à vous ! » envers les officiers.

Un tambour battait de manière persistante et parfois le groupe de quelques centaines de manifestants entonnait des chansons en maori et en anglais, y compris l’hymne national de la Nouvelle-Zélande. Un homme a encouragé la foule à travers un haut-parleur : « merci d’avoir défendu la Nouvelle-Zélande ! » il cria.

Loin de la ligne de front, l’ambiance était moins volatile, avec des manifestants assis dans des transats, ou filmant sur leurs téléphones.

Jeudi après-midi, la police avait arrêté 120 personnes et utilisé du gaz poivré sur certains membres de la foule, mais avait fait peu de progrès pour éloigner les manifestants du terrain du Parlement. Deux policiers ont été blessés et certains manifestants ont été légèrement blessés.

La police emballe une tente sur le terrain du parlement à Wellington.
La police emballe une tente sur le terrain du parlement à Wellington. Photographie : Marty Melville/AFP/Getty Images

La police s’attend à ce que la manifestation se poursuive pendant quelques jours, nécessitant l’arrivée d’une porte roulante d’officiers d’autres régions du pays, a déclaré le surintendant du commandant du district de Wellington, Corrie Parnell.

S’adressant aux médias dans un endroit éloigné de la manifestation, Parnell a déclaré que l’occupation, avec ses tentes érigées, était « sans précédent » sur le terrain. « Nous continuons d’essayer d’encourager vraiment les personnes présentes ici à renoncer pacifiquement … Cela n’a pas abouti », a-t-il déclaré.

Il y avait eu de bonnes lignes de communication avec certains des organisateurs, mais Parnell a déclaré que cela s’était « érodé à un point où [la police est] au-delà de l’engagement, de l’éducation et de l’encouragement ».

Il a déclaré que les manifestants avaient mis leurs enfants en première ligne de la manifestation, ce qui présentait un risque important pour ces enfants et était « moins qu’idéal » pour les officiers essayant de faire avancer les gens.

Au cours des prochains jours, la police continuera à faire lentement pression sur la foule.

Une femme est arrêtée et emmenée alors que les manifestants refusent de quitter le terrain du Parlement à Wellington.
Une femme est arrêtée et emmenée alors que les manifestants refusent de quitter le terrain du Parlement à Wellington. Photographie : Marty Melville/AFP/Getty Images

La plupart des Néo-Zélandais ont soutenu le vaccin : 94 % des personnes âgées de 12 ans et plus sont vaccinées avec deux doses.

La Nouvelle-Zélande a des mandats de vaccination qui couvrent de nombreux travailleurs occupant des emplois désignés comme «à contact élevé» – notamment dans les soins de santé, l’enseignement et la police. Il existe également des exigences en matière de vaccins pour d’autres entreprises, notamment l’hôtellerie, les gymnases et les coiffeurs, alors que le pays est à un niveau d’alerte «rouge» ou «orange». Il est actuellement au rouge. Le gouvernement estime que les mandats touchent environ 40 % de la main-d’œuvre.

Loin de la ligne de front, l'atmosphère était moins volatile.
Loin de la ligne de front, l’atmosphère était moins volatile. Photographie: Eva Corlett / The Guardian

La manifestation de cette semaine était censée dénoncer ces mandats – mais ses membres expriment un mélange tentaculaire de préoccupations , notamment concernant la sécurité des vaccins, une «pandémie», des inquiétudes concernant la manipulation de la thérapie génique, des accusations de corruption des médias et des demandes de sauvetage d’une raffinerie de pétrole du Northland de la fermeture.

Au cours de l’année écoulée, le mouvement de protestation anti-vaccin et anti-mandat de la Nouvelle-Zélande a été de plus en plus le foyer de théories du complot, de menaces et de rhétorique violente, en particulier contre les journalistes, le Premier ministre et d’autres membres du parlement. Les appels à des « arrestations de citoyens », à des procès de type « Nuremberg » et à l’exécution de journalistes et d’hommes politiques sont devenus monnaie courante sur les pages de médias sociaux et les applications de chat du mouvement. Lors de la manifestation en cours, certains manifestants ont décoré leurs camionnettes de nœuds coulants et ont griffonné « accrochez-les haut » sur les pavés du parlement.

La menace que cette rhétorique explose en violence a été reconnue par le parlement et les services antiterroristes du pays en novembre de l’année dernière. Les services parlementaires ont renforcé la sécurité après une vague de menaces ou de harcèlement de parlementaires . En janvier, la camionnette du Premier ministre Jacinda Ardern a été forcée de quitter la route et de se retrouver sur un trottoir après avoir été poursuivie par des manifestants anti-vaccins criant des injures.

« Je me souviens que par rapport aux gens qui sont au parlement maintenant, le jour même où ils sont là, des dizaines de milliers de personnes sont sorties et se sont fait vacciner. Cela [la manifestation] ne reflète pas la situation actuelle du reste de la Nouvelle-Zélande. Nous voulons tous réellement passer à autre chose.

Elle a déclaré que l’expulsion des manifestants était une affaire de police. « Chaque Néo-Zélandais a le droit de manifester – mais quand cela affecte les affaires, la capacité des gens à se déplacer et la capacité des enfants à aller à l’école ou aux services d’urgence pour se déplacer, il est évident que la police doit gérer cela », a-t-elle déclaré. .

Parnell a demandé au public d’éviter la zone si possible et a déclaré qu’il y aurait des retards de circulation.

close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire