Occupation de la Sorbonne

« Ni Macron ni Le Pen », le cri de ralliement des étudiants français désabusés

information fournie parREUTERS14/04/2022

PARIS (Reuters) – Les étudiants français manifestaient jeudi devant la Sorbonne et d’autres universités, exprimant leur désillusion face au choix proposé à l’élection présidentielle, aux cris de « Ni Macron ni Le Pen ».

À dix jours du second tour d’une élection présidentielle qui oppose la candidate d’extrême droite Marine Le Pen au président sortant Emmanuel Macron, les manifestations d’étudiants sont un autre signe que le président ne peut plus compter sur le rejet massif de l’extrême droite par les électeurs.

Devant la Sorbonne, où de nombreuses révoltes étudiantes se sont déroulées, notamment les événements de Mai 68, quelques centaines d’étudiants s’étaient rassemblés.

« On est fatigué de toujours devoir voter par dépit, voter pour le moins pire, c’est ce qu’exprime vraiment cette révolte plus que ‘Ni Macron ni Le Pen », a expliqué Anais Jacquemars, une étudiante en philosophie âgée de 20 ans.

Tous les candidats de gauche ont été éliminé au premier tour de l’élection présidentielle, dimanche 10 avril. Plusieurs étudiants ont déclaré qu’ils préféreraient s’abstenir plutôt que voter pour Emmanuel Macron afin d’empêcher Marine Le Pen d’accéder à la présidence.

Certains ont estimé que les politiques mises en place par le président français durant son quinquennat étaient trop à droite, citant comme exemple la brutalité policière à l’égard des Gilets jaunes ou les mesures visant à réprimer ce qu’Emmanuel Macron appelle le « séparatisme islamiste ».

« Je pense m’abstenir, je conseille à tout le monde de s’abstenir », a déclaré Gabriel Vergne, un étudiant de Sciences Po âgé de 19 ans. Le 10 avril, il a voté pour Jean-Luc Mélenchon, arrivé troisième au premier tour de l’élection

« Je pense que la lutte ne se joue plus dans les urnes. Aujourd’hui, ces élections sont largement discréditées, et donc il est nécessaire de porter la lutte sur d’autres fronts », a-t-il ajouté.

Les craintes du rejet par les électeurs de gauche du « front républicain » grandissent dans le camp d’Emmanuel Macron. Les sondages montrent que l’écart entre les deux candidats est extrêmement serré, Emmanuel Macron bénéficiant d’une courte avance de 5 à 10 points sur Marine Le Pen.

(Reportage Michel Rose et Anthony Paone; version française Camille Raynaud)

close

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire